Les trois fantômes de Tesla, Tome 1 : Le mystère Chtokavien de Guilhem et Marazano

Résumé de l’éditeur : Et nous sommes toujours sans nouvelles de Nikola Tesla, probablement le seul savant dont l’originalité et les inventions géniales sont susceptibles de nous fournir une aide décisive dans cette guerre destructrice.

Ce premier tome ne suffit pas pour se faire une véritable idée concernant cette histoire. En effet, il s’agit d’une introduction qui présente principalement le contexte spatio-temporel et les personnages. Certains éléments sont tout juste suggérés. Malgré tout, cette mise en place est doublée d’un peu de suspens et de rebondissements. De quoi tout juste donner envie de connaitre la suite. Cette intrigue possède une bonne dose de surnaturelle. Il se passe des choses bien étranges sur les bords de l’East River. Ceci est mélangé aux vérités historiques. Il est notamment fait référence à un inventeur ayant réellement vécu du nom de Nikola Tesla.

les_trois_fantomes_de_tesla_image1

Le petit garçon et sa mère sont plutôt attachants. J’ai pris plaisir à les suivre et à assister à leur adaptation dans cette grande ville qui peut tout apporter comme tout reprendre. Les dessins sont très réussis. Ils donnent une vraie ambiance rétro à l’ensemble. Les vignettes et les planches s’enchainent à un bon rythme. Je n’ai rien à redire sur le graphisme qui est irréprochable. Par conte, je ne suis pas certaine qu’un format en trois volumes soit l’idéal. Un one shot aurait été tellement adapté et tellement plus intéressant car là, je dois avouer que je reste sur ma faim. J’ai également bien peur que mon enthousiasme retombe et que cette série de bande dessinée soit bien vite oubliée…

Ce premier opus possède un intérêt indéniable. L’ensemble m’a plu et les auteurs ont su me donner tout juste de quoi vouloir lire la suite. Par contre, je trouve ce premier tome trop mince et cette sensation de rester sur ma faim me gêne quelque peu. Affaire à suivre donc!

Lu dans le cadre de la BD fait son festival 2017 de PriceMinister.

blog

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Adam Clarks de Régis Hautière et Antonio Lapone
  • Blacksad, Tome 1 : Quelque part entre les ombres de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido
  • Maggy Garrisson, Tome 1 : Fais un sourire Maggy de Lewis Trondheim et Stéphane Oiry

Fanny

Pile ou face, Tome 1 : Cavale au bout du monde de Hope Larson et Rebecca Mock

91udq2rzuslRésumé de l’éditeur : New York, années 1860. Lorsque le père adoptif de Cleopatra et Alexandre disparait, les deux jumeaux rejoignent le gang du Crochet Noir, surveillé pour ses multiples larcins. Pris par la police, ils acceptent de trahir le gang, contre un ticket de train pour la Nouvelle Orléans, où ils espèrent commencer une nouvelle vie. Mais Alex est capturé et  embarqué de force comme main-d’œuvre sur un cargo faisant route pour San Francisco. Cléo prend la route sur un steamer, pour tenter de rejoindre son frère. Mais les deux ados sont loin de suspecter les dangers qui les guettent : le gang a informé une bande de pirates, redoutés et impitoyables, que les jumeaux sont en possession d’objets constituant une carte au trésor. La course commence pour nos héros : course au trésor, vers leur père et pour leur vie.

Tous les ans je fais le même constat, je lis très peu de bande dessinée. A vrai dire, ce sont surtout les occasions qui manquent. Heureusement la masse critique Babelio me permet parfois de palier à ce défaut. Ce fut le cas avec la réception de ce premier tome. Les auteurs commencent fort et nous mettent dans l’ambiance dès les premières planches. J’ai beaucoup aimé le prologue, qui, en seulement quatre pages posent le cadre et le ton. La première partie met peut-être un peu de temps à se mettre en place. Mais tout se débloque assez vite avec l’arrivée des premières révélations et rebondissements. En 224 pages, Hope Larson et Rebecca Mock ont pu approfondir au maximum leur histoire et apporter beaucoup de détails.

