Des period dramas en pagaille! #2

De multiples heures de train m’ont permis d’avancer dans mes visionnages de period-dramas. Au rendez-vous de ce second numéro : du très bon et du moins bon. J’ai, dans tous les cas, découvert de belles histoires fortes en émotions. Je remercie le forum Whoopsy Daisy qui est devenu mon fournisseur officiel d’idées de visionnages.

AICBBC

An inspector calls avec David Thewlis et Sophie Rundle (BBC, 2015)

Je vous le dis tout de suite, j’ai adoré ce téléfilm.  Quel plaisir de retrouver David Thewlis (Harry Potter) et Sophie Rundle (Peaky Blinders, The Bletchley Circle)! Ils sont très très bons. On aimerait d’ailleurs les voir jouer plus souvent. Il s’agit d’un huis clos dont le confinement exacerbe les sentiments, les caractères et les volontés. L’intervention d’un inspecteur de police va chambouler toute la confiance d’une famille et mettre à terre les faux-semblants. Les multiples rebondissements viennent donner du rythme tout comme les flashbacks. Ces derniers sont d’ailleurs une véritable valeur ajoutée à l’ensemble. Le scenario nous balade et nous fait réfléchir quant à l’intrigue. Je suis passée par toute une panoplie de sentiments entre tristesse, colère et espoir. La chute est surprenante et laisse bouche bée.

go_between_dvd_large

The Go-Between avec Joanna Vanderham et Jim Broadbent (BBC, 2015)

Je ne savais pas du tout de quoi traitait ce film qui est adapté du roman de Leslie Poles Hartley. J’ai découvert une belle histoire sensible faite de passion. En 1900, nous suivons un petit garçon d’extraction modeste qui passe l’été dans la propriété de proches. Le pauvre Léo fait la navette entre deux protagonistes qui ne peuvent vivre leur relation librement. Il se trouve sans cesse entre deux feux ce qui va lui valoir des déconvenues.  Joanna Vanderham, qu’on a pu voir dans The Paradise, possède un jeu très pointu. J’ai parfois été révoltée, j’ai souri, j’ai été triste. Il y a une vraie force dramatique dans cette histoire qui vous emporte forcémment. Comme souvent avec la BBC, les décors, les paysages et les costumes sont très réussis.

lis_600

Life in squares avec Lydia Leonard, Phoebe FoxJames Norton et Rupert Penry-Jones  (3 épisodes, BBC, 2015)

Cette mini-série est une vraie déception. Sur le papier, elle avait tout pour me plaire mais malheureusement ce fut une déconvenue. Vanessa Bell est mise en avant tandis que Virginia Woolf semble rester sur la touche. Contrairement à beaucoup de spectateurs, c’est le troisième et dernier épisode qui m’a davantage plu. L’ensemble reste en surface. Cela manque de liant et de profondeur. Le sujet aurait mérité au moins trois épisodes de plus. Ici, on s’intéresse surtout aux mariages, aux naissances et aux secrets de famille. Même si les membres du Bloomsbury Group sont présents, n’espérez pas en apprendre trop à leur propos. La façon de filmer est parfois gênante. En effet, il y a beaucoup de prises de vue avec des flous qui n’apportent rien. Par contre, le casting a été très bien réalisé mais n’a pas réussi, à mon sens, à pallier les autres défauts.

A venir dans de prochains numéros

Participation au challenge A year in England de Titine

11800031_10207543959508138_8537340896721806582_n

Fanny

Publicités

Fox-trot de Michel Quint

eho_quint4n-252x368Résumé de l’éditeur : Février 1934. Tandis que les gramophones jouent Deux sous de fleurs, l’affaire Stavisky éclabousse la classe politique française. De violentes émeutes menées par les ligues d’extrême droite éclatent. Malgré ces troubles, le spectacle continue. Le haut du pavé se presse pour admirer Lisa Kaiser qui se produit au « Sphinx », un cabaret lillois. Mais la trapéziste est sauvagement assassinée. Assiste-t-on à une contagion de la violence ? Charles, qui en pinçait pour la voltigeuse, va mener l’enquête tout en acceptant d’être la taupe du maire socialiste, Roger Salengro, chez les Croix-de-Feu. Un jeu qui s’avère dangereux. Entre music-hall, effroi et paranoïa, Fox-trot est un roman sur une époque où pointe en tout la barbarie. L’intrigue policière, implacable, est portée par un rythme martelé comme des pas de danse sur un vieux plancher.

