La proie du papillon de Stéphane Soutoul

LaProiePapillon_CouvRésumé de l’éditeur : Sulfureux. Indécents. Mortels… Avez-vous déjà entendu parler des Fils d’Éros ? On prétend à mi-voix que ces professionnels de la séduction joueraient avec les sentiments et bouleverseraient la vie de leurs victimes. Judith de Ringis est une femme d’affaires aussi douée qu’impitoyable. Pour se débarrasser d’une concurrente gênante, elle requiert les services de l’un de ces mercenaires. Marco, dit le Papillon, s’engage à briser sa proie. Cependant, manipuler les choses de l’amour n’est jamais simple, surtout quand les plus redoutables prédateurs se révèlent, eux aussi, capables d’émotions…

Stéphane Soutoul est l’auteur de la très chouette série d’urban fantasy Anges d’Apocalypse que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et à suivre. J’étais curieuse de le découvrir dans un genre tout à fait différent puisque La proie du papillon est un thriller sentimental. Je dois bien avouer que ce n’est pas du tout mon type de lecture. Les codes qui régissent cette littérature ne me font généralement pas décoller. Ici on n’échappe pas aux habituels hommes à la stature incroyable et aux compétences sexuels inépuisables (ceci est aussi valable pour l’héroïne). C’est très loin de me faire rêver. Cependant, j’ai retrouvé l’écriture propre à l’auteur que j’ai toujours aimé lire. C’est fluide, franc et sans détour.

L’ensemble est plutôt bien mené. Les dialogues sont plein de réparties, s’enchainent très bien et apportent du rythme. Je me suis assez vite doutée du dénouement sans savoir comment on n’en arriverait là ni qui en serait l’instigateur. Les cinquante dernières pages sont celles que j’ai surement préféré. Elles sont à la fois justes et terribles, bien menées et possèdent une vraie force. Le moins que l’on puisse dire est que Stéphane Soutoul n’épargne pas ses personnages. Judith est détestable et ne se remet jamais en question. Elle va apprendre l’humilité et la gentillesse à ses dépens. Les autres personnages ont des facettes multiples et sont intéressants à suivre.

Voici donc une lecture que je n’ai pas savouré comme je l’aurais souhaité. Ce n’est pas un genre avec lequel je me sens à l’aise et que j’aime particulièrement lire. Cependant, je reconnais les qualités d’écriture de Stéphane Soutoul et le dénouement qui m’a particulièrement plu.

946168_484112411780639_383840349698131755_nVous aimerez aussi découvrir :

  • Adam Clarks de Régis Hautière et Antonio Lapone
  • Anges d’Apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des aurores de Stéphane Soutoul
  • Si proche de lui de Stéphane Soutoul

Fanny

Anges d’Apocalypse, Tome 4 : La guerre des aurores de Stéphane Soutoul

anges-d-apocalypse,-tome-4---la-guerre-des-aurores-580781-250-400Résumé de l’éditeur : Tout va de travers dans ma vie, ou plutôt dans « mes » vies devrais-je dire. Aussi dingue que courageuse, Lorna a décidé d’arracher Nolhan des griffes de sa monstrueuse épouse. Puisque j’ai promis au vampire de protéger sa goule, me voilà donc embarquée à Paris avec cette dernière pour une mission sauvetage. Tu parles d’une virée touristique : l’escapade dans la Ville Lumière se transforme rapidement en piège mortel ! Elle marque aussi mes retrouvailles avec un homme qui a le chic pour affoler mes sens… Pendant ce temps, à Toronto, deux de mes soeurs sont devenues des renégates. Il semble que l’affrontement avec elles soit inéluctable, à moins que je parvienne à les raisonner. Samantha la lycéenne en sera-t-elle capable ? Cernée par les menaces, la pire des épreuves reste l’éloignement du garçon auquel mon coeur s’est attaché envers et contre tout. 

