Tag Celebrity British Crush

Me revoilà avec un nouveau tag. Il parait beaucoup sur les blogs en cette période de mois anglais. Je l’ai notamment repéré chez Claire, Bianca, Emjy et bien d’autres encore.

Mon coup de cœur jeunesse

Orlando Bloom photos 1920 x 1080

Orlando Bloom dans Le seigneur des années et les Pirates des caraïbes a marqué toute mon adolescence. Dans la cour de récré ou en permanence, nos discussions n’avaient de cesse de tourner autour de lui.

Mon coup de cœur pour une femme

FELICITY-JONES-felicity-jones-28180369-500-313

Je suis en admiration devant Felicity Jones. Son mélange de douceur, de force tranquille et de sensibilité me touche beaucoup. Toutes ces facettes lui permettent de jouer des rôles très différents. Elle mérite amplement d’accéder à de grands rôles.

Mon coup de cœur pour un homme de plus de 40 ans

richard-armitage-promo-43

Je ne pouvais ne pas le citer… Ah Richard Armitage… D’abord découvert dans l’adaptation Nord et sud, j’ai tout de suite était sous le charme de ce gentleman. Il n’y a pas beaucoup d’argument ou de commentaire à ajouter. Il est parfait!

Mon coup de coeur pour un homme plus jeune que moi

odell_2432552b

Je n’ai que 25 ans, du coup j’ai eu beaucoup de mal à trouver une personne pour cette thématique. J’ai fini par jeter mon dévolu sur Tom Odell dont j’écoute la musique en ce moment. Il n’a que 2 mois de moins que moi!

Mon coup de cœur pour un homme qui n’est pas censé être beau

Brendan_Coyle_2604746b

Brendan Coyle car il possède une certaine classe. Ses rôles sont souvent profonds et compliqués. Il a ce quelque chose dans le regard qui ne laisse pas indifférent. Il n’a peut-être pas une beauté commune mais à mon sens il est plus beau que beaucoup d’autres.

Mon coup de cœur pour un homme drôle

Hugh-Grant-3

C’est au tour de Hugh Grant d’apparaître dans ce classement pour toutes les fois (et elles sont nombreuses) où il m’a fait rire dans les films où il a joué. Et plus que tout pour son déhanché à mourir de rire dans Love Actually.

Mon coup de cœur pour un homme ayant fait la plus belle déclaration d’amour

279180f531_58504771_o2  Colin Firth où la classe incarnée. Il a porté à merveille la plus belle déclaration d’amour qui soit. C’est un monstre du cinéma anglais. De film en film, il ne fait que s’installer un peu plus à cette place.

Alors, avons-nous certains coups de cœur en commun?

Fanny

Fanny de Charlotte Bousquet

couv61941714

Résumé de l’éditeur : Fanny est actrice. Après avoir passé quelques années aux États-Unis, elle rentre en France dans l’espoir de décrocher le rôle de sa vie. Entre deux auditions, Fanny renoue avec sa meilleure amie, qui a du mal à se remettre d’une rupture amoureuse. Et pour cause, après lui avoir demandé d’être « la mère de ses enfants », son ex annonce sur Facebook qu’il est « enfn libre » pour d’autres aventures. Une vengeance s’impose : Fanny va se faire passer pour la femme idéale afin de piéger celui qui a brisé le cœur de sa meilleure amie. Ne risque-t-elle pas de se prendre à son propre jeu ? La voilà bientôt prisonnière de deux rôles au moment précis où elle rencontre un homme qui pourrait bien l’aimer pour ce qu’elle est.

