Je te dois tout le bonheur de ma vie de Carole d’Yvoire

Résumé de l’éditeur : Dans un récit inédit, vivant et abondamment illustré, Carole d’Yvoire raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants : Virginia Stephen et Leonard Woolf, dont l’union sera symbolisée en 1917 par la naissance de la maison d’édition Hogarth Press. Sont ainsi célébrés dans ce texte émouvant une période activité artistique foisonnante et ceux qui, face au tragique, choisissent l’affirmation de la vie, d’une « vie intense et triomphante ».

Dès sa sortie, ce livre a rejoint ma bibliothèque. Cela fait longtemps que je souhaitais en apprendre davantage à propos de Virginia Woolf notamment grâce au forum Whoopsy Daisy. Pour quelqu’un ayant une grande connaissance du sujet, ce livre n’apportera pas forcément beaucoup d’élément. Me concernant, je partais pratiquement de zéro. Carole d’Yvoire propose un ouvrage permettant d’aborder facilement Virginia et Leonard Woolf. En un peu plus de 150 pages, c’est une belle biographie mais aussi une analyse fine du couple Woolf qui se déroulent sous nos yeux. Elle rétablit également la vérité face aux exagérations et aux fantasmes que Virginia Woolf a suscité.

J’ai beaucoup appris et notamment sur Leonard. Le récit de ses premières années d’adulte à Ceylan m’ont passionnée. Leur union n’était pas si évidente que cela et pourtant, ils vont savoir surpasser les difficultés pour s’entendre. Carole d’Yvoire s’arrête volontairement assez rapidement après leur mariage. Elle fait également un petit point sur le succès de la Hogarh Press, maison d’édition et imprimerie du couple. Les différentes photos, reproductions de tableaux ou images sont une vraie valeur ajoutée et aident à se représenter les différents membres du Bloomsbury group. L’objet-livre est superbe. C’est un bel écrin à cet hommage à Virginia et Leonard.

Comme vous l’avez compris, cet ouvrage m’a convaincue de bout en bout. J’ai beaucoup aimé découvrir ce couple. Pour ne rien gâcher, Carole d’Yvoire propose une analyse fine en parallèle de la biographie pure. Le Père-Noël m’a apporté le journal intégral de Virginia Woolf. Il n’y a plus qu’à se plonger dans les 1500 pages de ce récit!

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Duras, Beauvoir, Colette. Trois filles et leurs mères, biographies romancées de Sophie Carquain
  • Lectures intimes de Virginia Woolf
  • Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Fanny

Publicités

L’archipel d’une autre vie d’Andreï Makine

Résumé de l’éditeur : Aux confins de l’Extrême-Orient russe, dans le souffle du Pacifique, s’étendent des terres qui paraissent échapper à l’Histoire… Qui est donc ce criminel aux multiples visages que Pavel Gartsev et ses compagnons doivent capturer à travers l’immensité de la taïga ? Lorsque Pavel connaîtra la véritable identité du fugitif, sa vie en sera bouleversée.

Ce roman nous entraine dans une traque à travers la taïga russe. L’identité du fuyard est sur toutes les bouches des poursuivants et surtout de Pavel Gartsev, notre héros. La nature est omniprésente. Elle peut représenter une vraie chape de plomb, empêchant d’avancer. Mais elle peut aussi et surtout être une alliée précieuse. Elle permet de se recentrer sur soi, sur son corps mais aussi son esprit. Le long chemin que parcourt Pavel le met à rude épreuve par des douleurs aussi bien physiques que psychiques. Mais ces dernières vont lui ouvrir les yeux et lui faire découvrir qu’un autre monde et un autre mode de vie est possible. Il s’agit d’un court roman développant de grandes idées.

