3 romans, 3 avis, 1 billet

Mr Brown de Agatha Christie

Je continue mon challenge en lisant un roman d’Agatha Christie par mois dans l’ordre chronologique de parution. J’ai donc lu Mr Brown en février. Il s’agit du second roman de la Reine du crime mais aussi de la première enquête du duo Tuppence Cowley et Thomas Beresford. Ces deux derniers se retrouvent démobiliser après la Première Guerre mondiale et vont créer les Jeunes Aventuriers Associés. L’intrigue est parfois rocambolesque et tirée par les cheveux mais cela ne m’a empêchée de me régaler. Les deux héros sont plein de bonne volonté et d’enthousiasme. Ceci va régulièrement leur jouer des tours surtout qu’ils n’ont pas à faire à un ennemi facile.  C’est parfois drôle, plein de rebondissements et très rythmé! On ne s’ennuie pas une seule seconde. J’avoue être impatiente de retrouver Tuppence et Tommy dans une future lecture.

Taille 42 de Malika Ferdjoukh

Ce récit et témoignage m’a donné l’occasion de découvrir Malika Ferdjoukh dans un tout autre style qu’habituellement. Sous la plume de l’autrice, c’est l’histoire vraie de Charles Pollak et de sa famille juive pendant la Seconde Guerre mondiale qui nous est conté. Nous suivons Charly entre Paris et sa fuite vers un petit village du Nord occupé par un commandement allemand. Là, sa famille et lui vont tenter la transparence et la dissimulation des signes de leur appartenance au judaïsme. Mais, on ne peut toujours tout maitriser. Ceci donne de vrais passages d’angoisse. Ce livre contient également de l’espoir grâce toutes ces personnes qui connaissaient leur vrai identité et n’ont jamais rien dit et les ont même aidés. Le petit Charly observe et se pose beaucoup de questions qui résonnent en nous. L’insouciance de l’enfance vient contrecarrer l’ambiance pesante de cette période pour le moins troublée. Un beau roman jeunesse saisissant et très beau.

Au bonheur des ogres de Daniel Pennac

La série des Malaussène m’a été maintes fois recommandée par des collègues de travail ou des amis. Entre roman policier, cynisme envers la société de consommation et comique de situation et de langage, Daniel Pennac nous propose un premier opus pour le moins original. Les premières pages sont assez étonnantes. Il m’a donc fallu un temps d’adaptation concernant le style de l’auteur. Finalement, on se laisse facilement porter par la plume et la fantaisie de ce dernier. L’ensemble est assez délirant et rocambolesque. Mais il y a un quelque chose qui fait tenir chaque élément ensemble. Daniel Pennac pose la famille comme un élément essentiel. Il est vrai que la tribu des Malaussène ne peut laisser indifférente. J’ai trouvé le second tome, La fée carabine, dans une vente de livres d’occasion. Je ne devrais donc pas tarder à connaitre la suite des aventures de Benjamin et sa famille.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Le Mystère de Listerdale de Agatha Christie
  • Le théorème du homard de Graeme Simsion
  • Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh

Fanny

Les attentifs de Marc Mauguin

41sskihxjslRésumé de l’éditeur : Au coeur de l’Amérique des années 1930-1960, les personnages de douze tableaux d’Edward Hopper se croisent de manière inattendue. Un faisceau de solitaires, d’ambitieux redoutables, d’amants, de mères cruelles, de fantômes, de femmes mélancoliques et de rêveurs impénitents, tisse une comédie humaine grinçante et sensible. Marc Mauguin explore les âmes et saisit des instants de vie suspendus avant qu’une décision ou un accident ne vienne en modifier le cours. Sous sa plume, aussi originale que puissante, les toiles s’animent et nous aspirent.

Les attentifs est le premier roman de la toute nouvelle collection des éditions Robert Laffont intitulée « Les Passe-Murailles ». Pour un commencement, on peut dire que le défi est ambitieux. En effet, Marc Mauguin nous propose plusieurs nouvelles. Ces dernières font toutes références à des toiles d’Edgar Hopper. L’œuvre est d’abord reproduite en couleur, s’ensuit la courte histoire imaginée par l’auteur autour de cette dernière. Le lecteur fait donc un voyage dans les États-Unis des années 1930 à 1960. Les joies, les peines, les déconvenues, les regrets et les nostalgies des personnages nous sont dépeintes.