91d9g46yilPile ou face mélange le récit d’aventure et le parcours initiatique. En effet, Cléo et Alex s’embarquent dans un voyage semé d’embuches. Ils se retrouvent séparés et deux histoires parallèles commencent donc. Ils sont aussi en quête de leur père, de leur identité et de leur racine. La plongée dans le XIXe siècle américain est réussi. Nous avons ainsi l’occasion de croiser les membres d’un gang, des pirates et autres malfrats. Ne vous laissez pas tromper par la couverture rappelant certains dessins animés, les dessins sont très différents à l’intérieur. Les vignettes et les planches s’enchainent très bien. Un beau rappel est d’ailleurs fait avec entre la dernière vignette du prologue et  la toute dernière planche (vous le comprendrez si vous lisez cet ouvrage).

Ce premier tome introduit très bien cette série de bandes dessinées. Il contient déjà beaucoup de rebondissements et laisse des questions en suspens qui promettent une suite pleine de mystère. Il faudra faire preuve d’un peu de patience pour connaitre la destinée de nos deux adolescents car la sortie du second tome (Knife’s Edge) n’est prévue que le 27 juin 2017 aux États-Unis.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Rue de Sèvres.

logo_babelio_new     rue-de-sevres-logo

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Aliénor Mandragore, Tome 1 : Merlin est mort, vive Merlin! de Séverine Gauthier et Thomas Labourot
  • Blacksad, Tome 1 : Quelque part entre les ombres de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido
  • Le singe de Hartlepool de Wilfrid Lupano et Jérémie Moreau

Fanny

Les filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre de Siobhan Curham

81kwhgwhxglRésumé de l’éditeur : A Brick Lane, un quartier de Londres, Ambre, Rose, Sky et Maali sont des adolescentes très différentes les unes des autres. Mais leur désir de liberté et d’aventure les conduit à se réunir pour créer un club secret, les Moonlight Dreamers. Une grande amitié naît alors entre les quatre jeunes filles.

Mi-décembre, j’ai reçu un joli colis de la part de Flammarion qui contenait ce roman accompagné de goodies. De quoi donner l’eau à la bouche sans trop de difficulté! Nous apprenons à connaitre Ambre, Maali, Sky et Rose d’abord séparément puis ensemble lors de la première réunion du club des filles de Brick Lane. Elles partagent toutes soit une particularité, soit une façon de vivre hors norme soit des croyances particulières. Ce sont quatre adolescentes un peu en marge et souvent moquées pour toutes les raisons citées juste avant. L’auteur nous introduit dans un quartier bien précis de Londres où tout ce petit monde évolue : Brick Lane. Outre de nombreux commerces, ce dernier réunit également un beau mélange culturelle et ethnique.

On ne peut que s’attacher à ces quatre jeunes filles qui se rapprochent pour réaliser leurs rêves en s’aidant les unes des autres. Elles rappellent forcément nos expériences, nos erreurs et nos choix fait durant cette période charnière de chaque vie. Elles sont partagées entre le fait de vouloir ressembler aux autres tout en se cherchant et en étant en quête de particularité pour se différencier. La littérature tient une grande place dans ce roman puisqu’il est régulièrement question de poésie et que le groupe se réunit sous le patronage d’Oscar Wilde. N’ayant lu aucune de ses œuvres (shame on me!), si ce n’est quelques citations ici ou là, ce livre n’a fait que réveiller ma curiosité. Même s’il s’agit d’une série, ce tome se suffit à lui-même avec une très belle fin pleine de sens.

Ce roman terriblement actuel pose la question de ce à quoi font face les adolescents d’aujourd’hui ainsi que leurs préoccupations profondes. Bon nombre de jeunes gens vont se reconnaitre dans les expériences d’Ambre, Maali, Sky ou encore Rose. Il s’agit d’une bonne introduction à cette série. Vivement le second tome!

Participation au challenge A year in England de Titine.