Le contexte historique est en filigrane. Nous sommes d’abord en 1970 pour vivre ensuite un flashback vers l’année 1952. Staline et sa dictature sont encore au pouvoir pour quelques mois et font régner un climat de terreur sur cette immense pays qu’est la Russie mais aussi sur le monde. La guerre froide fait rage et les risques d’escalade vers une guerre nucléaire sont réels.  L’auteur ne désigne jamais clairement le régime stalinien mais le suggère à maintes reprise. On comprend tout de même que la nature sauvage et indifférente à la nature humaine est un refuge. Andreï Makine remet en cause une société, son idéologie et sa violence. La chute donne tout son sens à ce qui a précédé.

Ce roman est d’abord passionnant de par son côté thriller. Il change ensuite de ton pour se transformer en fuite d’un système dans lequel le héros ne se reconnait pas. En un peu moins de 250 pages Andreï Makine nous fait réfléchir sur nos sociétés et sur la place trop subordonnée que nous donnons à la nature.

logo-point-createur-fdnoir-e1386848123480

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Mon dernier continent de Midge Raymond
  • Soudain, seuls d’Isabelle Autissier
  • Un bûcher sous la neige de Susan Fletcher

Fanny

Fais-moi peur de Malika Ferdjoukh

Résumé de l’éditeur : Monsieur N. n’avait pas été un criminel toute sa vie. La preuve, il avait déjà neuf ans quand il tua pour la première fois. Bien entendu, à cette époque, il n’était pas encore monsieur N..Il était Léo, petit garçon qui passait ses vacances chez Mémé et Pépé…. Et puis, vingt ans plus tard, le voici, rôdant autour de la maison de la famille Mintz. Les parents sont sortis, les enfants font du pop-corn, Odette voudrait aller chercher un sapin au cimetière, elle craint que le Père Noël ne les oublie. Monsieur N. ne les oublie pas, lui. Il a déjà tué son chien Thor, il a mis un manteau rouge, il se prépare. Un roman haletant, tendu, mais plein d’humour aussi. Un thriller de Noël, qui ne vous lâche pas.

C’est toujours une immense joie de retrouver la plume de Malika Ferdjoukh. C’est son cinquième roman que je lis. Il est assez différent de ceux qui ont précédé puisqu’il s’agit d’un thriller jeunesse. Elle fait le choix de présenter le criminel dès les premières pages. Il est animé d’une haine et d’un antisémitisme implacables. Nous le suivons régulièrement dans son parcours destructeur. Dans le même temps, le lecteur est introduit dans la chaleureuse maison des Mintz. Alors que les parents sont de sortie, l’espiègle fratrie en profite pour laisser libre cours à un joyeux bazar. Mais monsieur N. se rapproche tout doucement de la maison de cette famille juive pour la recouvrir de ténèbre, de peur et abolir toute forme d’insouciance.

Le style si particulier de Malika Ferdjoukh est toujours présent. Sa fantaisie est un régal à découvrir et redécouvrir. Les comiques de mot, de geste et de situation sont toujours présents. Ils viennent contrecarrer toute la noirceur que monsieur N. diffuse. La tension est tout de même bien présente mais bien dosée. J’ai beaucoup aimé découvrir chaque enfant de la fratrie Mintz. Ils ont tous un caractère bien propre et sont attachants. Leur réflexion ou observation sur la religion et l’envie d’avoir un sapin de Noël m’ont paru intéressantes et pertinentes. On aurait presque envie que les pages se tournent encore et encore pour passer plus de temps en leur compagnie dans ce cocon où la mixité à sa place peu importe les.

Malika Ferdjoukh a le don de faire passer des messages concernant des sujets importants et parfois difficiles à saisir tout en distillant un certain humour et une fantaisie si singulière. Je souhaite à tous les jeunes de pouvoir croiser la route d’un roman de cette auteure car je suis certaine qu’il en sortira grandi. La période de Noël approche à grand pas, cette histoire m’a donné des envies de revoir Maman, j’ai raté l’avion!