Fox-trot est un roman très complet qui mélange l’historique, le policier, le roman d’espionnage et l’actualité contemporaine. C’est un véritable plongeon dans les années 30 que nous propose Michel Quint. Le récit débute à Paris pour se déplacer vers Lille. Le trouble est à son comble, le mécontentement fait rage et des émeutes ont régulièrement lieu. La tension et l’ambiance générale sont électriques et présentes à chaque page du roman comme s’il ne suffisait que d’une étincelle pour que tout explose. Le contexte historique est donc très bien retranscrit tout comme l’écho à notre monde actuel qui se fait vif (le roman est d’ailleurs dédié à Georges Wolinski et aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo).

Nous suivons principalement Charles qui va se retrouver bien malgré lui à devoir infiltrer une ligue d’extrême droite. Ceci va le mettre dans des situations bien inconfortables et dangereuses. Il va devoir se dépêtrer de nombreux faux pas. Mais ses sentiments vont régulièrement lui jouer des tours. Nous avançons de cabaret, en voyages en voiture, en assassinats, en réunion de types louches jusqu’à la chute, la révélation finale. L’ensemble est servi par une écriture expressive parfois sensuelle et parfois tranchante. Le rythme de l’intrigue est soutenu. On ne peut s’ennuyer une seule seconde tant les révélations et les rebondissements sont présents.

Comme vous l’aurez compris, ce roman aux multiples facettes m’a beaucoup plu. L’écho aux attentats de janvier 2015 ajoute une vraie dimension à toute l’histoire. Ce livre m’a également fait découvrir un auteur, un style ainsi qu’une époque à l’ambiance pour le moins tumultueuse.

massecritique     eho_logo-quadri-300x172

Fanny

Les Crèvecoeur, Tome 1 : Édith de Antonia Medeiros

imagesRésumé de l’éditeur : Germain Crèvecoeur, l’un des plus grands créateurs de chaussures pour femmes du XXe siècle, vient d’être retrouvé pendu. L’artiste adulé, mais pourtant tristement solitaire, lègue tous ses biens à son fils caché, Raphaël. Ces richesses comprennent une maison étrange aux murs couverts de souliers féminins et des lettres dans lesquelles le défunt dévoile le roman de sa vie ainsi que ses plus terribles secrets… Tout commence en 1915, avec Édith, femme magnifique et forte, mariée malgré elle à Romain et secrètement amoureuse d’Hektor. Le premier est un cordonnier fétichiste et dangereux, le second un soldat allemand de la Grande Guerre, ennemi de la patrie. Mais l’amour, apatride, se joue des frontières comme des convenances.

Les copinautes Une tasse de culture et Une valise remplie d’histoire m’ont donné très envie de découvrir cette saga familiale après leurs très jolies chroniques respectives. Lorsque nous commençons à lire cette histoire, c’est pour réaliser un vrai voyage dans le temps et dans une famille au destin pour le moins particulier. Le secret de famille est un thème récurrent en littérature. Cependant, Antonia Medeiros a su insérer de l’originalité à l’ensemble notamment par le contexte de la création de chaussures, les décors (la maison tapissée de chaussures est superbement décrite). Elle nous propose un vrai univers et ne tombe jamais dans le pathos même lors des passages parfois difficiles où les personnages sont malmenés.

A la lecture, on sent parfois l’hésitation ou la maladresse du premier roman mais rien de bien méchant puisque dans l’ensemble ce premier opus se lit facilement. Il est assez court (moins de 200 pages). L’auteur possède un talent de synthèse et de précision qui lui permet de dérouler son histoire assez brièvement sans entraver la compréhension. Aucun manque de détail ne se fait d’ailleurs ressentir. On aime se prendre d’affection pour certains protagonistes ou encore pester contre d’autres. A la fin l’histoire est complétement laissée en suspens pour mieux nous donner envie de connaitre la suite. La famille Crèvecoeur n’a pas encore fini de nous révéler tous ses secrets.

C’est une belle surprise que le premier opus de cette saga des Crèvecoeur. J’ai découvert un vrai univers et un auteur avec du talent. J’espère qu’Antonia Medeiros affirmera davantage son style et son écriture dans le second tome qui attend déjà dans ma pile à lire.

Lu dans le cadre du challenge Première guerre mondiale de Claire.

