Table ronde : « Internet fait-il vivre la littérature? »

illustration-internet-fait-il-vivre-la-litterature_1-1463486504Jeudi 19 mai 2016 à 17h30, était organisée par des étudiants en master lettres une table ronde sur la question : « Internet fait-il vivre la littérature? ». Elle s’est déroulée dans une librairie où j’aime flâner et réaliser mes emplettes littéraires : le Hall du livre à Nancy. La discussion a été menée par deux étudiants. Ces derniers ont fait intervenir un youtuber (Le rouquin bouquine), un écrivain et journaliste du Figaro (Mohammed Aïssaoui) ainsi qu’un second auteur (Irène Frain).

 Les trois invités ont pu discuter de leur rapport à internet, de la façon dont ils l’utilisent dans leur métier et leurs activités littéraires, de leur point de vue sur les blogueur écrits ainsi que les youtubers et de l’attention portée à ces derniers par les maisons d’édition. C’est un débat sain, intéressant et positif que j’ai suivi. Ils étaient tous d’accord pour dire que le lien internet/littérature n’en est encore qu’à ses balbutiements et que le mouvement va prendre une nouvelle ampleur prochainement. Mohammed Assaoui souhaiterait voir des vidéos youtube dans un nouveau format plus long. Irène Frain volubile et pleine d’anecdotes intéressantes, nous a donné une vraie leçon de vie en disant qu’il faut être généreux, respectueux mais aussi qu’il est important de vivre avec les changements technologiques tout en essayant d’en sortir le meilleur.

20160519_174003_resized[Le rouquin bouquine, les étudiants modérateurs, Mohammed Aïssaoui et Irène Frain]

Le sujet est tellement vaste qu’il n’y a donc pas eu une seul seconde de silence. Ceci à tel point qu’en 1h30 les étudiants n’ont pas pu faire le tour des questions qu’ils avaient préparés. Peu importe, différents points de vus ont été apportés de la part de gens dont la critique littéraire est le métier, dont les romans sont présents sur la toile et dont les vidéos mettent la littérature en avant. D’entendre ces personnes louer notre implication (je parle de celle des blogueurs car c’est ce qui me concerne) presque quotidienne fait chaud au cœur et donne envie de continuer l’aventure malgré un bémol émis sur les contenus parfois répétitifs et pas toujours pertinents de la part d’une partie des blogueurs ainsi que sur un communautarisme trop fort.

 Vous l’avez compris, ce fut une belle rencontre enrichissante et amicale. Les diverses discussions qui ont suivi la table ronde m’ont donné des idées pour l’avenir de mon blog. Je souhaitais partager avec vous tout le positif qui s’est dégagé du discours des intervenants. N’hésitez à exprimer en commentaire ce qui vous vient à l’esprit à l’idée de cette ample question.

Fanny

Publicités

Salon Le livre sur la place – Nancy – 11 au 13 septembre 2015

11698632_846903962064563_572535247252010759_n

Cette année encore, je me rendrais au salon de la rentrée littéraire Le Livre sur la place. Certes les auteurs prolifiques en cette période seront présents mais beaucoup d’autres également. Comme d’habitude, je vais prendre plaisir à flâner entre les allées, à reconnaitre des auteurs déjà connus et à en découvrir de nouveaux. J’ai déjà quelques idées concernant les écrivains que j’aimerais rencontrer. Jusqu’à maintenant, je n’ai encore jamais eu l’occasion de me rendre à l’un des nombreux rendez-vous qui jalonnent ces trois jours de fête du livre. Je vais donc y remédier en me rendant à l’hôtel de ville le dimanche après-midi pour une discussion joliment intitulée « Conversation outre-manche » entre Jonathan Coe (La pluie, avant qu’elle tombe) et Muriel Barbery. Ma seule crainte est de ne pas pouvoir rentrer par manque de place. J’arriverais suffisamment tôt afin de mettre toutes les chances de mon côté.

L’année dernière, j’avais fait une superbe découverte de pur hasard en m’arrêtant devant Désirée et Alain Frappier et en craquant pour La vie sans mode d’emploi : putain d’années 80!. Je compte bien retourner voir ce couple pour me procurer leur nouvel ouvrage : Le choix. Selon leur jour de présence j’aimerais pouvoir discuter également avec Philippe Jaenada (je suis en train de lire son nouveau livre La petite femelle qui est passionnant), Tatiana de Rosnay, Alexandra de Broca ou encore Jean-François Kervéan.

De belles heures de salon s’annoncent pour moi. Si vous vous y rendez également, n’hésitez pas à vous manifester!