11800031_10207543959508138_8537340896721806582_n

logo-litVous aimerez aussi découvrir :

  • Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh
  • Je suis un dragon de Martin Page
  • L’étoile d’argent de Jeannette Walls

Fanny

Vango, Tome 1 : Entre ciel et terre de Timothée de Fombelle

71yshrq0hbl

Résumé de l’éditeur : Au début du siècle dernier, Vango grandit à l’écart du monde, dans les îles Éoliennes, au large de la Sicile. À dix ans, il découvre un monastère secret dont les moines deviennent sa famille. Il traverse l’Atlantique sur le Graf Zeppelin. Il entre au séminaire à Paris. Mais Vango s’est toujours senti traqué par des puissances mystérieuses. Alors qu’il doit être ordonné prêtre, une course-poursuite s’engage avec la police sur le parvis de Notre-Dame. De quel crime l’accuse-t-on? Tandis qu’enfle le bruit de la guerre, Vango cherche sa vérité, et son histoire contient toutes les aventures.

J’ai enfin découvert Timothée de Fombelle! Je n’aurais surement pas dû attendre si longtemps car c’est un auteur dont les mérites m’ont été tellement de fois vantés. Quelle aventure que ce premier tome! Je me suis régalée de bout en bout. L’auteur nous entraîne dans un tourbillon de péripéties à travers l’Europe de la première moitié du XXe siècle. Il y a de l’action, de la dissimulation, des rebondissements, des secrets bien gardés, des voyages mais aussi pas mal de frayeur. On ressent toutes la noirceur de ces années de prémices à la Seconde Guerre mondiale. Hitler est chancelier allemand, Mussolini est président du conseil italien et Staline monte en puissance en URSS. Mais Timothée de Fombelle sait de temps en temps et habilement faire baisser la pression par de petites touches subtiles d’humour à l’aide de phrases ou de situations senties.

Vango est un héros ambigu car il est à la fois mystérieux et très attachant. Ces deux caractéristiques sont sa force et en font un personnage attirant envers qui on ne peut s’empêcher d’avoir de l’empathie. Je n’ai eu de cesse de vouloir le comprendre et  de découvrir en même temps que lui ses origines. Que dire de toute la panoplie de personnages secondaires. Ils sont tous excellents et uniques. Ce qui m’a le plus marqué, c’est la bienveillance qui se met en place autour de Vango. C’est surement elle qui le sauvera et nous sauvera tous également. Certaines questions trouvent des réponses dans ce premier opus. Mais beaucoup d’autres restent en suspens comme l’histoire de Vango. J’ai ma petite idée sur cette dernière mais je ne vous en dirais pas plus (même si le titre du second et dernier tome apporte un sacré indice!).

Ce roman m’a réconciliée sans problème avec la littéraire pour adolescent. Timothée de Fombelle est un écrivain qui allie avec brio qualité et divertissement, aventure et Histoire ainsi que bienveillance et noirceur de temps troublés. Vous imaginez bien que je ne pouvais pas abandonner tout ce petit monde comme ça. J’ai donc déjà commencé le second et dernier tome et c’est toujours aussi bon!

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Folio.

logo_babelio_new     logo-folio

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Aristotle and Dante discover the secrets of the universe de Benjamin Alire Saenz
  • Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh
  • Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrik Backman

Fanny

Miss Dashwood, nurse certifiée, Tome 1 : De si charmants bambins de Gwenaële Barussaud

71veps3gvnlRésumé de l’éditeur : Au fond de leur château normand, monsieur et madame de Grandville sont désespérés : leurs charmants bambins, Godefroy et Charlotte, multiplient les bêtises et font fuir les gouvernantes. Heureusement, la célèbre école de nurses anglaises, la prestigieuse Perfect Children Academy, a promis de leur envoyer une demoiselle à la hauteur de la situation, et c’est l’excellente Daisy Dashwood qui a été choisie pour cette périlleuse mission. Avec ses connaissances toute fraîches en matière d’éducation, ses diplômes flambants neufs et son réputé flegme britannique, Daisy Dashwood semble effectivement dotée des qualités requises pour corriger les insupportables descendants de la famille Grandville ! Mais il ne faut jamais sous-estimer l’incroyable résistance des enfants français, ni leur extrême inventivité…. Caprices en pleine rue, batailles de mottes de terre, odeurs de camembert, pianiste myope et dressage de marcassin réussiront-ils à déstabiliser la célèbre nurse anglaise ?