3257094219

XmXZTf20Fanny

Du nouveau dans ma pile à lire #10

Dans ce nouveau numéro, je vais récapituler mes réceptions et autres achats des deux derniers mois. J’en ai un petit paquet à vous montrer. Je n’ai pas été très sage, je l’avoue. Mais se faire plaisir pour sa passion fait tellement de bien de temps en temps. Je suis certaine que vous me comprenez…!

Cadeaux d’anniversaire

20151018_123325

  1. Plum, Tome 1 de Natsumi Hoshino offert par Coquelicote. Ce manga tout mignon est déjà lu. J’en ai fait qu’une bouchée. Tous les propriétaires de chat se reconnaitront forcémment dans certaines anecdotes.
  2. Sylvester de Georgette Heyer lu par Richard Armitage. Des collègues m’ont offert ce livre audio car elles savent que j’aime lire et que j’admire Richard Armitage. Je pense me procurer le livre papier pour mieux appréhender l’œuvre. J’ai écouté le premier chapitre et Mr Armitage est parfait.
  3. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee offert par Kheira. Depuis plusieurs mois je découvre un peu plus la littérature américaine. Kheira a donc visé dans le mille avec ce classique que je souhaite découvrir.

Achats

20151018_123459

  1. Le choix de Désirée et Alain Frappier. Acheté lors du salon Le livre sur la place de Nancy, ce roman graphique me semble tout à fait intéressant. L’année dernière j’avais lu et adoré La vie sans mode d’emploi : putain d’années 80!.
  2. Frankenstein de Mary Shelley. Ce classique du XIXe siècle sera parfait comme lecture d’Halloween. Il sera lu en lecture commune sur le forum Whoopsy Daisy.
  3. Rebecca de Daphné du Maurier. J’ai déjà un exemplaire que j’ai lu en français. Mais lors de mon voyage à Londres j’ai voulu rapporté un exemplaire d’un roman de mon auteur préféré en version originale. J’espère pouvoir redécouvrir ce roman bientôt.
  4. Qui je suis de Charlotte Rampling avec Christophe Bataille. J’ai découvert ce livre dans Le Grand Journal sur Canal + lors d’une chronique d’Augustin Trapenard. Ni une ni deux, je me le suis procurée d’occasion. Je suis en plein lecture. C’est intéressant et agrémenté de photographies.
  5. Elisabeth Vigée Le Brun de Genevieve Haroche-Bouzinac. L’exposition en cours au Grand Palais a attisé mon souhait d’en découvrir plus sur cet artiste peintre du XVIIIe et XIXe siècle.

20151018_144150

  1. La part des flammes de Gaëlle Nohant. J’ai acheté ce roman au salon Le livre sur la place de Nancy. Malheureusement, j’ai raté l’auteur pour une dédicace. J’ai hâte de découvrir cette histoire qui rentrera dans le challenge XIXe siècle.
  2. Mad de Daphné du Maurier. Je continue d’acquérir les livres de Daphné du Maurier qui me manquent. C’est donc au tour de Mad d’arriver dans ma pile à lire. Nous ne tarderons surement pas à le lire avec Coquelicote.

Services presse

20151018_123235

  1. La femme d’argile et l’homme de feu de Hélène Wecker. J’avoue ne pas du tout savoir à quoi m’attendre avec ce roman. Le résumé me tente et l’ensemble a l’air original. Et puis la couverture n’est pas mal, non?
  2. Rose Morte, Tome 2 : Trois épines de Céline Landressie. J’avais beaucoup aimé le premier tome. J’espère que ce second opus sera à la hauteur et que le rythme sera toujours aussi soutenu.
  3. Le miroir d’Amélie de Mireille Pluchard. Ce roman du terroir se déroule dans les Cévennes. Nous allons suivre une jeune institutrice dans la tourmente de l’Histoire. J’espère être séduite.

Avez-vous lu certains de ces titres? Quels livres sont arrivés dans vos pile à lire?