Le site internet pour accéder à toutes les informations :

Le tumblr pour lire des articles inédits :

Pour découvrir les auteurs invités : 

Pour découvrir le programme :

Fanny

Bilan de mes lectures : MAI 2014 ~ Lectures à venir : JUIN 2014 + Imaginales 2014

Les mois défilent à une vitesse folle. Mai n’a pas dérogé à la règle grâce à tous les jours fériés dont nous avons bénéficié. Je n’ai pas vu le temps passé! Ils m’ont notamment permis de beaucoup lire. Deux évènements ont marqué ces quatre dernières semaines : la 6e session du weekend à 1000 organisé par Lili Bouquine qui m’a permis d’engloutir 4 livres et les Imaginales dont je vous parle en fin d’article. Je manque un peu de temps pour rédiger des billets mais peu à peu je rattrape mon retard. Pour l’heure je vous laisse avec toutes mes lectures de mai.

Nombre de livres lus : 11

Nombre de pages lues : 3056

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

10155902_808929879135705_5038435866424286468_n

Traitors Gate de Anne Perry, éd. 10/18, 379 p.

Ce tome ne fait pas partie des meilleurs de la série des enquêtes de Thomas Pitt. Néanmoins Anne Perry nous offre ici une intrigue qui sort un peu de son schéma habituel. Thomas nous est montré sous un jour plus sensible. Malheureusement la fin ne m’a pas totalement convaincu.

10325266_809531335742226_8210084262309622325_n     10255433_810116652350361_8300058480373798093_n

L’homme à la lèvre tordue et L’escarboucle bleue (une nouvelle du recueil Les aventures de Sherlock Holmes) de Arthur Conan Doyle, éd. numérique, 74 p.

Ces nouvelles d’Arthur Conan Doyle continuent de me plaire et de me divertir. Je suis admirative de son talent à nous dérouler une intrigue puis une chute en si peu de pages. J’espère pouvoir continuer prochainement.

10299107_810672082294818_23971338305873088_n

Anges d’apocalypse, Tome 3 : La discorde des aurores de Stéphane Soutoul, éd. Rebelle, 411 p.

J’étais impatiente de retrouver Syldia et de connaitre la suite de ses aventures. Autant vous dire que je n’ai pas été déçue. J’ai retrouvé tout ce que j’aime dans cette saga : de l’action, de l’humour, des répliques bien senties et une écriture franche et spontanée.

1098440_814069288621764_6605472383685003866_n

Mon amie Odalie de Suzanne Rindell, éd. Fleuve, 315 p.

Mon amie Odalie est un roman intriguant (voire fascinant) qui commence par un rythme assez lent et descriptif pour nous asséner un très bon final où toutes les pièces du puzzle se réunissent. L’anti-héroïne Rose ainsi que le contexte du New-York sous la prohibition m’ont plu. Un petit bémol pour l’écriture (ou peut-être la traduction) qui manque par moment de relief et de caractère pour nous emporter totalement.

1609950_816454685049891_8537691583125287650_n

Trois filles et leurs mères de Sophie Carquain, éd. Charleston, 294 p.

Les trois biographies romancées de Marguerite Duras, Simone de Beauvoir et Gabrielle Colette m’ont intéressé même si j’ai eu une nette préfère pour l’histoire de la seconde. Sophie Carquain nous démontre comment ces mères ont influencé d’une plus ou moins bonne manière la vie et le destin d’écrivain de leurs filles. Les faits purs m’ont intéressé ainsi que les quelques théories psychologiques.

10296675_818154868213206_4676195069345525916_n

Sans âmes de Gail Carriger et REM, éd. PiKa, 224 p.

Ce manga est l’adaptation du premier volet de la saga Le protectorat de l’ombrelle de Gail Carriger. Le pari est réussi grâce à des dessins en adéquation avec l’univers et les descriptions du livre. J’ai pris plaisir à revivre cette aventure en compagnie de cette panoplie de personnages hauts en couleur.

002848159

Le pensionnat de Mlle Géraldine, Tome 1 : Étiquette et espionnage de Gail Carriger, éd. Orbit, 354 p.

Dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture de ce premier tome de steampunk jeunesse. Le récit est rythmé, les personnages sont plutôt attachants, la plume est agréable. Par contre la fin est un peu rapide. J’aurais également adoré plus de précisions sur la vie et les enseignements de l’école.

10261989_818506238178069_4939262878520321189_n

Les cinq pépins d’orange (une nouvelle du recueil Les aventures de Sherlock Holmes) de Arthur Conan Doyle, éd. Nathan, 264 p.

Cette première enquête de la petite soeurs de Sherlock Holmes m’a agréablement surprise. Je ne m’attendais pas à apprécier autant. Certes l’intrigue est assez simple (en même temps c’est un roman jeunesse) mais je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. J’espère bientôt retrouver Enola.

