Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan

Résumé de l’éditeur : Au début du XXe siècle, dans la noblesse anglaise encore flamboyante, naissent les célèbres sœurs Mitford. Leur destin sera hors du commun. Nancy, amoureuse de la France et de Gaston Palewski, gaulliste historique, devient une romancière célèbre. Diana brûle pour le fascisme anglais naissant et se compromet auprès de son chef de file ; Unity devient une proche amie de Hitler ; tandis que Jessica, l’avant-dernière de la fratrie, s’engage auprès des jeunes républicains espagnols avant de rejoindre le parti communiste. Seules Pamela et Déborah suivent la voie rêvée par leurs parents, et se marient dans le luxe et le conservatisme. A travers le portrait étonnant de ces femmes passionnées, prises dans les tourments de la crise économique et des deux guerres mondiales, ce document présente une vibrante traversée du siècle.

Les six sœurs Mitford (Nancy, Pamela, Diana, Unity, Jessica et Deborah) sont issues d’une famille aristocratique britannique. J’ai littéralement adoré les suivre de leur plus tendre enfance jusqu’à leur disparition. Certaines sont assez extrêmes et difficilement appréciables comme Diana et Unity. Leur allégeance aux idées nazies m’ont pour le moins refroidie à leur égard. Leur fanatisme soulève beaucoup d’interrogations. Ma préférence est allée vers Nancy et Jessica. Nancy possède une personnalité assez ambiguë à la fois généreuse et parfois méchante. On comprend assez rapidement qu’elle n’a jamais été aimée à sa juste valeur. Jessica m’a impressionnée. Elle s’est affranchie de sa haute extraction pour poursuivre ses idéaux dans l’air du temps.

La biographie de ces destins hors du commun côtoie une fresque historique du XXe siècle. Ces deux éléments se lient très bien ensemble. En effet, Annick Le Floc’hmoan arrive parfaitement à retranscrire l’atmosphère de chaque époque que traverse les sœurs Mitford. Les glissements sociaux, idéologiques et politiques de plusieurs pays (le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, la France ou encore les États-Unis) sont finement analysés et intégrés au récit. C’est aussi l’effondrement de l’aristocratie britannique toute puissante qui nous est montré. Pour ne rien gâcher, le tout se lit comme un roman. Les citations de lettres et d’autobiographies sont bien intégrées au texte et permettent de donner du crédit à l’ensemble.

Ces extravagantes sœurs Mitford est une biographie passionnante. Les destins personnels de chaque sœur (mais aussi du reste de la famille) se marient parfaitement avec la fresque historique et donne un ouvrage de qualité. J’avoue m’être plongée dans ces pages avec une véritable fascination. A tel point, que je me suis déjà procurée La poursuite de l’amour de Nancy et Rebelles honorables de Jessica!

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain
  • Lady Scarface de Diane Ducret
  • Lettres choisies de la famille Brontë (1821-1855) recueil de Constance Lacroix

Fanny

Publicités

Les reflets d’argent de Susan Fletcher

61MTX6R1BjLRésumé de l’éditeur : Les reflets d’argent Les caprices de la mer ont toujours rythmé la vie des habitants de l’île de Parla. C’est ainsi depuis la nuit des temps et cela ne changera pas. Pour les familles Bundy et Lovegrove qui résident sur cette île depuis des générations, il n’y a rien d’autre à faire que d’accepter la routine et la perte des êtres chers qui s’en vont un à un. Un jour pourtant, un homme mystérieux s’échoue sur la plage de Sye, un homme qui ressemble étrangement à l’homme-poisson porteur d’espoir dont parle le livre qui rassemble les mythes de l’île. Cette découverte, que tous voient comme un signe de renouveau, va réveiller l’âme de cette communauté pour mieux la faire renaître.

J’ai lu il y a quelques années Un bûcher sous la neige en période de Noël. C’est un roman dont on ne sort pas indemne. C’est donc avec plaisir que j’ai renoué une nouvelle fois avec la plume de Susan Fletcher. Cette dernière nous propose de poser nos valises sur l’île de Parla, un endroit imaginaire. Nous suivons toute une ribambelle de personnages ayant, pour la plupart, un lien de parenté. Merci à l’arbre généalogique en début d’ouvrage sans qui je n’aurais pu apprécier ce roman tant le nombre de protagonistes est impressionnant et déroutant. Bien sûr, tout se sait sur cette île. Tout sauf une seule chose : qui est cette homme retrouvé échoué sur une plage? Est-il humain ou est-ce l’incarnation de l’homme-poisson, figure légendaire?

Susan Fletcher nous décrit des paysages battus par les vents. On s’imagine très bien cet endroit à la manière d’une île anglaise ou irlandaise. La vie insulaire est difficile mais tellement attirante. Les croyances y sont fortes tout comme l’incompréhension palpable entre l’ancienne et la nouvelle génération. Chaque personnage a ses blessures qu’ils tentent de dissimuler. Il est question d’amour, de vrais sentiments et de seconde chance. L’arrivée de cette homme sur l’île vient bousculer tout ce petit monde et remettre en question ce qu’ils ont toujours connu. Des interrogations vont trouver des réponses d’autres vont être posées pour enfin en finir avec les vieilles histoires et les non-dits qui empêchent d’avancer.