Fanny

Animarex de Jean-François Kervéan

IMG_20150817_184837_resizedRésumé de l’éditeur : « Un roman historique, quel enfer. Quelle idée à la con. Tout a été dit sur Quatorze. » Eh bien non : en cette année de tricentenaire, qui sera marquée par de nombreuses célébrations, Jean-François Kervéan réinvente à sa manière iconoclaste la jeunesse du roi en explorant la passion amoureuse qu’il vécut, à vingt ans, avec Marie Mancini, nièce du cardinal Mazarin et sœur d’Olympe, sa favorite officielle. Pour Marie et pour la seule fois de son long règne, Louis voulut abdiquer. C’est aussi à cause d’elle qu’il plongea dans l’unique dépression de sa vie. Et par amour pour elle qu’il lança avec la munificence que l’on sait les grands travaux qui firent de son siècle le Grand Siècle et de son règne, en même temps que la naissance de  » l’esprit français « , le symbole suprême de la monarchie à la française. Raconter un amour comme celui de Louis et Marie, princesse insoumise éprise de belles lettres et de sentiments vrais là où la cour n’était qu’ambitions, calculs et trahisons, c’est traquer l’or du temps dans ce qu’il a de plus précieux, sauter par-dessus les siècles parfois à la hussarde pour approcher, ne serait-ce que fugacement, l’âme d’un homme, fût-il roi. Fût-il le Roi-Soleil. Anima rex, l’âme du roi.

Connaissez-vous l’histoire d’amour entre Louis XIV et Marie Mancini ? Que la réponse soit oui ou non, vous allez être étonnés par ce roman. En effet, l’auteur apporte une vision originale de l’histoire d’amour entre ces deux personnages historiques. Jean-François Kervéan appose sa patte et prend le parti de les faire découvrir sous un angle différent avec un style bien à lui et une vision unique. Il détruit tous les codes habituellement utilisés pour ce genre d’exercice. L’écriture mérite d’être apprivoiser au début de la lecture car elle peut surprendre. Mais ensuite c’est un régal à découvrir. L’auteur n’hésite pas avec le langage familier mais aussi des expressions, des réflexions et des dialogues bien sentis qui nous offrent des sourires.

Malgré le côté romancé, on apprend des choses, des anecdotes. En effet, c’est aussi un roman historique qui dévoile un pan de l’histoire duquel ne subsiste que peu de preuves. Quelques passages bien mystérieux entrecoupent le fil du récit. Une espèce d’aura, de force supérieure intervient régulièrement. Celle-ci accompagne un homme dont on comprend vite qu’il s’agit de l’auteur pendant l’écriture de son livre. C’est intéressant de découvrir la façon dont il se voit pendant son travail. Il existe un vrai souffle romanesque entre nos deux protagonistes. Il s’agit d’un amour voué à l’échec par la grande histoire qui va forcément les séparer. Ils expérimentent les jeux de l’amour mais Louis XIV n’est pas un adolescent lambda et doit très vite assumer de grandes responsabilités.

Comme vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman malgré une certaine perplexité au début de ma lecture. Elle s’efface rapidement grâce au style, au rythme, à l’impertinence, à l’originalité et au souffle romanesque général. Ne vous laissez pas effrayer par Jean-François Kervéan et Louis XIV car ce livre décoiffe.

Fanny

[Résulat en fin d’article] Concours surprise – La petite femelle de Philippe Jaenada

Il y a quelque temps, j’avais promis de vous organiser un concours. Avec cet article voilà qui est chose faite. Le blog prend tout doucement et modestement de l’ampleur. Vous êtes toujours plus nombreux à me suivre sur les réseaux sociaux et ici même. Merci à tous car c’est aussi grâce à vous que le blog vit. Quoi de mieux que remporter un livre en remerciement? Et ce n’est pas n’importe lequel puisqu’il s’agit de mon dernier coup de cœur qui est aussi une sortie de cette rentrée littéraire 2015. Mais ce n’est pas un, ni deux mais bien trois exemplaires qui sont mis en jeu. Ce sont donc trois gagnants qui seront tirés au sort. J’en profite pour remercier le partenaire de ce concours qui n’est autre que les éditions Robert Laffont-Julliard.

A gagner

Il s’agit de La petite femelle de Philippe Jaenada. Cette belle enquête concernant Pauline Dubuisson est aussi une belle brique de 700 pages. Cette dernière vous attend de pied ferme. Mon billet et mon avis sont à retrouver ici :

9782260021339

Quelques règles

1. Le concours durera 2 semaines : du 11 au 25 octobre 2015

2. N’hésitez pas à aimer ma page facebook ici : ainsi que celle des éditions Robert Laffont ici : et à visiter le site de Philippe Jaenada : .

3. Une seule participation par personne est acceptée.

4. Le gagnant sera désigné par tirage au sort.

5. Les noms, prénoms et adresses postales ne seront pas utilisés à d’autres fins que d’envoyer les lots aux gagnants et seront supprimés dès le concours clos.