J’ai souhaité découvrir ce roman pour plusieurs raisons : son titre, son auteur, sa couverture et son résumé. Tous ces éléments m’ont mis l’eau à la bouche. Dans l’ensemble, je reste mitigée après ma lecture car ce roman souffre de quelques défauts. En effet, le schéma est parfois trop classique avec notamment cette belle-mère, sorte de marâtre, cassante et vexante. Il en va de même avec le triangle amoureux et le piège lancé à un ex. C’est du déjà-vu.  Ce titre manque de prise de risque à mon goût. Par contre, le point positif et pas des moindres se trouve dans la fin et notamment les dernières phrases. Elles sont subtiles, mesurées et tout à fait à mon goût. J’ai eu l’impression de terminer sur une bonne note.

Fanny est un personnage qui se cherche, qui doute. A-t-elle pris les bons chemins et fait les bons choix en ce qui concerne sa carrière et sa vie amoureuse ? La pression sociale et familiale ne l’aide pas à s’émanciper et à rester clairvoyante. Quelques pages n’auraient pas été de trop afin de mieux apprendre à connaitre cette héroïne dont les réactions m’ont parfois échappée. L’Impression de voir grandir une personne et devenir la femme que celle-ci veut devenir est très agréable malgré les fausses notes de son parcours. Fanny n’est pas parfaite, elle fait des erreurs. Finalement, elle nous ressemble. Dommage qu’un certain pessimisme vienne assombrir l’ensemble.

La lecture de ce roman n’a pas été sans embûche à cause du manque de prise de risque, du schéma classique et de l’héroïne parfois difficile à cerner. Cependant, je retiendrais la découverte de l’agréable plume de Charlotte Bousquet, l’évolution du personnage et la chute qu’i m’a beaucoup plu. J’aimerais désormais découvrir l’auteure par un de ses romans fantastiques.

Fanny

Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrik Backman

103239695

Résumé de l’éditeur : Elsa est une enfant solitaire. Sa seule amie est sa grand-mère, une femme fantasque, prête à tout pour faire rire sa petite-fille, même aux pires bêtises (entrer dans un zoo par effraction ; dire des insanités ; flirter avec des policiers) ! Moquée et persécutée à l’école, Elsa sait qu’elle trouvera toujours du réconfort auprès de Mamie, qui lui change les idées en lui racontant aussi de merveilleuses histoires. Puis, un jour, les contes s’arrêtent brutalement lorsque la vieille dame meurt. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que sa grand-mère avait écrites pour de nombreux destinataires : lettres d’excuse, de regret et d’amour. Petit à petit, elle comprend que les contes de son aïeule s’inspiraient de personnages bien réels…

Voici un roman scandinave plutôt atypique où monde imaginaire et vie réelle s’entremêlent. L’un étant une métaphore de l’autre. Le récit se déroule principalement avec lenteur. Heureusement certains passages plein d’action et de révélations viennent redonner un peu de rythme à l’ensemble. J’ai regretté que l’histoire soit si longue à démarrer. En effet, dans la première partie du roman l’auteur prend beaucoup de temps à nous expliquer en détail le Pays Presqu’Eveillé qu’a inventé la grand-mère d’Elsa. C’est d’ailleurs parfois assez fastidieux à lire. J’avoue avoir largement préféré la seconde moitié de cette histoire où les personnages dévoilent ce qu’ils sont vraiment et où nous apprenons à mieux connaitre cette grand-mère si attachante.

Fredrik Backman nous embarque dans une véritable quête pour la petite héroïne qu’il nous présente. Elle va découvrir des secrets enfouis depuis des années. Son monde et ses certitudes vont se voir bouleverser et vont apposer une marque indélébile sur sa vie. Il s’agit d’un roman aux personnages extrêmement attachants. Elsa est une petite fille différente des autres enfants. Son intelligence, sa perspicacité mais aussi son caractère bien trempé en font une héroïne très forte qu’on prend plaisir à suivre. La grand-mère est un sacré numéro dans le genre impertinent, casse-cou mais avec un cœur énorme. De révélation en révélation, ce sont toutes les apparences qui volent en éclat.

