Le protectorat de l’ombrelle, Tome 1 : Sans âme de Gail Carriger

51mrP+oTkbL

Dans un premier temps, je dois vous avouer que d’habitude je ne suis pas du tout attirée par ce genre de roman et que je ne connais que très peu de chose à propos de l’univers du surnaturel. Ce livre m’a notamment appris à devenir moins snob envers certains types d’histoires et à m’ouvrir un peu plus. La preuve puisque je l’ai adoré. J’ai également appris en lisant divers avis qu’il s’agissait d’un roman steampunk, sous genre de la science-fiction. Ce terme désigne un type particuliers de roman qui se déroule dans l’ère industrielle du XIXe siècle avec comme caractéristique l’usage de machines fictives à vapeur.

Ce roman prend donc place dans le Londres de l’époque victorienne. Les surnaturels (loups-garous et vampires) sont intégrés à la société. La reine Victoria a même créé un cabinet s’occupant de ce genre d’affaire. Nous suivons les aventures d’Alexia Tarabotti une vieille fille paranaturel au caractère bien trempé d’origine italienne qui n’a rien des préoccupations d’une jeune femme de son temps. En effet, dès le début du roman elle tue sans le vouloir (enfin qu’à moitié…) un vampire à l’aide de sa précieuse ombrelle améliorée. C’est à partir de ce moment que la vie d’Alexia va basculer. Entre action rondement menée et romance, ce livre a largement satisfait mes exigences. Je souhaitais un roman léger qui saurait me faire aller dans un autre monde et me faire rire. J’ai donc été servi.

Dans ce premier tome, nous apprenons aussi à connaître divers personnages principaux et secondaires qui ont tous leur singularité et leur excentricité qui les rendent très attachants. Et quel plaisir de retrouver l’époque victorienne : les décors, les intérieurs, les costumes. Décidément il s’agit vraiment de ma période de prédilection.

J’ai choisi cette version poche car elle est moins cher que le grand format mais vais-je pouvoir attendre la publication des autres tomes en format réduit? Pas sur… Je suis faible!

Pour moi, il s’agit d’un coup de cœur et d’une découverte que je ne suis pas prête d’oublier. Vivement la suite!

Pour information, Gail Carriger sera présente aux Imaginales d’Epinal qui se dérouleront entre le jeudi 23 et le dimanche 26 mai 2013.

Fanny

Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston

Un coup de cœur pour commencer cette nouvelle année? Aller, soyons fous!

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur la blogosphère alors je ne pense pas m’appesantir. J’en profite d’ailleurs pour vous mettre le lien vers l’excellent article de Claire du blog The Frenchbooklover qui en parle très bien.

Il s’agit d’un roman graphique très original sous forme de journal intime qui reprend le style du scrapbooking. Nous suivons l’héroïne à travers des assemblements d’images tirées de cartes postales, de magazines, de publicités de l’époque et de bien d’autres choses encore. J’ai beaucoup apprécié cette plongée dans les années 20 grâce à l’iconographie. Nous découvrons les objets, les modes (qui m’ont automatiquement fait penser aux costumes de la série Downton Abbey), les paysages de cette période.

Frankie, le personnage principal, est très attachante. On suit son parcours initiatique de jeune américaine des années 20 entre sa région natale le New Hampshire aux États-Unis en passant par son entrée à l’université de Vassar puis son année à Paris. On assiste à son passage de l’adolescence à l’âge adulte avec toutes les difficultés mais aussi les joies que cela engendre : la découverte de nouveaux sentiments, les doutes, les histoires d’amour mais aussi les déceptions.

Une lecture vintage, attendrissante et rafraichissante qui n’est pas sans rappeler ce tournant d’une vie que l’on a tous vécu.

Pour conclure, je vais faire comme Claire et vous poster la vidéo de présentation de l’éditeur qui est très sympa.