Vous aimerez aussi découvrir de la même auteure :

  • Broadway Limited, Tome 1 : Un dîner avec Cary Grant 
  • Chaque soir à 11 heures
  • Quatre sœurs
  • Taille 42

Fanny

Le jour d’avant de Sorj Chalandon / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : « Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payé pour leurs crimes.

Le jour d’avant est ma première rencontre avec Sorj Chalandon. J’ai beaucoup aimé toute la première partie de ce roman. La mine, ses codes et sa terminologie bien particulière m’ont passionnée. Le principal protagoniste, Michel Flavent, est instantanément attachant. Nous découvrons la fosse 3 Saint-Amé de Lens-Liévin à travers ses yeux de façon émouvante et édifiante. C’est toute une époque, toute l’activité d’une ville et tout un monde qui nous sont donnés à voir. Le premier rebondissement est excellent et bien porté. Ensuite, j’ai eu l’impression de m’embourber. A mon sens, la seconde partie est moins intéressante et la beauté de ce roman se perd dans les trop longues scènes d’un jugement.

Sorj Chalandon met en scène une quête de vérité et de réhabilitation. C’est aussi le récit d’un cheminement cérébral qui fait d’un mensonge une canne pour aider à continuer à vivre. La relation entre Michel et son grand frère Jojo est bien traitée et analysée. Nous sommes témoins d’un lien fort et unique. J’ai adoré les différentes scènes de leur complicité. J’ai très facilement ressenti une certaine revendication de la part de l’auteur ainsi qu’un engagement qui rehausse un peu plus le tout. En décrivant les diverses défaillances de sécurité à Liévin, il rétablit la mémoire et redonne une voix aux 42 victimes de cette catastrophe minière trop vite oubliée.

J’ai beaucoup aimé l’immersion dans le monde et toutes les spécificités de la mine et du travail de mineur. L’intrigue principale m’a intéressée ainsi que le principal rebondissement franchement inattendu. Par contre et à mon sens, le roman s’embourbe sur la fin et notamment lors du procès du protagoniste qui ne m’a pas passionnée ni touchée.

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2017.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ciel d’acier de Michel Moutot
  • Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby
  • Yaak Valley, Montana de Smith Henderson

Fanny

Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan

Résumé de l’éditeur : Au début du XXe siècle, dans la noblesse anglaise encore flamboyante, naissent les célèbres sœurs Mitford. Leur destin sera hors du commun. Nancy, amoureuse de la France et de Gaston Palewski, gaulliste historique, devient une romancière célèbre. Diana brûle pour le fascisme anglais naissant et se compromet auprès de son chef de file ; Unity devient une proche amie de Hitler ; tandis que Jessica, l’avant-dernière de la fratrie, s’engage auprès des jeunes républicains espagnols avant de rejoindre le parti communiste. Seules Pamela et Déborah suivent la voie rêvée par leurs parents, et se marient dans le luxe et le conservatisme. A travers le portrait étonnant de ces femmes passionnées, prises dans les tourments de la crise économique et des deux guerres mondiales, ce document présente une vibrante traversée du siècle.

Les six sœurs Mitford (Nancy, Pamela, Diana, Unity, Jessica et Deborah) sont issues d’une famille aristocratique britannique. J’ai littéralement adoré les suivre de leur plus tendre enfance jusqu’à leur disparition. Certaines sont assez extrêmes et difficilement appréciables comme Diana et Unity. Leur allégeance aux idées nazies m’ont pour le moins refroidie à leur égard. Leur fanatisme soulève beaucoup d’interrogations. Ma préférence est allée vers Nancy et Jessica. Nancy possède une personnalité assez ambiguë à la fois généreuse et parfois méchante. On comprend assez rapidement qu’elle n’a jamais été aimée à sa juste valeur. Jessica m’a impressionnée. Elle s’est affranchie de sa haute extraction pour poursuivre ses idéaux dans l’air du temps.