Ce roman souffre de quelques défauts notamment à cause d’un récit inégal avec une seconde partie plus intéressante que la première ainsi qu’une lenteur dans la mise en place de l’histoire. Malgré tout, il s’agit d’une vraie leçon de vie où l’émotion, les révélations et les personnages charismatiques sont rois.

presse-citc3a9Fanny

Tag : Problèmes de lecteurs

Après une petite pause bloquesque, je vous reviens avec un tag. Merci Céline d’avoir pensé à moi afin de répondre à ces quelques dilemmes. Même pas peur, c’est parti!

best-places-to-read-in-summer-2

1 : Tu as 20.000 livres dans ta PAL. Comment décides-tu de ta prochaine lecture ?

Je possède environ 70 livres dans ma PAL et j’ai déjà des sueurs froides à l’idée de ne pouvoir les lire. Je ne préfère pas imaginer mon état à 20.000 livres… Pour choisir un titre à lire, tout dépend de mon état d’esprit et de mon envie du moment. Au feeling!

2 : Tu as lu la moitié d’un livre et tu ne l’aime pas. Tu abandonnes ou tu continues ?

C’est assez rare que j’abandonne un roman. Je suis tellement exigeante lorsque je choisis un livre que j’ai finalement peu de véritable déception. Mais si une aversion s’installe, je n’hésite pas à abandonner. Il y a trop d’histoire et de personnage à découvrir pour perdre son temps avec un livre que l’on n’apprécie pas.

3 : La fin de l’année approche et ton challenge Goodreads n’est pas fini. Est-ce que tu essaies de te reprendre et comment ?

J’ai abandonné le challenge Goodreads par manque de temps. Je préfère lire à mon rythme sans me forcer ni me mettre de barrière. Le tout est de prendre du plaisir.

4 : Les couvertures d’une saga/série que tu aimes ne se ressemblent pas… Comment tu gères ça ?

Cela ne me dérange pas plus que cela. Par contre, un changement de format en plein milieu d’une série m’exaspère franchement lorsqu’il faut ranger chaque tome dans la bibliothèque…

2013-08-07-13a
5 : Tout le monde aime un livre que toi tu n’aimes pas. A qui en parles-tu du coup ?

Je n’hésite pas à le dire sur la blog, la page facebook ou en discussion avec des amis. Chacun a le droit d’avoir son opinion et un avis que ce soit dans le même sens que la masse ou au contraire à l’opposé.

6 : Tu es en train de lire dans un lieu public et tu sens que tu vas pleurer ? Qu’est-ce que tu fais ?

Je regarde ailleurs pour essayer de refouler les larmes. Je prépare tout de même un mouchoir au cas où. Je lis rarement dans un lieu public donc il y a très peu de chance pour que cela m’arrive…

7 : La suite d’un livre que tu aimes vient de sortir mais tu as oublié pas mal de choses. Que fais-tu ? Tu relis le précédent ? Tu trouves un synopsis bien spoilant ? Tu pleures de frustration ?

Lorsque je continue une série je ne ressens pas le besoin de relire le tome précèdent ou de chercher un résumé de celui-ci. J’ai plutôt bonne mémoire donc je fonce.

8 : Tu ne veux pas prêter tes livres. Comment dis-tu non gentiment si on te pose la question ?

Je prête mes livres à des gens de confiance sans problème. Cela n’arrive pas souvent car je n’ai pas beaucoup de gros lecteurs dans mon entourage.

giphy
9 : Tu as choisi et reposés 5 livres le mois passé. Comment gères-tu ta panne de lecture ?

Pas de stress. Il faut parfois savoir se laisser du temps et s’écouter. Je vais aller vers une valeur sûre comme les romans du XIXe siècle ou un roman doudou.

10 : Il y a tellement de nouveaux livres que tu rêves d’acheter. Combien en achètes-tu réellement ?