Je suis assez sensible aux charmes des nouvelles. Je suis souvent admirative de la façon dont les auteurs en très de peu de pages donnent corps à un texte et vie à des personnages. Les chutes sont souvent travaillées et apportent une vraie valeur ajoutée. Marc Mauguin réussit son double pari : l’exercice parfois glissant de la nouvelle et la rédaction d’un texte à partir d’un tableau. Il donne sa vérité sur les protagonistes présents sur les toiles mais aussi sur les lieux. Certaines histoires se recoupent. Ces clins d’oeil sont très agréables et permettent de donner un fil conducteur entre certaines nouvelles.

La démarche de Marc Mauguin m’a plu. Il a su donner vie à douze tableaux d’Edgar Hopper. Les personnages et les lieux prennent vie sous nos yeux. Il nous décrit une certaine Amérique avec des sentiments et des sensations. J’ai beaucoup aimé ma lecture. Je surveillerais la parution des prochains titres de cette toute nouvelle collection!

logo-robert-laffontVous aimerez aussi découvrir :

  • L’attrape-coeurs de J. D. Salinger
  • Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés de Jami Attenberg
  • Un été à Cold Spring de Richard Yates
Fanny

Quatre sœurs de Malika Ferdjoukh

711l6yxvv6lRésumé de l’éditeur : Une belle villa au bord de la mer, pleine de recoins et de mystère. Quatre soeurs qui sont cinq, orphelines de fraîche date. Leurs amis, leurs amours, leurs humeurs, leurs humour. Le dernier livre de Malika Ferdjoukh est une tétrade, un festival en quatre tomes, réunis en un seul volume, de personnages, de péripéties et de dialogues piquants, l’équivalent moderne et littéraire des bonnes vieilles grandes comédies américaines des années 40 et 50. Un régal pour le cœur et l’esprit.

Quel plaisir de retrouver Malika Ferdjoukh, sa fantaisie, ses jeux de mot, son ton incisif et sa vivacité! Cette intégrale regroupe les 4 tomes de la série Quatre sœurs parus d’abord séparément, ce qui donne dans l’ordre : Enid, Hortense, Bettina et Geneviève. Je ne regrette pas une seule seconde d’avoir lu l’ensemble d’une traite. Je ne sais d’ailleurs pas comment j’aurais pu laisser toute cette tribu de personnages hautement attachants. Je me suis tout simplement régalée de bout en bout! Chaque soir après le travail, une fois la nuit tombée, retrouver cet univers réconfortant et chaleureux m’a fait un bien fou. On déguste les romans de Malika Ferdjoukh comme un bonbon acidulé ou un bon thé bien chaud.

L’auteur possède un vrai don pour traiter de sujets difficiles (la mort, la maladie, les déceptions amoureuses, le poids des charges quotidiennes). Elle dédramatise tout ces éléments en usant des comiques de situation et de mots. Par ces procédés, elle prouve qu’il est possible de parler de tout aux plus jeunes sans pour autant les désenchanter. Elle nous apprend également qu’il faut parfois savoir laisser le temps faire son œuvre pour trouver du positif dans le négatif. Les cinq sœurs Verdelaine nous laissent émus, retournés, joyeux et surtout avec une nouvelle vision de la vie. Ce roman défie le temps. En effet, plusieurs éléments nous indiquent que nous sommes bien dans notre monde actuel mais parfois on se croirait revenu dans les années 50.

Cette chronique détaille mes sentiments sur ce roman. Je parle finalement peu du contenu et c’est tant mieux car j’espère attiser votre curiosité et vous donner envie d’aller vers ce livre lumineux. On pleure, on ri, on râle, on frissonne en compagnie d’Enid, Hortense, Bettina, Geneviève, Charlie et tous les personnages secondaires de tout poil. Il s’agit de mon premier coup de cœur de 2017 et je suis bien contente que cela commence avec Malika Ferdjoukh.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Broadway Limited, Tome 1 : Un dîner avec Cary Grant de Malika Ferdjoukh
  • Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh
  • Douze minutes avant minuit de Christopher Edge

Fanny

Vango, Tome 1 : Entre ciel et terre de Timothée de Fombelle

71yshrq0hbl

Résumé de l’éditeur : Au début du siècle dernier, Vango grandit à l’écart du monde, dans les îles Éoliennes, au large de la Sicile. À dix ans, il découvre un monastère secret dont les moines deviennent sa famille. Il traverse l’Atlantique sur le Graf Zeppelin. Il entre au séminaire à Paris. Mais Vango s’est toujours senti traqué par des puissances mystérieuses. Alors qu’il doit être ordonné prêtre, une course-poursuite s’engage avec la police sur le parvis de Notre-Dame. De quel crime l’accuse-t-on? Tandis qu’enfle le bruit de la guerre, Vango cherche sa vérité, et son histoire contient toutes les aventures.