La biographie de ces destins hors du commun côtoie une fresque historique du XXe siècle. Ces deux éléments se lient très bien ensemble. En effet, Annick Le Floc’hmoan arrive parfaitement à retranscrire l’atmosphère de chaque époque que traverse les sœurs Mitford. Les glissements sociaux, idéologiques et politiques de plusieurs pays (le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Espagne, la France ou encore les États-Unis) sont finement analysés et intégrés au récit. C’est aussi l’effondrement de l’aristocratie britannique toute puissante qui nous est montré. Pour ne rien gâcher, le tout se lit comme un roman. Les citations de lettres et d’autobiographies sont bien intégrées au texte et permettent de donner du crédit à l’ensemble.

Ces extravagantes sœurs Mitford est une biographie passionnante. Les destins personnels de chaque sœur (mais aussi du reste de la famille) se marient parfaitement avec la fresque historique et donne un ouvrage de qualité. J’avoue m’être plongée dans ces pages avec une véritable fascination. A tel point, que je me suis déjà procurée La poursuite de l’amour de Nancy et Rebelles honorables de Jessica!

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain
  • Lady Scarface de Diane Ducret
  • Lettres choisies de la famille Brontë (1821-1855) recueil de Constance Lacroix

Fanny

3 romans, 3 avis, 1 billet

Petit à petit je rattrape mon retard. J’ai lu beaucoup de livres ces derniers mois dont je souhaite vous parler. Voici donc une nouvelle fournée de trois ouvrages très différents les uns des autres.

Gala et Dali : de l’autre côté du miroir de Dominique de Gasquet et Paquita Llorens Vergés

Dominique de Gasquet a partagé des moments inoubliables avec Salvador et Gala Dalí alors qu’elle n’était encore qu’une jeune femme. Plusieurs décennies plus tard, elle décide de retrouver les intimes de ce couple hors du commun et mythique afin d’écrire ce livre. C’est évidemment un hommage à Gala et Dalí mais aussi à toute une époque, à l’art, à une ville espagnole du nom de Cadaquès (bien rendue par de belles descriptions), à Arturo et Paquita (domestiques mais surtout amis indéfectibles). J’ai beaucoup appris sur ces deux personnalités au caractère bien trempé et sur leur vie pour le moins extraordinaire. Les quelques photos d’archives qui agrémentent l’ouvrage sont superbes et donnent une matière palpable à tout ce qui est raconté.

logo-robert-laffont

Lettres choisies de la famille Brontë (1821-1855) recueil de Constance Lacroix

Je voue une admiration et une adoration particulières pour Charlotte, Anne et Emily Brontë. Après cette lecture, cette sensation n’a fait que se renforcer. Ce recueil est une vraie pépite ainsi qu’une mine d’informations directes. On découvre la vie difficile d’une petite paroisse de la partie nord de l’Angleterre. La météorologie, le paysage, la maladie, l’éloignement de grandes villes ne font pas d’Haworth un endroit propice à l’épanouissement. Et pourtant, la fratrie Brontë va puiser dans son imagination pour surmonter leur condition. Les lettres de Charlotte sont majoritaires. Cette dernière est extrêmement clairvoyante sur sa situation de femme. Dans les moments d’abattement, elle arrive toujours à rebondir. De la peine, de la joie et de l’émotion avec ce bel ouvrage.

L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Le premier opus en compagnie de Léon Sadorski m’avait déjà fait froid dans le dos et aussi beaucoup réfléchir. Nous le retrouvons dans ce nouveau tome plus virulent et remonté que jamais. Romain Slocombe nous propulse une nouvelle fois en plein cœur de l’occupation allemande à Paris durant la Seconde Guerre mondiale. Il nous introduit dans les coulisses de la collaboration et de la traque des indésirables selon l’idéologie nazie. Léon Sadorski est un personnage plus qu’ambigu à la psychologie brouillée. Les descriptions des différentes scènes de tortures auxquelles nous assistons ainsi que de la rafle du Vél’ d’Hiv sont impressionnantes et difficilement tenables. La violence et l’acharnement sont inouïs. Ce roman est percutant et saisissant.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe
  • Le monde infernal de Branwell Brontë de Daphne du Maurier
  • Mariage en douce d’Arianne Chemin