C’est bien écrit, c’est intéressant et prenant. Susan Fletcher nous prend par la main pour nous emmener sur une île à la découverte de ses habitants, de ses croyances et de ses paysages. Malgré des débuts un peu difficiles en raison du nombre très important de personnages, j’ai finalement aimé ce roman. Il pourrait lui-même donner lieu à un conte légendaire ou folklorique.

Lu dans le cadre du challenge A year in England.

13567018_10210036716705510_2905431851464497278_nVous aimerez aussi découvrir :

  • Amours et autres enchantements de Sarah Addison Allen 
  • La maison des hautes falaises de Karen Viggers
  • Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher

Fanny

Le trône de fer, L’intégrale 1 de George R. R. Martin

61kuQnoGdIL

Résumé de l’éditeur : Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le Mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer. Tous les coups sont permis et seuls les plus forts, ou les plus retors, s’en sortiront indemnes…

Etant une adepte de la série télévisée, je me devais de découvrir cette série de romans. Il s’agit d’un sacré morceau qui ne se laisse pas approcher si facilement que ce soit par sa taille (presque 800 pages avec une police assez petite), par son genre (de la fantasy pure) ou la plume de l’auteur. En effet, l’écriture est stylisée, travaillée, réfléchie mais aussi et surtout maîtrisée de bout en bout. A tel point qu’il n’y a aucune fluctuation. C’est un exercice bien difficile pour une saga mais ici c’est une réussite ! Le vocabulaire est soutenu. J’ai buté quelquefois sur certains mots que je ne connaissais pas. On peut y percevoir de très forts échos de l’époque médiévale. Le but étant de plonger le lecteur dans une ambiance bien particulière.

L’histoire en elle-même est passionnante. Nous sommes happés par les événements comme dans un tourbillon. Il y en a pour tous les goûts : du complot, des machinations, des assassinats, des scènes de bataille et un brin de fantastique. Chaque chapitre est consacré à un personnage en particulier. Ceci permet d’avoir différent point de vue de la situation. Chacune des personnalités apporte quelque chose à l’univers et nous en apprend beaucoup sur les particularités de toutes les maisons et territoires. On se prend au jeu d’adorer ou au contraire détester certains personnages. Joffrey est juste ignoble. La bonne surprise reste comme dans la série Tyrion. J’avoue avoir une affection particulière pour Arya et Daenerys.

A mon sens, il s’agit d’une œuvre majeure. Je me suis complétement abîmée dans cette lecture. J’en suis même venue à retenir mon souffle dans les dernières pages alors que je connaissais déjà l’histoire en grande partie. Je lirais la suite c’est certain. Quant à savoir quand ? C’est une autre question…

Fanny

Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher

9782290025253Résumé de l’éditeur : Au coeur de l’Écosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride, le révérend Charles Leslie, venu d’Irlande, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières et raconte les Highlands enneigés, les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse. Jour après jour, la créature maudite s’efface. Et du coin de sa cellule émane une lumière, une grâce, qui vient semer le trouble dans l’esprit de Charles.

Nous avons deux points de vue différents : celui de Corrag qui raconte son histoire et celui de Charles Leslie qui détaille ses sentiments à propos de ce récit dans des lettres régulières à sa femme. Ce deuxième point de vue est intéressant car il évolue tout au long du roman mais surtout en fonction de ce que lui révèle Corrag. Il en va de même pour le lecteur car au début nous restons méfiants car l’ensemble semble un peu flou et mystérieux. Puis, petit à petit, nous nous laissons porter par cette héroïne atypique au talent exceptionnel de conteuse et ses pérégrinations hors du commun. Nous l’adoptons sans problème et nous ressentons beaucoup d’empathie face aux multiples évènements qu’elle a vécus.

Mais ce roman n’est pas seulement l’histoire d’une accusée et d’une condamné de sorcellerie. C’est aussi l’histoire des Highlands, de tout un clan (les MacDonald) décimé à Glencoe en 1692, du massacre des femmes dites « sorcières », du combat des jacobites. L’auteure a surement réalisé des recherches historiques poussées qui font que son roman est ancré sur des bases réelles. Elle attribue une grand place à la nature, la solitude, les animaux, les plantes médicinales. Susan Fletcher a un réel talent pour nous décrire par des mots les paysages magnifiques et sauvages qu’a admiré Corrag. J’ai parfois eu l’impression que je les contemplais réellement. L’héroïne est un personnage émouvant par sa naïveté mais aussi par son courage et sa capacité à garder confiance en l’humain malgré ce qu’il a pu lui faire subir.

Un superbe roman avec lequel j’ai passé un joli moment de lecture même si les sujets abordés ne sont pas toujours faciles. Corrag est un personnage marquant que je n’oublierais pas de sitôt. Il en va de même avec la superbe plume de Susan Fletcher qui nous décrit des paysages à couper le souffle.

Fanny