Le roi disait que j’étais diable de Clara Dupont-Monod / Rentrée littéraire 2014

9782246853855-XRésumé de l’éditeur : Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…
Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII. Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible. Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

Ce roman nous donne à lire tour à tour le point de vue d’Aliénor d’Aquitaine et celui de Louis VII. Le but de l’auteure n’est clairement pas de retranscrire la réalité mais bien de nous apporter une interprétation très personnelle de ce qu’ont pu être les sentiments des deux protagonistes l’un envers l’autre. Le thème du couple est prédominent. Il s’agit d’une vision clairement moderne dans un contexte où les mariages sont arrangés et où il faut faire avec des affinités souvent absentes. En effet, ici deux personnalités se font face et semblent avoir du mal à se comprendre.

Les pensées des personnages sont profondes et bien amenées. A aucun moment je n’ai ressenti d’invraisemblance ou une impression d’en faire trop. Clara Dupont-Monod écrit avec douceur, pudeur et retenu. C’est surement ce qui rend ce livre encore un peu plus crédible. C’est une façon originale de nous faire renouer avec une période historique souvent méconnue mais pourtant foisonnante d’évènements. En effet, l’auteure a su insérer les faits historiques avec habileté. Elle s’en sort d’ailleurs très bien car j’ai eu la sensation d’avoir appris pas mal de choses.

Voici donc un roman original qui met en scène des personnages historiques tout en apportant une interprétation toute personnelle voire moderne de la part de l’auteure. Cette dernière ne nous expose qu’une partie de l’histoire d’Aliénor. La brièveté de ce récit me fait penser qu’une suite sur le même mode me plairait beaucoup. Je vous conseille donc ce livre rien que pour la découverte.

Lu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2014 de Priceminister.

blog_logorentreelitteraire2014_03

Fanny

Publicités

Mary Anne de Daphné du Maurier

51SWZ9YVTVLRésumé de l’éditeur : Nous sommes à Londres, dans les dernières années du XVIIIe siècle, et nous assistons à l’ascension d’une gamine partie quasi du ruisseau mais que son intelligence et sa volonté vont porter au premier rang : jusqu’entre les bras du duc d’York, fils du roi et chef des armées britanniques en lutte contre Napoléon. Trahie, elle défraiera la chronique à la faveur d’un procès mettant en cause son amant, sera traînée dans la boue par les bien-pensants, se battra la rage au coeur pour faire reconnaître ses droits. Daphné Du Maurier n’est jamais mieux inspirée que lorsqu’elle traite de sujets qui la touchent de près. De Mary Anne Clarke, qui fut sa trisaïeule, les dictionnaires nous apprennent qu’elle fut l’une des grandes courtisanes de son temps – et qu’elle incarne aujourd’hui encore, aux yeux des lecteurs du monde entier, l’une des formes les plus pathétiques de la révolte féminine.

Avec Coquelicote du blog Sans grand intérêt, nous organisons régulièrement une lecture commune autour d’un des romans de Daphné du Maurier. Nous avons toutes les deux une admiration particulière pour cette auteure. Ce point commun est donc l’occasion de découvrir toute l’œuvre de cette femme de lettres anglaise. Cette fois, nous avons découvert Mary Anne. Ce roman écrit en 1955 tient en fait de la biographie romancée. Daphné du Maurier nous dépeint l’incroyable destin d’une de ces aïeules. J’ai particulièrement apprécié la précision et le soin qu’apporte l’auteure à son écriture et à la mise en place de son roman. C’est toujours très bien pensé et maitrisé. Daphné du Maurier est douée pour prendre son lecteur par la main et l’emporter dans l’univers qu’elle a voulu créé.

Cependant, ce roman ne sera surement pas mon favori de l’auteure à cause de son héroïne qui m’a paru assez froide et calculatrice. Elle n’a pas suffisamment d’état d’âme pour moi. En réalité, ce que j’aime dans les romans de Daphné du Maurier, ce sont ses personnages torturés, sensibles ou au contraire très durs et aux multiples questionnements. Je n’ai malheureusement pas retrouvé ces caractéristiques dans cet œuvre-ci. De plus certains passages m’ont paru long et fastidieux à lire, notamment les nombreuses parties consacrées aux tractations pour obtenir des charges militaires ainsi que toute la partie d’un procès qui n’en finit jamais. Par contre j’ai apprécié l’ouverture du roman qui annonce la suite des évènements. Il en va de même pour la fin.