Je n’en achète pas beaucoup même si parfois je cède à de grosses envies chez des bouquinistes ou en salon. Je reçois quelques services presse également. Cependant les envies sont très présentes lorsque je me rends en librairie et je dois me raisonner pour ne pas faire augmenter ma PAL.

11 : Après les avoir acheter, combien de temps restent-ils dans ta PAL avant que tu ne les lisent ?

Cela peut varier d’une journée à plusieurs années malheureusement. J’ai acheté certains livres sur un coup de tête car ils me tentaient beaucoup et puis le temps est passé et ils sont restés sur mes étagères. J’en suis d’ailleurs la première navrée.

J’espère que ce tag vous aura plu. N’hésitez pas à le reprendre et à me le signaler pour que je puisse venir vous lire.

Fanny

Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy

IMG_20150610_181712_resizedkkk

Résumé de l’éditeur : Gabriel Oak, jeune paysan du Wessex, est devenu propriétaire d’une bergerie. Il s’éprend de Bathsheba Everdene, venue s’installer au pays avec sa tante. Mais la belle repousse ses avances avec hauteur. Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, Gabriel, ruiné, est réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie et dont la propriétaire n’est autre que… Bathsheba, qu’un héritage a rendue riche.

Je préfère vous prévenir de suite, va suivre une chronique carrément dithyrambique. Thomas Hardy nous transporte dans le Wessex, un comté imaginaire surement inspiré de sa région natale. L’auteur nous décrit de superbes paysages. Il dépeint également la vie dans la campagne anglaise où le rythme de chaque foyer se calque sur les saisons et les divers travaux d’élevage ou de récolte à réaliser. Pendant ma lecture, je n’ai eu de cesse de passer par diverses émotions : la joie, la tristesse, l’inquiétude, le désemparement mais aussi l’incrédulité parfois. Thomas Hardy nous emmène là où on ne l’attend pas.  Certaines scènes sont vraiment dramatiques et nous secouent forcément. D’autres sont au contraire plus douces où l’espoir semble revenir.

C’est un roman moderne et notamment concernant la condition de la femme. En effet, ici Bathsheba est à la tête d’une ferme et d’une certaine fortune. C’est elle qui assure la gestion et la coordination de sa propriété. Cependant, c’est aussi le témoignage de la méconnaissance des femmes des choses de l’amour. On ne leur explique rien et sont sciemment laissées dans l’ignorance. Elles ne peuvent ainsi pas cerner correctement leurs sentiments. Ceci s’en ressent dans leurs prises de décision qui ne sont pas toujours judicieuses. Gabriel Oak est un très beau personnage. On le suit avec beaucoup d’empathie. Il en va de même avec William Boldwood. En ce qui concerne le sergent Troy, c’est une autre histoire… Vous l’aurez compris, la psychologie des personnages est recherchée.

Un énorme coup de cœur comme il en existe finalement peu. Il s’agit d’un des plus beaux romans du XIXe siècle anglais que j’ai pu lire jusqu’ici. L’intrigue, les personnages et leur psychologie, les descriptions, la vie à la campagne pendant la seconde moitié du XIXe siècle en font une œuvre incontournable et inoubliable. L’adaptation qui vient de sortir est une petite merveille!

Lu en lecture commune avec Natacha.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

Fanny

Bryanston Mews de Anne Perry

9782264056764

Résumé de l’éditeur : Dans la touffeur de l’été 1896, les agents de la Special Branch, Thomas Pitt en tête, sont au comble de l’effroi. Mrs. Quixwood, épouse d’un riche banquier, vient de succomber à un viol, et la mise en scène trop bien orchestrée du suicide laisse peu de place au doute. Secondé par sa femme, Pitt ouvre immédiatement l’enquête. Mais c’est sans compter sur les secrets que la victime a emportés avec elle et qui s’acharnent à brouiller les pistes… En pleine guerre des Boers, l’horreur s’invite au sein d’une bourgeoisie ruinée par les conflits d’Afrique du Sud. 