Gwenaële Barussaud est une auteure qui m’a été maintes fois conseillé, notamment sur le forum Whoopsy Daisy. Ce roman-ci est le premier tome d’une nouvelle saga jeunesse qui nous propose de suivre les pérégrinations d’une toute jeune nurse anglaise. En plein XIXe siècle, Daisy va traverser la Manche pour se rendre dans une famille Normande dont les enfants semblent pour le moins turbulents et terribles. L’écrivain use du comique de situation et du quiproquo. J’ai souvent souri pendant ma lecture car Miss Dashwood en voit de toutes les couleurs! Ce premier opus reste tout de même très jeunesse et s’adresse donc à un public entre 9 et 12 ans. Une certaine morale ou tout du moins un message fort se dégagent de l’ensemble. Cependant, en tant qu’adulte, j’ai trouvé cela amusant, drôle, vif et rafraîchissant.

Après avoir terminé son apprentissage théorique dans une école, Daisy Dashwood découvre donc son métier sous un nouveau jour et sur le terrain. Elle se rend vite compte que les choses se déroulent rarement comme prévu et que sa précieuse bible recensant plusieurs situations fâcheuses et leurs solutions ne lui apporte pas toutes les réponses nécessaires. C’est un personnage fort car elle doit s’adapter et faire preuve d’imagination. On suit également l’évolution des deux bambins dont elle a la charge. Je suis très attachée à la Normandie car il s’agit de ma région natale. Lire un roman se déroulant là-bas m’a apporté beaucoup de joie. Et d’autant plus que j’ai retrouvé à plusieurs reprises l’expression consacrée « Heulà » que j’utilise au quotidien et à tout bout de champ!

Ce premier tome est une bonne surprise. Je ne lis que très peu de roman jeunesse mais celui-ci a su m’interpeller et me faire passer un bon moment de lecture-détente. C’est frais, vif, drôle et bien mené. Gwenaële Barussaud m’a donné envie d’aller plus loin et de découvrir sa précédente série Les lumières de Paris.

 Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Fleurus.

logo_babelio_new     logo_fleurus

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Belle Époque de Elizabeth Ross
  • L’extraordinaire voyage de Sabrina de P. L. Travers
  • Le pensionnat de Mlle Géraldine, Tome 1 : Étiquette et espionnage de Gail Carriger

Fanny

Aliénor Mandragore, Tome 1 : Merlin est mort, vive Merlin! de Séverine Gauthier et Thomas Labourot

Alienor-Mandragore-couvertureRésumé de l’éditeur : Dans la paisible forêt de Brocéliande, la jeune Aliénor suit l’enseignement druidique de son père l’enchanteur Merlin… jusqu’au jour où le grand magicien est tué, terrassé par le terrible cri d’une racine de Mandragore. Mais le fantôme de Merlin n’entend pas rester mort bien longtemps et ce sera à sa fille de le tirer d’affaire. Voici la première aventure décapante d’Aliénor Mandragore : une plongée pleine d’humour dans la forêt de Brocéliande.

J’ai découvert cette bande dessinée totalement par hasard sur la chaine youtube Fairy Neverland. J’ai aussitôt été attirée par le résumé qui promet une ambiance celtique à souhait. Je n’ai pas été déçue puisque dès les premières pages nous faisons la rencontre de Merlin et de sa fille Aliénor. Les rebondissements vont ensuite s’enchainer pour nous entrainer dans une intrigue au rythme soutenu. J’ai beaucoup aimé les dernières pages qui forment une sorte d’annexe sous le titre de « L’écho de Brocéliande », journal des nouvelles de cette contrée.