Ce roman ambitieux me laissera une bonne impression malgré quelques défauts. En effet, j’ai tout aimé sauf quelques longueurs et les personnages trop insensibles auxquels Daphné du Maurier ne nous a pas habitués. J’ai Ma cousine Rachel dans ma PAL, j’espère avoir l’occasion de le lire prochainement.

Lu dans le cadre de la lecture commune avec Coquelicote.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle.

     nouveau


Fanny

Aujourd’hui c’est mon premier anniversaire!

tumblr_lnmfvlQqON1qhcv4f

Très chers lecteurs,

Aujourd’hui c’est mon anniversaire. Le 22 décembre 2013, ma propriétaire, Fanny, me fait naitre grâce à ses multiples lectures plus ou moins heureuses et à ses nombreux avis. Elle s’acharne presque chaque jour à vous proposer des articles les plus intéressants possibles. C’est grâce à vous derrière vos écrans et à vos marques de sympathies à travers vos commentaires qu’elle garde confiance et continue cette belle aventure qu’est le blogging littéraire. Tous les deux, nous n’avons qu’une seule chose à vous dire :

MERCI!

Trêve de sérieux, maintenant on sort le champagne, le dernier tube à la mode et on fête comme il se doit ce bel anniversaire. Longue vie au Manoir aux livres!

tumblr_llbi4zQE4p1qcnhhzo1_500

Fanny et Dans le manoir aux livres

 

Le tag de Noël

logotagnoelTag préparé par Syl, Chicky Poo, Samarian et Petit Spéculoos

En cette période de l’Avent, je souhaitais faire un petit billet dans l’ambiance des fêtes de fin d’année qui arrivent à grand pas. J’aime cette époque de partage, de préparation, de retrouvailles, de vacances et de lectures bien au chaud.

1. Tes couleurs de Noël cette année ?
Cette année sera assez classique : vert, rouge, blanc, doré.

2. Pour tes cadeaux… tu fais tout à l’avance ou tu attends le dernier moment ?
Je commence l’acquisition des cadeaux dès fin novembre. Je n’aime ni faire les magasins, ni la foule et encore moins les bousculades. S’y prendre à l’avance permet d’éviter tous ces désagréments et je trouve tout ce qu’il me faut sans peur de rupture de stock.

3. Tu fêtes cette année Noël à la maison, ou Noël ailleurs ?
Cette année, ce sera chez mes parents avec mon frère. Direction ma région natale pour passer de bons moments en famille.

4. Tu ouvres les cadeaux le 24 ou le 25 ?
Lorsque j’étais petite, c’était toujours le 25 au réveil. Maintenant que mon frère et moi sommes adultes, nous ouvrons les cadeaux le 24 au soir au fil du repas.

5. Tu préfères la veille de Noël ou le jour de Noël ?
J’aime les deux car l’ambiance y est différente pour moi. La veille est réservée à la famille restreinte (parents, enfants) tandis que le jour de Noël est destiné à d’autres membres. La première est plus intime tandis que l’autre signifie retrouvailles.

tumblr_mfa6qqCTjT1qzydh2o1_500

6. Le Gros Bonhomme Rouge, tu y as cru jusqu’à quel âge ? Et comment as-tu appris l’horrible nouvelle ?
Je ne saurais pas le dire exactement. Je me rappelle que l’annonce m’avait surprise sur le coup mais sans plus. Je suis restée une grande enfant et la magie de Noël est toujours présente si ce n’est davantage.

7. Quel est le pire cadeau que tu aies reçu ?
Je n’ai jamais été déçue par un cadeau de Noël. Comme Syl, je crois que je détesterais avoir un électroménager du style fer à repasser ou autre joyeuseté.

8. Quel est ton film de Noël préféré ?
Je n’en ai pas de particulier, j’aime les films bien doudous pour l’occasion comme Love actually, Harry Potter, la série Friends ou encore Les quatre filles du Dr March.