10350539_819298654765494_8222027490130069266_n

Aristotle and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz, éd. Simon & Schuster Books, 360 p.

Il s’agit d’un roman atypique sur l’adolescence. Il fait partie de ces romans qui vous marquent et vous suivent longtemps après la lecture. Benjamin Alire Saenz fait ressentir à ses lecteurs toute la tendresse qu’il a pour ses personnages malgré leur mal-être et leurs nombreux questionnements sur la vie. Chronique à venir pour de plus amples précisions.

10294241_823825777646115_1669711372006196881_n

Pentecost Alley de Anne Perry, éd. 10/18, 381 p.

Un très très bon tome que celui-ci. Anne Perry retourne à ses premières amours en nous proposant une enquête qui rappelle les tous premiers tomes de la saga. Le retour d’Emily se fait en grand pompe. Vivement le 17e!

LECTURES EN COURS

9782253008880-T     9782253176718-T     product_9782070643028_244x0

LECTURES PRÉVUES EN JUIN

9782264062543    896253210     la-dame-aux-papillons-451604

Je vous souhaite un très bon mois de juin ainsi qu’un bon mois anglais aux participants!

—————————————————————-

Un petit mot sur les Imaginales, 13e édition

Comme vous pouvez vous en douter j’ai passé une superbe journée à Épinal (Vosges) le 24 mai 2014. A peine arrivée, j’ai pris contact avec la très gentille Coquelicote (et de son compagnon) du blog Sans grand intérêt avec qui je partage sur le net depuis quelque temps maintenant. Nous avons passé de beaux moments devant les auteurs ou pendant le repas de midi pris sur le pouce. Merci pour tout Coq’ ainsi que pour ton joli cadeau. J’espère que nous nous reverrons tout bientôt et que nous continuerons à nouer nos liens d’amitié car notre rencontre m’a marqué. Durant cette journée j’ai pu rencontrer tous les auteurs que je souhaitais voir : Sire Cédric, Silène Edgar, Samantha Bailly, Cindy Van Wilder, Magali Ségura, Stéphane Soutoul et Cécile Guillot. Ils ont tous été attentionnés, gentils et bavards malgré le monde sur certains stands. Vivement l’année prochaine!

[Cliquer sur les images pour les voir en plus grand.]

Fanny

Quelques heures au Livre sur la Place, Nancy (54), le 15 septembre 2013

Il s’agit d’un salon créé en 1978 qui regroupe des auteurs et une littérature généralistes. En effet, tous les genres et les styles sont présents. Cependant, en déambulant sous le chapiteau on se rend vite compte que la rentrée littéraire est largement mise en avant. De grands noms étaient donc présents comme Amélie Nothomb, Valentine Goby, Franz-Olivier Giesbert, les frères Bogdanoff, Sofi Oksanen et bien d’autres encore. Quelques figures de la fantasy étaient également au rendez-vous comme Samantha Bailly, Jean-Luc Bizien ou Pierre pevel. J’ai pu croiser des personnalités populaires tels que Nelson Monfort, Annie Duperey, Tatiana de Rosnay, David Foenkinos ou encore Eric-Emmanuel Schmitt. Kheira a, quant à elle, assité à une lecture de Stéphane Bern à l’hôtel de ville et l’a rencontré ensuite. La chanceuse !

Pour ma part je me suis arrêtée aux stands de deux auteures : Samantha Bailly et Claudie Gallay.

– J’ai une sympathie particulière pour Samantha Bailly grâce à la lecture de Ce qui nous lie mais aussi grâce à notre précédente rencontre lors des Imaginales. C’est donc avec plaisir que je l’ai retrouvé et que nous avons discuté. Au départ, je pensais lui prendre son dernier roman graphique Kotori, le chant du moineau (adaptation d’un conte traditionnel japonais) mais ils n’avaient plus aucun exemple. Donc j’ai acheté le précèdent réalisé en 2012 et dessiné par Ein Lee. : La princesse au bol enchanté  que cette jeune auteure m’a gentiment dédicacé.

– Je n’avais pas du tout prévu de programme ni vraiment regardé qui était présent. Cependant, j’ai eu envie de m’arrêter devant Claudie Gallay. Son livre Une part de ciel, sorti lors de la rentrée littéraire, a eu un certain succès. Cependant je me suis tournée vers son fameux roman Les Déferlantes qu’elle m’a dédicacé. Elle m’a parlé de son livre, de sa méthode d’écriture et le tout avec beaucoup de passion. Il s’agit d’une femme vraiment sympathique, ouverte, humaine et qui met très à l’aise. L’amour commun de la Basse-Normandie a notamment était un très bon moyen de prolonger la discussion.

