Table ronde : « Internet fait-il vivre la littérature? »

illustration-internet-fait-il-vivre-la-litterature_1-1463486504Jeudi 19 mai 2016 à 17h30, était organisée par des étudiants en master lettres une table ronde sur la question : « Internet fait-il vivre la littérature? ». Elle s’est déroulée dans une librairie où j’aime flâner et réaliser mes emplettes littéraires : le Hall du livre à Nancy. La discussion a été menée par deux étudiants. Ces derniers ont fait intervenir un youtuber (Le rouquin bouquine), un écrivain et journaliste du Figaro (Mohammed Aïssaoui) ainsi qu’un second auteur (Irène Frain).

 Les trois invités ont pu discuter de leur rapport à internet, de la façon dont ils l’utilisent dans leur métier et leurs activités littéraires, de leur point de vue sur les blogueur écrits ainsi que les youtubers et de l’attention portée à ces derniers par les maisons d’édition. C’est un débat sain, intéressant et positif que j’ai suivi. Ils étaient tous d’accord pour dire que le lien internet/littérature n’en est encore qu’à ses balbutiements et que le mouvement va prendre une nouvelle ampleur prochainement. Mohammed Assaoui souhaiterait voir des vidéos youtube dans un nouveau format plus long. Irène Frain volubile et pleine d’anecdotes intéressantes, nous a donné une vraie leçon de vie en disant qu’il faut être généreux, respectueux mais aussi qu’il est important de vivre avec les changements technologiques tout en essayant d’en sortir le meilleur.

20160519_174003_resized[Le rouquin bouquine, les étudiants modérateurs, Mohammed Aïssaoui et Irène Frain]

Le sujet est tellement vaste qu’il n’y a donc pas eu une seul seconde de silence. Ceci à tel point qu’en 1h30 les étudiants n’ont pas pu faire le tour des questions qu’ils avaient préparés. Peu importe, différents points de vus ont été apportés de la part de gens dont la critique littéraire est le métier, dont les romans sont présents sur la toile et dont les vidéos mettent la littérature en avant. D’entendre ces personnes louer notre implication (je parle de celle des blogueurs car c’est ce qui me concerne) presque quotidienne fait chaud au cœur et donne envie de continuer l’aventure malgré un bémol émis sur les contenus parfois répétitifs et pas toujours pertinents de la part d’une partie des blogueurs ainsi que sur un communautarisme trop fort.

 Vous l’avez compris, ce fut une belle rencontre enrichissante et amicale. Les diverses discussions qui ont suivi la table ronde m’ont donné des idées pour l’avenir de mon blog. Je souhaitais partager avec vous tout le positif qui s’est dégagé du discours des intervenants. N’hésitez à exprimer en commentaire ce qui vous vient à l’esprit à l’idée de cette ample question.

Fanny

Publicités

7 commentaires sur « Table ronde : « Internet fait-il vivre la littérature? » »

  1. Le bémol du « communautarisme » me gène un peu. Après tout, nous ne sommes pas des journalistes. Il y a parfois une dérive à croire que parce qu’Internet est un instrument de communication tout ce qui s’y publie devrait être normé par les codes d’une profession qui n’est pas la nôtre. Cela m’amuse d’autant plus que la lecture des journaux devient elle même de plus en plus confidentielle aujourd’hui, ce qui est une autre forme de communautarisme, non? Quand j’écris sur mon blog, je me réfère aussi à une tradition (le journal, et plus particulièrement le journal de lecture, mais aussi les clubs de lecture), qui a son histoire, sa culture. Je m’efforce de produire des billets qui soient des chroniques, quelque chose d’assez écrit donc qui tire du côté de l’essai, d’une réflexion produite sur le mode de la confidence. Je tiens à cette intimité. J’essaie aussi à ma manière, en faisant justement de mes choix subjectifs, et non de telle ou telle actualité éditoriale, le principe de ce que je publie, de m’approprier un outil de communication de masse et d’en tordre, à ma mesure, dans mon domaine, finalement très limité, la logique attendue: celle justement qui attend des blogueurs qu’ils soient des sortes de journalistes, tels en tout cas que les pratique la presse littéraire en France, c’est-à-dire des amplificateurs de la politique éditoriale de telle ou telle maison. C’est pour moi une dérive. C’est pour cela que je refuse habituellement les sp.

  2. Ce devait vraiment être une rencontre intéressante ! Et je suis assez d’accord avec eux sur le côté un peu répétitifs de certains blogs/chaînes où l’on trouve soit toujours les mêmes types de romans, soit toujours les romans vraiment à la mode qui font l’actualité, dans ce milieu. Mais heureusement, la grande diversité de la blogo fait qu’il y a aussi tout à fait moyen de tomber sur des blogueurs/youtubeurs qui sortent un peu des sentiers battus.

  3. Je trouve le sujet extrêmement intéressant! C’est vrai que la littérature, comme beaucoup de domaines, se retrouve de plus en plus liée à Internet!

  4. Une conférence qui devait être drôlement intéressante. Le sujet est tellement vaste… comme tu le dis, difficile d’en faire le tour. J’aime beaucoup les blogs que je trouve plus diversifiés dans leurs contenus que les chaînes Youtube où j’aimerais parfois voir autre chose – une dérive des SP qui nous innondent des mêmes livres partout (heureusement, il y a des exceptions). Le format est intéressant, et je pense qu’au fil du temps des chaînes ciblées sur des contenus littéraires qui sortent de l’actualité littéraire ou du YA verront le jour…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s