Fanny

Pourquoi je n’ai pas écrit de film sur Sitting Bull de Claire Barré / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : « Je pars pour le Dakota du Sud. Direction Amsterdam, puis Minneapolis, ou un troisième avion m’emmènera à Rapid City, ville située aux pieds des Black Hills, en plein territoire indien. Là-bas, une voiture de location m’attend. Je vais conduire jusqu’à la petite ville de Deadwood, pour y rejoindre l’hôtel que j’ai réservé en ligne, il y a quelques mois. L’établissement s’appelle le Mineral Palace Hotel & Gaming et possède son propre casino. Alors que l’avion décolle, mon esprit continue à s’interroger, à revenir en boucle sur tous les curieux événements qui m’ont poussée à entreprendre ce voyage. » Quand Sitting Bull apparaît mystérieusement dans sa cuisine, Claire, scénariste parisienne et mère de deux enfants, cherche à décrypter le sens de cette vision… Sa quête la conduit d’abord chez une chamane russe, puis auprès d’Ernie LaPointe, l’arrière-petit- fils du célèbre chef indien.

Ce livre de la rentrée littéraire m’a très rapidement fait de l’œil. Son titre ainsi que son pitch m’ont tout de suite donné envie de plonger entre les pages de cet ouvrage. Mon intuition ne m’a pas fait défaut puisque ce fut un coup de cœur. Claire Barré nous fait part du jour où sa vie à basculer. En effet, la vision de Sitting Bull dans sa cuisine va l’amener à découvrir sa prédisposition pour le chamanisme. Nous la suivons dans son parcours spirituel. Elle apprivoise ce don et apprend à s’en servir. En parallèle nous assistons à son émouvante rencontre avec le descendant de Sitting Bull, Ernie Lapointe, lors d’un voyage aux États-Unis.

Claire Barré m’a tout simplement bouleversée. Je ne suis pas du tout portée spiritualité ou religion mais avec des mots simples elle a réussi à susciter mon intérêt quant à son cheminement. Sa rencontre avec Ernier Lapointe et sa femme Sonja est franchement touchante. C’est l’occasion pour elle de rappeler l’horreur qu’ont vécu les indiens d’Amérique mais aussi d’évoquer la façon dont la tradition ainsi que les croyances ont survécu à ce massacre. Claire Barré porte un discours qui remet en perspective nos modes de vie et nos schémas de pensée. Elle m’a ouvert les yeux et fait réfléchir sur bon nombre d’éléments.

J’ai l’impression de ne pas avoir réussi à transmettre dans cet article ce que j’ai ressenti à la lecture de ce livre qui a remué pas mal de choses en moi. Par contre, je ne peux que vous inciter à découvrir pourquoi Claire Barré n’a pas écrit de film sur Sitting Bull car la raison est pleine de sens.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ciel d’acier de Michel Moutot
  • La déchéance de Mrs Robinson de Kate Summerscale
  • Une apparition de Sophie Fontanel
Fanny

3 romans, 3 avis, 1 billet / Rentrée littéraire 2017

Je manque cruellement de temps pour tout chroniquer individuellement mais je souhaitais tout de même vous parler de ces trois découvertes littéraires réalisées il y a quelques semaines. Je vous laisse découvrir tout ça!