Cases-Alienor-Mandragore-page-52Les dessins sont un régal à regarder. Sans être trop enfantin, ils nous transportent dans un monde de magie et de croyances. Les couleurs ne sont pas en reste. En effet, elles sont vives et s’adaptent en fonction des situations. L’ensemble est donc un vrai plaisir pour les yeux et nous plonge dans une ambiance maitrisée. Nous suivons la petite Aliénor dans ses pérégrinations. Elle va vite apprendre de ses erreurs mais sait également utiliser la ruse pour arriver à ses fins. L’humour n’est jamais loin entre comique de situation, de geste ou de langage.

Cette bande dessinée jeunesse est donc une belle surprise. Je n’y trouve aucun défaut. Elle ravira les plus jeunes comme les moins jeunes. J’espère que le second tome ne tardera pas à sortir car je suis curieuse de retrouver toute cette panoplie de personnages et cet univers.

Lu dans le cadre de la masse critique de Babelio.

massecritique           rue-de-sevres-logo

Vous aimerez aussi découvrir :

  • 1,2,3… On est tous des cats de Caroline Stutson, illustré par Jon Klassen
  • Elinor Jones, Tome 1 : Le Bal d’hiver de Algésiras et Aurore 
  • Lotte, fille pirate de Sandrine Bonini et Audrey Spiry

Fanny

Les Crèvecoeur, Tome 1 : Édith de Antonia Medeiros

imagesRésumé de l’éditeur : Germain Crèvecoeur, l’un des plus grands créateurs de chaussures pour femmes du XXe siècle, vient d’être retrouvé pendu. L’artiste adulé, mais pourtant tristement solitaire, lègue tous ses biens à son fils caché, Raphaël. Ces richesses comprennent une maison étrange aux murs couverts de souliers féminins et des lettres dans lesquelles le défunt dévoile le roman de sa vie ainsi que ses plus terribles secrets… Tout commence en 1915, avec Édith, femme magnifique et forte, mariée malgré elle à Romain et secrètement amoureuse d’Hektor. Le premier est un cordonnier fétichiste et dangereux, le second un soldat allemand de la Grande Guerre, ennemi de la patrie. Mais l’amour, apatride, se joue des frontières comme des convenances.

Les copinautes Une tasse de culture et Une valise remplie d’histoire m’ont donné très envie de découvrir cette saga familiale après leurs très jolies chroniques respectives. Lorsque nous commençons à lire cette histoire, c’est pour réaliser un vrai voyage dans le temps et dans une famille au destin pour le moins particulier. Le secret de famille est un thème récurrent en littérature. Cependant, Antonia Medeiros a su insérer de l’originalité à l’ensemble notamment par le contexte de la création de chaussures, les décors (la maison tapissée de chaussures est superbement décrite). Elle nous propose un vrai univers et ne tombe jamais dans le pathos même lors des passages parfois difficiles où les personnages sont malmenés.

A la lecture, on sent parfois l’hésitation ou la maladresse du premier roman mais rien de bien méchant puisque dans l’ensemble ce premier opus se lit facilement. Il est assez court (moins de 200 pages). L’auteur possède un talent de synthèse et de précision qui lui permet de dérouler son histoire assez brièvement sans entraver la compréhension. Aucun manque de détail ne se fait d’ailleurs ressentir. On aime se prendre d’affection pour certains protagonistes ou encore pester contre d’autres. A la fin l’histoire est complétement laissée en suspens pour mieux nous donner envie de connaitre la suite. La famille Crèvecoeur n’a pas encore fini de nous révéler tous ses secrets.

C’est une belle surprise que le premier opus de cette saga des Crèvecoeur. J’ai découvert un vrai univers et un auteur avec du talent. J’espère qu’Antonia Medeiros affirmera davantage son style et son écriture dans le second tome qui attend déjà dans ma pile à lire.

Lu dans le cadre du challenge Première guerre mondiale de Claire.

3257094219

XmXZTf20Fanny