J’écris enfin mon avis sur ce livre pourtant lu il y a plusieurs mois. Je lis peu d’urban fantasy mais cette série m’est vraiment très chère. Pour commencer, l’auteur est d’une gentillesse et d’une accessibilité incroyable. D’humeur égale et d’un contact facile, il ne faut pas hésiter à lui rendre visite. Passons maintenant à mon ressenti en ce qui concerne ce quatrième tome. Dès les premières pages, le lecteur comprend qu’il n’aura pas une minute pour reprendre son souffle. Il faut dire que Syldia/Sam a une vie très remplie et beaucoup de problèmes à régler. Stéphane Soutoul construit son intrigue entre Paris et Toronto. Il y a des rebondissements, du suspens, de l’action mais aussi des moments plus sentimentaux où les émotions sont reines.

Deux des sœurs de Syldia ont vraiment des réactions incompréhensibles. Elles vont vouloir s’émanciper des deux autres. Beaucoup de questions se posent : sont-elles manipulées ? Ont-elles réellement un besoin de liberté ? Syldia est toujours aussi excellente à la fois drôle, terre à terre et responsable. Ici, nous découvrons un peu plus Nathan. C’est un personnage assez torturé que j’aime particulièrement. Grâce à la plume très agréable et maîtrisée de l’auteur, ce roman se lit tout seul et nous promet des heures de lecture bien divertissantes . Il y a toujours cette franchise dans les dialogues qui font que certaines phrases sont vraiment cultes. Stéphane Soutoul ne nous laisse pas de répit très longtemps puisque le rythme et l’action sont sans cesse renouvelés.

Je ne suis peut-être plus très objective quant à cette série car je suis sous le charme depuis le premier opus. De plus, je n’ai pas vraiment de point de comparaison. Cependant, je passe à chaque fois un bon moment de divertissement. Je retiens surtout les dialogues pimentés de Stéphane Soutoul qui sont une vraie réussite. Je suis impatiente de lire le prochain et dernier tome car la chute promet d’être passionnante.

Fanny

Si proche de lui de Stéphane Soutoul

siprochedeluiRésumé de l’éditeur : Parfois, il vaudrait mieux réfléchir à deux fois avant d’agir à la légère… Moi c’est Sonia Moonstar, apprentie sorcière et adepte des galères en tout genre. Suite à une rupture douloureuse, j’ai utilisé la magie pour me transformer en chat. Jolie boulette : une heure sous forme féline aura suffi à faire de moi la victime des pires infortunes ! La bonne nouvelle, c’est qu’un jeune homme est venu m’arracher aux griffes de la rue. La mauvaise, c’est que mon preux chevalier en baskets ne fait qu’un avec le garçon infréquentable que j’ai éconduit au lycée. Coincée dans la peau d’un chat durant ma convalescence, me voilà contrainte de partager le quotidien de mon hôte qui ignore l’identité réelle de sa nouvelle et malicieuse pensionnaire. Manque de bol, je découvre par la même occasion les dangers qui le guettent… Et si l’ange gardien de Benjamin avait troqué ses plumes contre une fourrure angora ?

Je suis une grande adepte des romans de Stéphane Soutoul et en particulier de sa série d’urban fantasy Anges d’Apocalypse pour laquelle j’ai une grande affection. Avec ce nouveau roman, l’auteur se lance dans le young-adult fantastique. Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre au départ. En effet malgré une petite pointe de scepticisme, Stéphane Soutoul m’a agréablement surprise et a su m’embarquer dans ce nouvel univers. Il a su éviter tous les écueils du genre qui font que je vais rarement vers ce type de roman. Ici pas de niaiseries ni de triangle amoureux. L’intrigue est intéressante, parfois drôle parfois dramatique. Malgré les évènements tragiques que peuvent traverser les deux héros, cette histoire reste attendrissante.

J’ai particulièrement apprécié de retrouver le style bien propre à l’auteur. Il est bien affirmé, franc et très drôle. Les deux héros, Sonia et Benjamin, sont attachants. Ils font parties des impopulaires de leur lycée par leur différence ou les rumeurs qui courent sur leur compte. Le fantastique est bien présent par petites touches. Le seul hic pour ma part est que j’aurais aimé que le contexte de la ville de Salem mais aussi les pouvoirs et les membres de la famille de Sonia soient davantage exploités même si ces derniers sont bien présents par de nombreux clins d’œil.