Une apparition de Sophie Fontanel

Et si arrêter la teinture et laisser pousser ses cheveux gris et blancs apportaient un vrai renouveau? C’est l’idée folle qu’a poursuivi Sophie Fontanelle. Pendant plusieurs mois, elle voit les cheveux blancs prendre le dessus sur sa teinture qu’elle entretenait obsessionnellement jusque là. Elle nous partage ses pensées lors de ce parcours, le regard d’autrui mais aussi l’envie qu’elle suscite chez d’autres femmes. Tout ceci sans pour autant porter de jugement mais plutôt comme un modèle à suivre pour se libérer d’un certain carcan. Le côté mondain (on croise Inès de la Fressange ou encore Arielle Dombasle) est surement ce qui m’a le moins plu. Ceci n’apporte rien à la réflexion intéressante et dans l’air du temps que Sophie Fontanelle développe dans son livre.

logo-robert-laffont


Les maison des Turner d’Angela Flournoy

J’étais plutôt enthousiaste lorsque j’ai commencé ce livre. Dans son premier roman, Angela Flournoy nous plonge dans la vie d’une famille nombreuse afro-américaine. Le contexte me plaisait et le fait de faire intervenir le plus âgé et la plus jeune de la fratrie (qui compte treize frères et sœurs) m’a paru intéressant. J’avoue avoir assez vite décrochée avec  l’impression d’avoir survolée les 200 premières pages. L’ensemble m’a assez vite paru assez long et manquer d’un but. Depuis mon déménagement il y a un peu plus d’un mois, impossible de le reprendre. Le manque de temps et d’enthousiasme m’a clairement fait passer à autre chose. Je n’aime pas ce sentiment d’inachevé mais parfois il est impossible de passer au delà de ce blocage.

big-logo


Neverland de Timothée de Fombelle

Avec ce livre biographique pour adulte, Timothée de Fombelle s’essaie à un nouvel exercice. En un peu plus d’une centaine de pages, il part à la recherche de son enfance. Il nous partage ses souvenirs, ses sensations mais aussi ses sentiments. C’est l’occasion de faire remonter les nôtres souvent bien enfouis mais qui ne demandent qu’à refaire surface. Il nous présente l’enfance comme une bouée à laquelle se raccrocher dans nos vies d’adulte. Je dois dire que cette idée est assez réconfortante. Mon seul regret est qu’il s’agit d’un récit tellement intime que cela nous empêche parfois de totalement saisir son contenu. En effet, Timothée de Fombelle se livre complétement grâce à cette poésie qui lui est propre.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Instinct primaire de Pia Petersen
  • L’immeuble Christodora de Tim Murphy
  • Vango, Tome 1 : Entre ciel et terre de Timothée de Fombelle

Fanny

La serpe de Philippe Jaenada / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : Un matin d’octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n’est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l’unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l’arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d’un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l’enquête abandonnée. Alors que l’opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s’exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.

Ma découverte de Philippe Jaenada avec La petite femelle s’était soldée par un coup de cœur il y a deux ans. Depuis, je trépignais d’impatience de pouvoir me plonger dans un nouvel ouvrage façonné de sa patte. La serpe n’a pas déçu mes espérances. L’auteur nous propose de rouvrir le dossier d’un fait divers se déroulant dans un château de Dordogne. Il dépoussière complétement le genre en y apportant sa touche si reconnaissable et si personnelle. En effet et comme à son habitude, il agrémente son récit d’anecdotes drôles et personnelles, il fait des apartés concernant les deux autres personnages ayant fait l’objet d’un livre (Bruno Sulak et Pauline Dubuisson) et il se raconte sur les différents lieux clés de son enquête.

A chaque fois, Philippe Jaenada me bluffe par son flair, sa maîtrise de l’art délicat du recoupement et son sens de la psychologie. Les archives, qu’il manie avec un regard neuf, n’ont aucun secret pour lui. Il nous propose même une solution qu’il déduit grâce à son cheminement et à ses déductions. Il insuffle beaucoup d’humanité et de tendresse, qu’il nous transmet, dans ses personnages. J’ai d’ailleurs découvert un protagoniste central de cette affaire, Maurice Garçon, grand avocat et connu pour sa verve. Au moment où son récit s’essouffle un peu (vers le fin, je vous rassure), Philippe Jaenada a su rattraper mon attention avec un chapitre 20 de haute volée. Il m’a émue et m’a fait frissonner.