Fanny

Les Roses de Somerset de Leila Meacham

913sttw6fhl

Pour commencer je tiens à préciser que ce roman a été une véritable surprise et une très belle découverte. Je tiens donc à remercier les éditions Charleston qui m’ont permis de lire ce roman en étant sélectionnée comme lectrice 2013.

Mary Toliver, à la mort de son père en 1916, se voit hériter du domaine familial de Somerset. Elle n’a que seize ans mais se sent déjà l’âme d’une Toliver : la terre passe avant toute chose quitte à se sacrifier soi-même et à vivre malheureuse. C’est comme ceci que débute cette belle saga familiale sur fond de plantation de coton aux Etats-Unis.

Il s’agit d’un roman poignant et pleins d’émotions à propos des liens, de l’attachement (l’amour, l’amitié, la terre, la famille, la lignée) et des sacrifices. Les personnages sont très fouillés et plus vrais que nature. Ils nous ressemblent avec leurs faiblesses et leurs obsessions. Mary Toliver, a un tempérament de feu et en devient très attachante. Ses quelques défauts la rendent réelle et humaine. Ceci nous permet, à nous lectrices, de s’identifier à elle. Le couple Mary/Percy m’a beaucoup touché pour ne pas dire ému. J’ai beaucoup aimé la sensualité qui se dégage de ce roman dans certains passages : les gestes tendres, les nuits d’amour, les attentions et les petites phrases qui en disent long. C’est une très bonne façon de donner un peu de légèreté au roman. J’ai un peu moins accroché sur la dernière partie qui concerne un autre protagoniste tellement j’ai été happée par l’histoire de Mary et Percy. A part ce petit détail, ce livre est parfait!

Pour ce qui est de la forme, j’ai beaucoup apprécié les chapitres courts. Le rythme ne s’interrompt jamais. Il n’y a aucune longueur inutile dans l’histoire. J’ai souvent ressenti une difficulté à lâcher ce roman. On souhaite sans arrêt connaitre la suite et retrouver nos personnages surtout Percy et Mary, je dois l’avouer. Quel couple et quel destin pour eux et pour leurs descendants! J’ai aimé cette couverture classique mais rehaussée de rouge et avec des jeux de textures très sympas. J’apprécie également le fait qu’elle soit totalement en lien avec l’histoire.

Le côté historique m’a intéressé. On découvre les changements dans la société américaine des années 20 jusqu’à la fin du XXe siècle. Et bien sur, la seconde guerre mondiale a une place importante avec ses ravages et les bouleversements qu’elle a provoqué.

Un roman passionnant, émouvant et prenant en même temps. Merci encore les éditions Charleston pour cette première publication.

SORTIE LE 18 JANVIER 2013

Fanny

Tag de Noël

wpid-tagnoel.png

Noël est déjà passé depuis quelques temps mais je vais tout de même répondre avec plaisir à ce tag car c’est une période que j’apprécie tout particulièrement même si elle passe beaucoup trop vite.

J’en profite pour remercier Claire du blog Thefrenchbooklover et Céline du blog Les livres de Céline qui ont pensé à moi.

Les règles de ce tag :

* Remercier le blogueur ou la blogueuse à l’origine de la nomination (en ajoutant le lien de son blog).
* Répondre aux 6 questions ci-dessous.
* Ajouter le logo et les règles à suivre.
* Nominer 5 blogueurs ou blogueuses de ton choix.
* Les prévenir par commentaire

1-Pour toi, Noël, c’est quoi?

Pour moi Noël est avant tout une fête de famille. C’est l’occasion pour moi de retrouver mes parents, mon frère, mes grand parents, mes oncles et tantes ainsi que mes cousins et cousines. En général, le 24 au soir on dine (avec mon compagnon) avec mes parents, moi et mon frère. Le 25, on fête Noël avec le reste de la famille. L’après midi, en général, on joue à des jeux de société. C’est très convivial et joyeux avec beaucoup d’éclats de rire.