J’ai enfin découvert Timothée de Fombelle! Je n’aurais surement pas dû attendre si longtemps car c’est un auteur dont les mérites m’ont été tellement de fois vantés. Quelle aventure que ce premier tome! Je me suis régalée de bout en bout. L’auteur nous entraîne dans un tourbillon de péripéties à travers l’Europe de la première moitié du XXe siècle. Il y a de l’action, de la dissimulation, des rebondissements, des secrets bien gardés, des voyages mais aussi pas mal de frayeur. On ressent toutes la noirceur de ces années de prémices à la Seconde Guerre mondiale. Hitler est chancelier allemand, Mussolini est président du conseil italien et Staline monte en puissance en URSS. Mais Timothée de Fombelle sait de temps en temps et habilement faire baisser la pression par de petites touches subtiles d’humour à l’aide de phrases ou de situations senties.

Vango est un héros ambigu car il est à la fois mystérieux et très attachant. Ces deux caractéristiques sont sa force et en font un personnage attirant envers qui on ne peut s’empêcher d’avoir de l’empathie. Je n’ai eu de cesse de vouloir le comprendre et  de découvrir en même temps que lui ses origines. Que dire de toute la panoplie de personnages secondaires. Ils sont tous excellents et uniques. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la bienveillance qui se met en place autour de Vango. C’est surement elle qui le sauvera et nous sauvera tous également. Certaines questions trouvent des réponses dans ce premier opus. Mais beaucoup d’autres restent en suspens comme l’histoire de Vango. J’ai ma petite idée sur cette dernière mais je ne vous en dirais pas plus (même si le titre du second et dernier tome apporte un sacré indice!).

Ce roman m’a réconciliée sans problème avec la littéraire pour adolescent. Timothée de Fombelle est un écrivain qui allie avec brio qualité et divertissement, aventure et Histoire ainsi que bienveillance et noirceur de temps troublés. Vous imaginez bien que je ne pouvais pas abandonner tout ce petit monde comme ça. J’ai donc déjà commencé le second et dernier tome et c’est toujours aussi bon!

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Folio.

logo_babelio_new     logo-folio

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Aristotle and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz
  • Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh
  • Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrik Backman

Fanny

Venez, vous dont l’œil étincelle de Jean-Christophe Duchon-Doris

9782260024033Résumé de l’éditeur : En cette année 736, le duc Mauronte, patrice de Marseille, s’inquiète pour l’indépendance de son fief, menacé au nord par les Francs de Charles Martel et au sud par les Sarrasins. S’il veut survivre, il doit s’allier à l’un des deux camps. Un choix d’autant plus délicat que Childebrand, le frère de Charles Martel, et Youssouf, le gouverneur musulman de Narbonne, sont tombés fous amoureux de sa fille, Blanche. Pour l’aider à prendre sa décision, le duc décide d’ouvrir son palais à des conteurs venus des deux contrées ennemies. Durant d’innombrables nuits, les narrateurs affluent et c’est un feu d’artifice de récits magnifiques ou tout l’imaginaire des hommes est exalté : l’amour, l’érotisme, la cruauté, la beauté, le fantastique… Chacun cherche à toucher, au plus secret, la raison du père et le cœur de la fille. Mais seuls les dieux savent qui sera l’heureux vainqueur de ce combat singulier.

J’ai découvert Jean-Christophe Duchon-Doris il y a deux ans avec un roman policier passionnant se déroulant dans le Paris du XIXe siècle. Ce nouvel ouvrage est d’un tout autre genre. L’auteur nous propose de remonter le temps jusqu’au Moyen-Âge (en 736 pour être précis). L’histoire débute à Marseille, ville cosmopolite dont le destin se joue entre les francs et les musulmans. Ce roman est un peu déroutant au départ. Il faut du temps afin que le lecteur prenne ses marques dans l’époque et les différentes forces qui s’affrontent. Mais c’est aussi et surtout dans sa forme que ce livre est original. Les différentes parties se composent d’un récit classique puis de différentes histoires rapportées par des conteurs. Le tout finit par s’imbriquer parfaitement et donne un roman épique composé de personnage haut en couleur.