6. Les lots seront envoyés par les éditions Robert Laffont qui ne seront pas responsable d’une éventuelle perte des colis.

7. Concours ouvert à toutes les personnes habitants en France Métropolitaine, Suisse, Belgique et Luxembourg.

Le formulaire de participation

Bonne chance à tous!

MAJ 25/10/2015 – Résultats

Le suspens est à son comble… Les grands gagnants sont : Kélig B., Isabelle A. et Aurélie M.! Bravo à tous. Un mail va vous parvenir. Merci à tous les participants. Vos messages m’ont fait très plaisir.

Fanny

La disparue du Père-Lachaise de Claude Izner

9782264034922Résumé de l’éditeur : Victor Legris est perplexe. Son ancienne maîtresse s’est volatilisée à la suite d’un étrange rendez-vous au cimetière du Père-Lachaise. Sa disparition aurait-elle un lien avec ce spiritisme tant en vogue, dont elle était devenue adepte? Dans le Paris gouailleur de 1890, ou le crime pousse à chaque coin de rue, Victor compte bien percer tous les mystères…

Mes collègues et moi-même sommes de retour avec une nouvelle lecture commune autour des aventures policières de Victor Legris. Il s’agit du second tome. Nous commençons donc à connaitre ce cher Victor qui n’est pas pour me déplaire. Enjôleur et intrépide, il est très agréable à suivre. Cet opus contient pas mal d’humour que ce soit par les dialogues ou certaines situations. Les personnages secondaires sont excellents. J’aime beaucoup Tasha et Joseph. A eux deux ils apportent beaucoup de fraicheur. Kenji Mori est encore bien mystérieux. Il semble entourer d’une aura infranchissable. J’espère en savoir plus à son propos dans les prochaines histoires.

Je regrette le côté brouillon de ce récit. En effet, durant les cent premières pages l’histoire part un peu dans tous les sens. Ensuite, le tout se recadre mais il faut quelque peu s’accrocher. J’ai apprécié le contexte général entre spiritisme et fausses pistes. Il ne faut jamais oublier que les apparences sont parfois trompeuses. Mr Legris va l’apprendre à ses dépends. L’enquête en elle-même m’a plutôt intéressée même si, je dois bien l’avouer, je reste fidèle à Anne Perry qui semble mieux maitriser le genre. La postface sous forme de notes historiques est une très bonne idée. Elle permet de faire le point sur la situation de l’époque. On y apprend d’ailleurs pas mal de choses.

Pour le moment, je reste mitigée à propos de cette série. Il y a du bon et du moins bon. J’espère que le prochain réussira à trancher cette sensation. J’apprécie particulièrement le contexte, les intrigues et les personnages. J’aime moins le côté brouillon des premières pages.

Lu en lecture commune avec Céline, Bianca, Le livre d’après, Camille, Laure et Claire.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

Fanny

Bilan de mes lectures : SEPTEMBRE 2015 ~ Lectures à venir : OCTOBRE 2015

Les grandes vacances se terminent pour moi et c’est déjà l’heure du bilan du mois de septembre. Je n’ai pas forcémment énormément lu car j’ai un peu voyagé et profité de Londres et de ma Normandie natale. Cependant, je me suis lancée dans un marathon Guerre et Paix qui avance bien puisque qu’il me reste 300 pages à lire sur 2000. J’enchainerais ensuite avec les multiples adaptations.

septembre

Nombre de livres lus : 5

Nombre de pages lues : 2660

(Pour lire les chroniques disponibles, il faut cliquer sur les images)

9782260021339

La petite femelle de Philippe Jaenada, éd. Julliard, 700 p.

J’ai adoré ce livre de bout en bout. Philippe Jaenada nous apporte sa vision de Pauline Dubuisson, le tout en argumentant. La jeune femme n’est surement pas celle qu’on a voulu faire croire à l’époque. C’est également l’aboutissement d’un très beau travail de recherche. Je n’oublierais pas Pauline de sitôt!

1508-cavalier1-p_org

Cavalier Vert, Tome 1 de Kristen Britain, éd. Milady, 608 p.

Dans l’ensemble ce début de saga m’a plu. Je regrette seulement le manque de détails quant aux états d’âme de l’héroïne. J’aurais aimé rentrer davantage dans sa tête. Le contexte est très bien transcrit. C’est une vraie aventure épique doublée d’un parcours innitiatique.

product_9782070425174_195x320

La Guerre et la Paix de Léon Tolstoï, éd. Folio, 1000 p.