2. Les couleurs de ton sapin cette année

Je n’en ai pas fait chez moi car je ne passais pas les fêtes à la maison. En revanche, je suis allée en vacances chez mes parents et le sapin était tout de rouge vêtu.

3-Le pire cadeau que tu ne souhaiterais pas avoir ou que tu as déjà eu?

Je n’ai jamais eu de cadeaux que je n’ai pas apprécié.  Par contre, je ne pense pas aimé recevoir, comme beaucoup, de l’électroménager. Je trouverai ça déplacer pour un Noël.

4-Ta liste de cadeaux faite au Père Noël?

J’ai pu voir que beaucoup de gens ne font pas de liste et préfère les surprises. Pour ma part, j’en ai fait une pour ma belle-famille que je ne vois pas souvent et qui souhaite tomber juste.

– Tess de Roman Polanski (2 DVD, version remastérisée et restaurée)

– Nord et Sud (2 DVD)

– Northanger Abbey de Nancy Butler et Janet Lee (Marvel, version anglaise)

– Louisa May Alcott de Charline Bourdin

– Le Journal de Frankie Pratt de Caroline Preston

– Le grand livre des gnomes de Terry Pratchett

– Le protectorat de l’ombrelle – Sans âme (tome 1)

– Elinor Jones – Le bal d’hiver (tome 1)

– Moi Maru, chat enrobé

5-Comment as-tu découvert que le Père Noël n’existait pas?

J’ai découvert que le Père Noël n’existait pas tout en douceur un 25 au matin. J’étais sur le lit de mes parents avec mes cadeaux fraichement déballés. Ils me l’ont annoncé en m’expliquant bien que c’était en réalité les parents qui offraient les cadeaux et que celui qui buvait le chocolat chaud et mangeait les friandises laissées sur la table pour le Père Noël était… mon père!

6-Comment trouves-tu ce tag de Noël?

Je trouve ce tag de Noël intéressant. Il permet de mieux connaitre ceux qui y répondent et de découvrir les traditions familiales de chacun.

Fanny

Adorable Sophy de Georgette Heyer

L’auteure, Georgette Heyer (1902-1974), était une spécialiste de l’époque de la régence en Angleterre (1811-1820). Le titre original de ce roman publié pour la première fois en 1950 est The Grand Sophy.

L’histoire se déroule en 1816, sous la régence en Angleterre. Sophy est confiée par son père à sa tant Lady Ombersley. Il lui donne pour principale mission de trouver un mari pour sa fille mais c’est sans compté sur le caractère bien trempé de Sophy. Il ne s’agit plus de la petite fille sage d’autrefois. Sophy a grandi, voire même un peu trop si on en juge la description que nous en fait l’auteure (jambes longues, grande taille, etc…). De son côté, la jeune fille va se mettre en tête de résoudre toutes les querelles familiales par des moyens aussi peu convenables qu’extravagants. Elle est prête à tout et même à se compromettre. Mais Sophy a bon cœur et réussit à amadouer voir même manipuler ceux qui l’entourent.

L’histoire débute lorsque Sophy n’est pas encore arrivée chez sa tante. On sent toute de suite une atmosphère tendue. Mais dès qu’elle débarque, ce sentiment fait place à davantage tolérance, les esprits s’apaisent. Sophy est une véritable tornade qui désorganise tout sur son passage. J’ai beaucoup aimé ses courses folles en phaéton à travers Londres. C’est une jeune fille téméraire et rafraichissante. Une héroïne à laquelle on se s’attend pas forcément dans un livre racontant une histoire du début du XIXe siècle. Elle se met souvent dans des situations intenables pour une femme de l’époque mais les gens semblent toujours finir par la pardonner.

Un roman très plaisant et rafraichissement. Il est également très drôle grâce à cette chère Sophy à laquelle on s’attache beaucoup.

Fanny