Avec son nouveau roman Stéphane Soutoul a réussi son challenge. Malgré un petit manque de détails sur certains points [j’aime les détails et les longueurs que voulez-vous on ne se refait pas…], j’ai beaucoup aimé cette lecture divertissante, drôle, touchante, rythmée et saupoudrée d’une pointe de magie. Cette histoire m’a vidé la tête pour un moment de détente. J’ai donc bien fait de ne pas m’arrêter sur la couverture qui ne me plaisait pas trop.

La page facebook de l’auteur :

Le site internet des éditions Rebelle :

Fanny

Anges d’Apocalypse, Tome 3 : La discorde des aurores de Stéphane Soutoul

ADA3Syldia est l’une des quatre cavaliers de l’Apocalypse vivant à Toronto. Après une malédiction chaque matin elle se réveille dans le corps d’une adolescente qui se nomme Sam. Dans ce troisième tome, Syldia tente de régler ses problèmes les uns à la suite des autres. Cependant ceux-ci ne semblent jamais vouloir prendre fin. Comme si tout cela ne suffisait pas, de nouvelles épreuves s’ajoutent encore à sa longue liste de pépins et deux de ses sœurs vont lui faire faux bond. Bref, elle cumule sérieusement!

Comme dans les deux opus précédents, l’humour est très présent. La plupart du temps Syldia nous confie des pensées très drôles ainsi que des répliques bien senties et savoureuses qui remettent tout de suite en place l’adversaire. C’est franchement réjouissant voire jubilatoire. Ce troisième volet est d’ailleurs l’occasion de voir se lever certains masques et faux-semblants nous permettant de découvrir le vrai visage de certains personnages. Dans cet opus l’intrigue avance. L’auteure dissémine ici et là les éléments qui vont lui permettre de continuer sa série et de tenir le lecteur en haleine.

Le style de Stéphane Soutoul est toujours aussi facile et agréable à lire. Il ne fait pas dans la dentelle et va droit au but. J’aime cette spontanéité et cette franchise. Il y a du rythme et de l’action. Je ne m’ennuie jamais avec ce genre de roman. Les personnages sont attachants même si certains m’ont déçu par leur attitude. Syldia est une héroïne que j’aime particulièrement car elle possède deux faces : l’une de dure à cuire et l’autre plus sensible et faillible. J’apprécie également la façon qu’elle a de parler et d’interpeller le lecteur régulièrement. La situation entre Sam et Nathan avance tout doucement. J’espère assister à une accélération de leur difficile relation assez vite.

Cette série est l’une de mes préférés. De tome en tome, cette place ne fait que se confirmer. Cette histoire me divertit et m’amuse. J’ai hâte de lire la suite qui devrait sortir l’année prochaine. A mon avis Stéphane Soutoul n’a pas fini de nous surprendre avec des rebondissements et autres retournements de situation.

Merci Stéphane pour l’envoi de ton roman et notre rencontre aux Imaginales que je n’oublierais pas de sitôt.

Fanny

Le cycle des âmes déchues, Tome 1 : Le mal en la demeure de Stéphane Soutoul

maldemeureRésumé de l’éditeur : Sur les terres reculées du domaine de Kreuzburg, une ombre étend son influence maléfique jusqu’entre les murs du manoir Kraemer. Afin de préserver les siens d’une menace plus funeste encore que la mort, le maître des lieux n’a d’autre recours que demander l’assistance d’experts en vampirisme. En ce crépuscule du XIXe siècle, la famille de Lacarme, un clan issu d’une longue lignée d’érudits en occultisme et surnaturel, fait figure de référence dans la chasse aux nosferatus. Lorsque Gerald de Lacarme arrive en Allemagne, il est cependant loin de se douter de la sombre aventure qui l’attend. Car le mal qu’il est censé combattre rôde déjà dans les couloirs de la demeure, insidieux, impie… Surtout, il y a la belle Marion Kraemer, si mystérieuse, qui lui chavire le cœur à en perdre la raison. Partagé entre ses tendres sentiments et l’importance cruciale de sa mission, le jeune homme va s’immerger dans le plus terrifiant des cauchemars…