Et une enquête de plus des Pitt à mon compteur ! Le chiffre s’élève désormais à 28 tomes lus. Dans ce nouvel opus, Anne Perry revient à ses premières amours. En effet l’enquête tourne autour de divers viols et d’un meurtre. Même si la Special Branch ne semble pas concernée de prime abord, Thomas Pitt se doit d’intervenir. C’est un travail de fourmis qui s’enclenche avec une recherche de preuves, des interrogatoires ainsi que des intimidations afin de faire plier les suspects et ainsi les faire avouer. Il s’agit donc d’une intrigue lente. Quelques raccourcissements auraient pu être opérés afin d’alléger l’ensemble.

Narraway est toujours présent. Il met entre parenthèse sa fonction de parlementaire pour se consacrer à enquêter. Gracie n’est pas présente une seule seconde. Je dois dire qu’elle me manque beaucoup. J’aimerais que les Pitt gardent contact avec elle et la fasse intervenir volontairement ou non dans leurs enquêtes. Vespasia a une place importante. Elle aide Narraway dans sa tâche. Ce dernier ne reste pas insensible à son charme. Affaire à suivre ! La tenue d’un procès est un point intéressant. De même que les discussion avec les enfants à propos de sujets difficiles.

L’intrigue de ce tome m’a beaucoup plu. Malheureusement quelques longueurs viennent alourdirent l’ensemble. Narraway et Vespasia sont mis en avant. Anne Perry nous expose des thèmes intéressants.

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Bianca, Belette et Céline.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle, du challenge Quelques heures avec Anne Perry, et du challenge British Mysteries.

      2168108069

Fanny

Le Puits des mémoires, Tome 1 : La traque de Gabriel Katz

9782266244510

Résumé de l’éditeur : Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, ni de la raison pour laquelle il se retrouve là, en haillons, sur une terre inconnue et glacée. Sur leurs traces, une horde de guerriers venus de l’autre bout du monde met le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués, ils vont devoir apprendre à travailler ensemble afin de découvrir la vérité, et survivre dans un monde où règnent violence, complots et magie noire.

Je lis peu de fantasy et pourtant c’est un genre que j’apprécie en général. L’approche du festival des Imaginales, qui s’est déroulé du 28 au 31 mai 2015, est souvent l’occasion de renouer avec ce type de roman. Le côté fantastique reste classique mais intéressant. Au rendez-vous : de la magie et des créatures. Rien d’extraordinaire donc mais l’auteur a le mérite d’avoir su mettre en place dès ce premier tome une fantasy accessible. Les plus jeunes comme les moins jeunes trouveront forcément leur compte dans cette histoire. Il y a quelques traits d’humour grâce à certaines situations ou encore des répliques ironiques. Ils apportent un peu de légèreté à ce récit où la traque, la fuite, la conspiration, la violence, et les coups bas sont monnaie courante.

Nous suivons principalement trois personnages dont la mémoire s’est complètement altérée. Ils possèdent des caractères forts et sont de ce fait très marquant. Olen est l’éternel amoureux, Karib possède des pouvoirs hors du commun et Nils est silencieux mais habile au lancée de couteaux. Malgré des mésaventures, des rencontres malheureuses et des maladresses, nous comprenons assez vite que ces protagonistes sont les acteurs d’un événement lourd de conséquences  et sont voués à un grand destin. Nous sommes également face à des figures complètement machiavéliques qui sont prêtent à tout pour obtenir vengeance et pouvoir.

Une bonne entrée en matière que ce premier tome. L’auteur a su attirer mon attention et me donner envie de continuer sa série. Même si les éléments de fantasy sont assez classiques, j’ai très envie de retrouver prochainement nos trois héros et de connaitre les tenants et les aboutissants de leur histoire car je suis certaines que des révélations m’attendent.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Pocket

massecritique     images

Fanny