A l’époque, les informations sont bien souvent véhiculées par les conteurs. Se mêlent donc vérité, fiction et légende. Au fil des pages, on s’attache aux personnages et notamment à Blanche, jeune victime des tractations matrimoniales des hommes. Ces derniers sont subjugués par son aura relaté par les conteurs mais aussi par l’intérêt d’une telle union. L’écrivain laisse transparaitre beaucoup de poésie et d’amour pour sa ville, Marseille. J’ai parfois presque eu l’impression de sentir les odeurs, de voir les ruelles de la cité et d’entendre la mer non loin de là. L’intermédiaire des contes est une bonne idée. Ils donnent du relief au récit, transmettent du rêve mais sont aussi une base de réflexion. Le Moyen-Âge nous est présenté d’une manière inhabituelle et c’est surement ce qui fait toute la différence.

J’ai bien fait de m’accrocher à cette histoire après des débuts un peu difficiles. Une fois la dernière page tournée, j’ai eu le sentiment que tout s’imbriquait parfaitement et que le mélange de récit classique et de conte avait porté ses fruits. C’est donc un roman unique de par sa construction, l’intermédiaire des conteurs mais aussi par la plume toujours poétique de Jean-Christophe Duchon-Doris.

logo_julliard_carr_Vous aimerez aussi découvrir :

  • La mort s’habille en crinoline de Jean-Christophe Duchon-Doris
  • La terre qui penche de Carole Martinez
  • Le roi disait que j’étais diable de Clara Dupont-Monod

Fanny

Les pires batailles de l’histoire de Benjamin Brillaud

9782221197677Résumé de l’éditeur : Au Ve siècle avant notre ère, les Perses débarquent à Marathon ou ils seront écrasés par une armée athénienne pourtant largement inférieure en nombre ; au début du XIVe siècle, Philippe le Bel lance la crème de l’armée française pour mater la rébellion, composée de simples artisans sous-équipés, qui décime l’essentiel de la noblesse du royaume ; durant la Seconde Guerre mondiale, neuf chasseurs alpins français résistent héroïquement à plusieurs milliers de soldats italiens. Malgré sa puissance, son avance technologique ou encore ses effectifs en surnombre par rapport à l’ennemi, une armée n’est jamais à l’abri d’une défaite majeure quand la loi de Murphy, dite de « l’emmerdement maximum », décide de s’en mêler. Ordres mal transmis, infériorité numérique flagrante, conditions climatiques désastreuses… ce livre reconstitue ces batailles désespérées ou incongrues qui ont marqué notre mémoire par leurs issues inattendues. Autant d’épisodes tragi-comiques qui nous font regretter les cours d’histoire.

Nota Bene est une chaîne Youtube dont le thème principal est l’Histoire. J’ai découvert Benjamin Brillaud il y a quelques mois. Ses vidéos m’accompagnent régulièrement pendant mes pauses déjeuners parfois solitaires au travail. L’annonce de la sortie de son livre m’a donc tout de suite interpellée. Il prend le parti de nous faire découvrir les batailles restées célèbres ou non. Leur point commun est que ce sont toutes des échecs pour diverses raisons. Un chapitre correspond à une bataille. Chacun est divisé de la même manière tout au long du livre : une explication linéaire, une courte partie de fiction et un résumé de la situation à la même époque dans d’autres parties du monde. Le tout est ordonné chronologiquement. Je l’avoue, certaines batailles m’ont plus intéressée que d’autres. Il est également tout à fait possible de le picorer dans le désordre.

Plusieurs chapitres ont ravivé de vieux souvenirs de fac où j’ai passé deux années à étudier l’Histoire, période très stimulante pour moi. Je n’avais pas lu de livre d’Histoire depuis des années et j’avoue que j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans ce genre littéraire. Benjamin Brillaud a réalisé un véritable effort de vulgarisation grâce à une une écriture accessible et à des chapitre finalement assez courts. Certes les puristes de cette matière y verront surement à redire. Pour ma part, je suis tout à fait enthousiaste lorsque sort un ouvrage comme celui-ci et surtout s’il peut rendre cette discipline plus accessible et moins effrayante. L’auteur nous fait aussi découvrir des pays dont l’Histoire est assez méconnue en France.