J’ai ressenti à la rencontre de ces deux auteures toujours les mêmes sentiments que lors des Imaginales : un peu de trac mais beaucoup de satisfaction et de bonheur. J’ai également retrouvé au Livre sur la place cette fête et cette effervescence  particulière au salon littéraire.

    

Site internet de l’évènement : – Page facebook :

Vous pouvez également retrouver le compte-rendu passionnant de ma collègue Kheira :

Fanny

Une journée aux Imaginales, Epinal (88), le 25 mai 2013

Ce salon littéraire a été pour moi une grande première. En effet, je n’avais jamais assisté à ce genre d’évènement ni rencontrer d’auteur ni même eu de dédicaces de toute ma vie. Autant vous dire que j’ai vraiment profité de cette opportunité. Quelle belle journée j’ai passé aux Imaginales! Le temps a été de la partie. Nous avons eu de la chance.

J’ai été impressionnée par la gentillesse des auteurs et des maisons d’édition présents. Je me suis surtout rendue compte qu’ils ne mordent pas. Malgré ma timidité qui a pointé le bout de son nez j’ai pris mon courage à deux mains pour rencontrer les écrivains que je voulais voir. Mais j’avoue avoir été plus d’une fois troublée devant eux. J’ai aussi discuté un peu avec Méli du blog Bazar de la Littérature. Je tiens à remercier chacune des personnes rencontrées pour leurs mots gentils et leurs attentions. Malheureusement ce sont toujours des moments qui passent trop vite. On aimerait que les heures s’étirent davantage.

Les auteurs rencontrés

Cécilia Correia, Les Aventures d’Aliette Renoir, Tome 1 : La Secte d’Abaddon. Une auteure toute rigolote et très sympa. J’espère passer un super moment avec Aliette, son héroïne, au caractère apparemment bien trempé.

Alexandre Dainche et Magali Villeneuve, La Dernière Terre, Tome 1 : L’Enfant Merehdian et Tome 2 : Des certitudes. Un couple très sympa également. J’ai même eu le droit à un joli dessin sur le 2nd tome de la part d’Alexandre. Mille mercis!

Alexandre Dainche (en pleine création pour la dédicace de mon livre) et Magali Villeneuve.

    

Estelle Faye, La Dernière lame. Je garderais un souvenir très fort de cette rencontre. En lui disant tout le bien que j’avais pensé de son roman, je l’ai senti très émue, sensible et à fleur de peau. Je crois que c’est l’auteur avec qui j’ai le plus discuté.

Samantha Bailly, Ce qui nous lie. J’ai un peu halluciné car elle a tout de suite fait le lien avec une photo de son livre en librairie que je lui avais envoyé il y a quelques semaines. Nous avons surtout discuté de la fin de son roman qui, pour elle et moi, est parfaite.

Gail Carriger, Le protectorat de l’ombrelle Tome 1 : Sans âme et Tome 2 : sans forme. La barrière de la langue m’a un peu fait perdre mes moyens. Je n’ai malheureusement pas beaucoup discuté avec elle. Mais je garderais tout de même un super souvenir de cette dédicace. Elle est vraiment très souriante et avenante. Son look est au top!

    

Stéphane Soutoul, Anges d’Apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des Aurores. Un homme calme, posé et d’une gentillesse touchante qui m’a parlé de son roman et des échéances pour les prochains tomes de cette série.

Sophie Jomain, Les Etoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige et Les Anges mordent aussi. Malgré le monde au stand Rebelle Editions, elle a pris le temps de discuter avec moi de ses romans. Une femme très souriante qui nourrit et transmet une véritable passion pour ses personnages et ses romans.

    

Acquisitions

J’ai été sage car je n’ai fait que 4 achats. Je m’étonne moi-même! Le 4e, le tome 2 de La Dernière terre, m’a été offert par le chéri!

Services presses retirés sur le stand Rebelle éditions

Les marque-pages

Café littéraire – Entretien avec Gail Carriger

J’ai eu la chance de pouvoir assister à un entretien d’une heure avec Gail Carriger, l’auteure de la fameuse saga du Protectorat de l’ombrelle. J’ai découvert une femme indépendante, pleine d’humour et accro aux vêtements. Nous en avons découvert davantage sur elle,  son héroïne Alexia, ses projets futurs et sa façon de travailler. Un super moment!

    

J’espère que ce compte-rendu vous aura plu et donné envie de lire ces livres. En tout cas, cette journée restera graver à jamais dans ma mémoire. Je vais garder pour longtemps un souvenir très fort de ces auteurs si avenants et gentils chacun à leur manière. Merci à vous de m’avoir fait passer un moment inoubliable et à l’année prochaine!

Fanny