Une nouvelle fois, Philippe Jaenada m’a totalement convaincue. Il est clairement passé maître dans l’art de rouvrir des dossiers judiciaires et de manier les archives en y instillant sa grande humanité et son sens de la psychologie qui ne sont plus à prouver. Pour l’avoir rencontré par deux fois, je peux vous assurer que l’homme qui se cache derrière ces briques est d’une gentillesse et d’une simplicité touchantes. A découvrir sans tarder!

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • 10 jours dans un asile de Nellie Bly
  • Harriet d’Elizabeth Jenkis
  • La petite femelle de Philippe Jaenada
Fanny

Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : Un professeur d’histoire contemporaine de l’université de Colombie-Britannique est persuadé que la mort successive de ses deux parents en 1967 et 1968 est liée à l’assassinat de Robert Kennedy. Le roman déroule en parallèle l’enquête sur son père, psychiatre renommé, spécialiste de l’hypnose, qui a quitté précipitamment la France avec sa mère à la fin des années quarante pour rejoindre le Canada et le parcours de Robert Kennedy. Celui-ci s’enfonce dans la dépression après l’assassinat de son frère John, avant de se décider à reprendre le flambeau familial pour l’élection présidentielle de 1968, sachant que cela le conduit à une mort inévitable. Ces deux histoires intimement liées sont prétexte à revisiter l’histoire des États-Unis des années soixante. Contre-culture et violence politique dominent cette période pourtant porteuse d’espoir pour une génération dont on comprend comment et par qui elle a été sacrifiée. Après La malédiction d’Edgar et Avenue des Géants, Marc Dugain revient avec ce roman ambitieux à ses sujets de prédilection où se côtoient psychose paranoïaque et besoin irrépressible de vérité.

Je suis toujours curieuse de découvrir un peu plus les États-Unis par le biais de la littérature. Les assassinats successifs de John Fitzgerald Kennedy en 1963 puis de son frère Robert en 1968 représentent un véritable tournant dans l’histoire contemporaine de ce pays. Marc Dugain nous propose un ouvrage hybride entre enquête et fiction par alternance de chapitres. Une partie de ce livre est donc consacrée à l’exposé et les conclusions des investigations de l’auteur concernant les deux meurtres. Marc Dugain nous donne à voir la réalité des faits tout en nous apportant son intime conviction. La seconde partie est une fiction où le lecteur suit un personnage en quête de vérité sur la mort mystérieuse de ses parents.

L’auteur apporte un éclairage intéressant sur Bobby Kennedy, troisième garçon de la famille et souvent dans l’ombre. C’est un personnage névrosé mais aussi très humain dont l’assassinat n’est en aucun cas une surprise. L’histoire des Kennedy en général est franchement passionnante. Nous naviguons entre complots, combats politiques, assassinats, luttes de pouvoir et héritage familial. J’avoue avoir préféré l’enquête à la fiction. Cette dernière, sans être totalement dénuée d’intérêt, m’a paru plus poussive. Le personnage porte le nom de Marc O’Dugain. Ce choix m’a beaucoup questionnée. Par contre, les explications autour de l’utilisation de l’hypnose à des fins plus que troubles m’ont passionnée.

Marc Dugain signe un livre hybride où l’enquête historique fait face à la fiction. J’ai ressenti une préférence pour l’histoire des Kennedy ainsi qu’un attachement pour Bobby. Le récit de Marc O’Dugain m’a davantage laissée de marbre même si sa quête est intéressante et ses découvertes parfois glaçantes.

masse-critique-babelio           Gallimard_logo.svg

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Black-out de John Lawton
  • L’œuf de Lennon de Kevin Barry
  • Stasi child de David Young
Fanny