C’est un bon livre de vulgarisation dans l’ensemble. Il permet de découvrir l’Histoire de diverses parties du monde à diverses époques en toute simplicité. Certains chapitres m’ont davantage intéressée que d’autres par goût de tel ou tel pays ou de tel ou tel période. L’écriture simple, les touches d’humour et l’organisation de chaque chapitre en font un livre d’Histoire facile et agréable à lire.

logo-robert-laffontVous aimerez aussi découvrir :

  • Joséphine impératrice, Tome 1 de Yumiko Igarashi et Kaoru Ochiai
  • La dernière reine : Victoria (1819-1901) de Béatrix de l’Aulnoit et Philippe Alexandre
  • Le Singe de Hartlepool de Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau
Fanny

Miss Dashwood, nurse certifiée, Tome 1 : De si charmants bambins de Gwenaële Barussaud

71veps3gvnlRésumé de l’éditeur : Au fond de leur château normand, monsieur et madame de Grandville sont désespérés : leurs charmants bambins, Godefroy et Charlotte, multiplient les bêtises et font fuir les gouvernantes. Heureusement, la célèbre école de nurses anglaises, la prestigieuse Perfect Children Academy, a promis de leur envoyer une demoiselle à la hauteur de la situation, et c’est l’excellente Daisy Dashwood qui a été choisie pour cette périlleuse mission. Avec ses connaissances toute fraîches en matière d’éducation, ses diplômes flambants neufs et son réputé flegme britannique, Daisy Dashwood semble effectivement dotée des qualités requises pour corriger les insupportables descendants de la famille Grandville ! Mais il ne faut jamais sous-estimer l’incroyable résistance des enfants français, ni leur extrême inventivité…. Caprices en pleine rue, batailles de mottes de terre, odeurs de camembert, pianiste myope et dressage de marcassin réussiront-ils à déstabiliser la célèbre nurse anglaise ?

Gwenaële Barussaud est une auteure qui m’a été maintes fois conseillé, notamment sur le forum Whoopsy Daisy. Ce roman-ci est le premier tome d’une nouvelle saga jeunesse qui nous propose de suivre les pérégrinations d’une toute jeune nurse anglaise. En plein XIXe siècle, Daisy va traverser la Manche pour se rendre dans une famille Normande dont les enfants semblent pour le moins turbulents et terribles. L’écrivain use du comique de situation et du quiproquo. J’ai souvent souri pendant ma lecture car Miss Dashwood en voit de toutes les couleurs! Ce premier opus reste tout de même très jeunesse et s’adresse donc à un public entre 9 et 12 ans. Une certaine morale ou tout du moins un message fort se dégagent de l’ensemble. Cependant, en tant qu’adulte, j’ai trouvé cela amusant, drôle, vif et rafraîchissant.

Après avoir terminé son apprentissage théorique dans une école, Daisy Dashwood découvre donc son métier sous un nouveau jour et sur le terrain. Elle se rend vite compte que les choses se déroulent rarement comme prévu et que sa précieuse bible recensant plusieurs situations fâcheuses et leurs solutions ne lui apporte pas toutes les réponses nécessaires. C’est un personnage fort car elle doit s’adapter et faire preuve d’imagination. On suit également l’évolution des deux bambins dont elle a la charge. Je suis très attachée à la Normandie car il s’agit de ma région natale. Lire un roman se déroulant là-bas m’a apporté beaucoup de joie. Et d’autant plus que j’ai retrouvé à plusieurs reprises l’expression consacrée « Heulà » que j’utilise au quotidien et à tout bout de champ!

Ce premier tome est une bonne surprise. Je ne lis que très peu de roman jeunesse mais celui-ci a su m’interpeller et me faire passer un bon moment de lecture-détente. C’est frais, vif, drôle et bien mené. Gwenaële Barussaud m’a donné envie d’aller plus loin et de découvrir sa précédente série Les lumières de Paris.

 Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Fleurus.

logo_babelio_new     logo_fleurus

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Belle Époque de Elizabeth Ross
  • L’extraordinaire voyage de Sabrina de P. L. Travers
  • Le pensionnat de Mlle Géraldine, Tome 1 : Étiquette et espionnage de Gail Carriger

Fanny