Les deux premiers livres que contiennent ce tome sont excellents. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde, même pas pendant les passages des Guerres napoléoniennes. Les personnages sont attachants. L’écriture de Tolstoï est exactement comme dans mon souvenir : superbe.

plum-un-amour-de-chat-01

Plum, Tome 1 de Hoshino Natsumi, éd. Soleil Manga, 224 p.

Je souhaitais découvrir ce joli manga depuis longtemps. En grande amoureuse des chats, je ne pouvais pas l’ignorer. Merci Coquelicote pour le cadeau. C’est mignon, c’est bien dessiné et c’est divertissant. Les propriétaires de ces petites bêtes à poils se reconnaitront forcémment dans certaines situations.

miss marvel marvel now album-cover-large-25468

Miss Marvel, Tome 1 : Métamorphose de Adrian Alphona et G. Willow Wilson, éd. Marvel, 128 p.

Ce comics Marvel sort un peu des sentiers battus puisque l’héroïne est une jeune musulmane. Elle va se découvrir des pouvoirs et va devoir apprendre à vivre avec et surtout à s’en servir. Mais elle va aussi devoir accepter sa culture et en faire une force. Quelques stéréotypes sur le sujet sont présents mais le message est sympa.

LECTURE EN COURS

product_9782070425181_195x320

LECTURES PRÉVUES EN OCTOBRE

eho_quint4n-252x368     product_9782070300587_195x320     51PNyP0uRDL._SX310_BO1,204,203,200_

9782811215255_1_75     frankenstein_shelley     9782264034939

Je vous souhaite un très bon mois d’octobre et de très belles lectures (peut-être effrayantes?)!

Fanny

Cavalier Vert, Tome 1 de Kristen Britain

1508-cavalier1-p_orgRésumé de l’éditeur : Karigan G’ladheon, jeune fille éprise d’aventure, s’enfuit après avoir été exclue de son école pour avoir défié en duel le fils d’un gouverneur de province. Elle croise alors un Cavalier Vert, l’un des légendaires messagers du roi qui lui demande dans un dernier souffle de porter un message à son souverain. Sans même prendre connaissance de la missive, elle fait le serment de la remettre en mains propres, scellant ainsi son destin, car elle est soudain magiquement investie de la mission qu’elle vient d’accepter : devenir un Cavalier Vert. Dès lors, traquée par des assassins au service d’un mystérieux sorcier, Karigan ne peut compter que sur sa fidèle monture et les mystérieux pouvoirs qu’elle va se découvrir…

Cavalier vert est une série que je souhaitais découvrir depuis longtemps. J’ai donc profité de la réédition de ce premier tome en format poche pour m’y atteler. Cet opus n’est pas seulement introductif. En effet, l’auteur ne met pas longtemps à nous plonger dans le vif du sujet et à nous embarquer dans une aventure pour le moins épique faite de dangers et de rencontres. Au rendez-vous, vous trouverez des complots politiques, des batailles, de l’action, des révélations mais aussi du suspens pour le tome suivant. Le tout est inséré dans un contexte fantasy bien travaillé et sympathique. Il y a beaucoup de descriptions et de détails d’où le nombre de pages assez important. Mais ils permettent une vraie immersion.

Ce roman est aussi le parcours initiatique d’une jeune fille qui ne trouve pas son compte dans les études et la vie paisible de sa bourgade. Elle cherche sa voie et la trouvera grâce à toutes les épreuves qu’elle va traverser. J’ai trouvé dommage que l’auteur ne détaille pas plus les états d’âme et les pensées de son héroïne. Finalement on reste assez extérieur à sa vie intérieure alors qu’on aimerait en apprendre plus sur sa personnalité. Les personnages secondaires sont très intéressants et possèdent des caractères propres. L’écriture est agréable. Malgré sa taille, ce premier tome se lit très bien et nous fait passer de belles heures de lecture.

Dans l’ensemble ce début de saga m’a plu. Je regrette seulement le manque de détails quant aux états d’âme de l’héroïne. J’aurais aimé rentrer davantage dans sa tête. J’espère découvrir le tome suivant assez rapidement car j’ai très envie de découvrir la suite du destin de Karigan en espérant que l’auteur améliore le petit défaut que j’ai cité.

Fanny