Je souhaitais depuis longtemps découvrir cette série de romans écrite par Stéphane Soutoul. J’aime beaucoup son autre saga dont j’ai dévoré les deux premiers tomes : Anges d’Apocalypse (Tome 1 ; Tome 2). Je lis peu de roman évoquant les vampires qui sont pourtant souvent traités en littérature. C’est donc avec grand plaisir que j’ai ouvert ce livre afin de me familiariser avec ces êtres buveurs de sang. Maintenant, place à la chronique car dans l’ensemble je n’ai pas été déçue.

Dès les premières pages, c’est une plongée dans un univers fantastique, angoissant, inquiétant et ténébreux qui nous attend. Pour intensifier cette ambiance, Stéphane Soutoul a utilisé des caractéristiques de la littérature gothique : un manoir, des faits mystérieux, une forêt effrayante. J’ai beaucoup aimé le déploiement de ce contexte sombre auquel je suis peu habituée mais dans lequel je me suis absorbée. C’est bien construit et prenant.

Je regrette seulement de ne pas avoir été aussi proche des personnages que je l’aurais souhaité comme si je n’avais pas réussi à me les approprier ou à les saisir. Malgré leur caractère et leur singularité, il m’a manqué un rien pour que je puisse m’attacher à eux. Cependant, ils ont su me toucher par leurs convictions et les raisons de leurs agissements.

Un premier tome que je suis très heureuse d’avoir enfin lu. Malgré des personnages que j’ai eus du mal à saisir, j’ai adoré le cadre spatio-temporel ainsi que l’intrigue avec une jolie note de romance. Je lirais la suite sans aucun doute. J’essaierais d’ailleurs de l’acquérir pour me la faire dédicacer par l’auteur aux Imaginales.

Lu en lecture commune avec Élodie.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle et du défi « Baisser votre PAL Imaginales« .

     https://i0.wp.com/sans-grand-interet.cowblog.fr/images/Imaginales/DefiPALImaginales2014.jpg

 Fanny

Anges d’Apocalypse, Tome 2 : Le frisson des aurores de Stéphane Soutoul

Syldia est une des quatre cavaliers de l’apocalypse. Après une malédiction, dès que le jour se lève elle se réveille dans un corps d’adolescente sous l’identité de Samantha. Après les aventures du premier tome, Syldia s’est fait des ennemis. C’est le moins que l’on puisse dire… Ainsi elle va se retrouver à la fois à la place de proie mais aussi de chasseur car Desmond, le régent de la cours des sorciers de Toronto, va lui demander de le protéger. Autant dire que rien ne lui sera épargné que ce soit sous sa forme adulte de Syldia ou celle d’ado de Samantha…

Vous vous souvenez peut-être que j’avais adoré le premier tome de cette série. Je l’avais d’ailleurs placé directement dans mes coups de cœur. Je vous préviens tout de suite, je n’ai pas été déçue par cette suite qui est juste excellente. J’ai adoré continuer cette histoire où j’ai pu retrouver tout ce que j’avais aimé dans le premier opus : les personnages, le contexte original et le style de l’auteur. Un régal!

Quel plaisir de retrouver Syldia/Samantha! J’ai souvent ri ou souri à ses répliques et réflexions savoureuses. Vraiment ce personnage est excellent. Son caractère haut en couleur et son franc-parler servent de masque à ses faiblesses. Parfois, l’auteur nous laisse entrevoir ses états-d’âme. Malgré sa nature surnaturelle elle nous semble beaucoup plus humaine qu’elle n’y parait. La magie, les êtres surnaturels restent assez convenue mais lisant finalement assez peu ce genre je suis plutôt satisfaite. La romance est souvent omniprésente dans ce genre de roman. Ici, l’auteur en use avec parcimonie. Il s’agit d’un très bon point en ce qui me concerne. Quelques jeux de séduction ainsi que quelques scènes de rapprochement sont présentes et servent très bien le personnage de Syldia.

La situation se complique dangereusement pour notre héroïne. Elle se retrouve dans des positions souvent intenables. Mais avec à ses trois sœurs, elles font front et s’unissent pour venir à bout des problèmes. L’auteur sait vraiment bien nous décrire les scènes d’action. On se représente parfaitement ce qui est en train de se passer. Au rendez-vous : trahison, amour, amitié et action. La fin n’est pas forcément d’un suspens insoutenable. Cependant, les personnages sont tous tellement attachants à leur manière qu’une seule envie nous gagne : les retrouver.

Pour conclure, ce second tome complique encore les affaires de Syldia/Samantha. Il promet de belles aventures pour les prochains titres. J’ai hâte de voir l’arrivée de nouveaux personnages et de connaitre ce que Stéphane Soutoul nous réserve en rebondissements. Il s’agit véritablement d’une de mes sagas préférées du moment pour laquelle j’attends la suite prévue pour mars 2014 avec impatience. En deux mots : j’adore!

Merci à l’auteur Stéphane Soutoul d’avoir pensé à moi en me proposant son roman.

Fanny

Anges d’Apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des Aurores de Stéphane Soutoul

Syldia n’est pas pas une jeune femme tout à fait comme les autres. En effet, elle partage avec ses sœurs une nature bien étrange. Elles sont les quatre cavaliers de l’Apocalypse. Mais comme si ce fardeau ne lui suffisait pas la voilà, depuis une cinquantaine d’années, obligé de partager son âme entre deux corps suite à une malédiction. Le jour, elle est une adolescente mortelle et la nuit elle réintègre son corps de Famine, l’un des cavaliers de l’Apocalypse tout en travaillant comme garde du corps. Syldia devra accepter une mission qui l’impliquera malgré elle dans un imbroglio politique qui concerne les surnaturels de Toronto.

Stéphane Soutoul est un auteur que je découvre tout juste. Il a une très belle écriture à la fois fluide, recherchée et franche. Comme souvent dans la bit-lit, l’auteur n’y va pas par quatre chemins pour s’exprimer. J’aime vraiment ce côté « cash ». Mais il sait aussi prendre son temps en nous insérant des explications et des descriptions sur le monde qu’il a créé. J’ai aimé découvrir cet univers parallèle de la ville de Toronto.

Syldia est une héroïne à laquelle je me suis beaucoup attachée. Elle est à la fois forte et fragile. La plupart du temps elle est plutôt sûre d’elle. Mais parfois l’auteur nous laisse entrevoir quelques failles et blessures. Elle ne pouvait que me plaire puisque moi aussi je suis souvent (pour ne pas dire tout le temps…) en moto. Les personnages secondaires ont tous une personnalité bien distincte. Chacun bénéficie d’une belle description au fil des pages. Qu’ils soient agréables ou détestables on les imagine parfaitement.

Ici, le roman reprend un thème biblique. C’est assez osé car il faut connaitre son sujet et essayer de rendre le tout plausible. Il s’agit d’un pari réussi puisque l’auteur nous explique l’origine des quatre cavaliers de l’Apocalypse et donc des quatre sœurs (Famine, Peste, Guerre et Mort). Il arrive parfaitement à les intégrer dans notre monde contemporain tout en rendant compte des difficultés que cela comporte.

Rire, romance, situations cocasses et contexte recherché sont au rendez-vous. Il s’agit d’un premier tome de grande qualité avec tout ce qu’il faut pour mettre en place une histoire intéressante, haletante et pour laquelle on se passionne. Je lirais le tome 2 avec grand plaisir en septembre rien que pour retrouver Syldia/Samantha pour qui j’ai beaucoup d’affection.

Merci aux éditions Rebelle pour l’acquisition de ce livre. Je vous recommande vivement leur publication.

Fanny