9. Emballer les cadeaux pour toi c’est vite fait ou tu y mets beaucoup de soin ?
Je tiens absolument à emballer mes cadeaux moi-même mais je crois que je ne suis pas très douée. Après tout, c’est le geste qui compte…!

10. Une tenue de fête ou bien pas spécialement ?
Plutôt oui, j’aime enfilé une jolie robe et me maquiller un petit peu pour l’occasion.

J’espère que ces réponses vous auront plu. Je vous souhaite d’ores et déjà à tous, mes très chers lecteurs, de très belles fêtes de fin d’année! reindeer

45728-Its-Christmas-Time

Fanny

Chez les heureux du monde d’Edith Wharton

20141217_110452Résumé : Orpheline ruinée, Lily Bart cherche à faire un riche mariage, bien qu’elle aime un avocat, Lawrence Selden. Trop honnête pour se vendre, mais d’allure trop libre pour garder sa réputation intacte, elle se voit fermer les portes de la haute société… Avec un art digne de son maître Henry James, Edith Wharton peint la haute société new-yorkaise, son éclat et sa richesse, mais aussi sa profonde corruption.

C’est d’abord Eliza, du blog Passion Lectures & co, qui m’a donné envie de lire ce livre. Ses avis élogieux à propos des romans d’Edith Wharton puis une lecture commune organisée sur le forum Whoopsy Daisy m’ont convaincu de me lancer. J’ai très bien fait car j’ai passé un excellent moment de lecture qui m’a fait ressentir plein de sentiments différents. En effet, l’héroïne, Lily Bart, est un personnage qui évolue selon ses déconvenues ou ses succès. Notre regard sur elle change à fur et à mesure de ces évènements. J’ai tantôt eu de l’empathie pour elle et tantôt de l’agacement car je n’ai pas toujours été d’accord avec ses choix. Lily prend beaucoup de risques le plus souvent inconsidérés. Les personnages secondaires sont très présents, bien décrits et prennent une part importante dans l’histoire. J’ai su apprécié Selden qui apparait dès le début du roman.

Edith Wharton possède une plume d’une finesse incroyable. Son écriture est expressive et détaillée. Le lecteur a l’impression de faire partie de chaque scène! On s’y croit totalement. La mise en place de son récit n’est pas en reste puisque dès la scène d’ouverture l’auteure nous plonge dans l’ambiance du New-York du début du XXe siècle. L’histoire débute dans une gare. C’est déjà tout un symbole qui augure des choix et des chemins futurs à prendre. L’auteure nous dépeint la haute classe new-yorkaise sans concession avec toute la malveillance et la manipulation de certains de ses membres. Les classes laborieuses nous sont aussi décrites. L’ensemble est donc passionnant. La fin nous ouvre les yeux sur beaucoup de points. Elle est menée d’une main de maitre et m’a ému et marqué.

Comme vous l’aurez compris, j’ai été conquise par ce premier roman que j’ai lu d’Edith Wharton. Cette dernière a su m’entrainer dans le New-York du début du XXe sicèle et me tenir en haleine quant à l’histoire de Lily. Le destin de cette dernière me marquera c’est certain. Je pense voir l’adaptation cinématographique avec Gillian Anderson dans les jours à venir.

Fanny

The book blogger test

Je vous retrouve avec un billet un peu spécial puisqu’il s’agit d’un tag que j’ai pas mal croisé sur les blogs. Cela fait un petit moment que j’en avais pas fait. Pourtant j’aime beaucoup répondre à ces petites questions!

Le top 3 des choses qui t’exaspèrent le plus dans un livre ?

1. Les coquilles à répétition. Quelques unes ne sont pas dérangeantes pour moi mais lorsque cela devient trop flagrant c’est assez irritant.

2. Les triangles amoureux et les romances improbables. Plus le temps passe et plus je deviens hermétique  et insensible à ce genre d’histoire.

3. Les histoires qui possèdent un potentiel fou sous exploité. C’est tellement frustrant et rageant!

Décris l’endroit parfait pour lire

Je n’ai pas franchement d’endroit favoris si ce n’est dans mon canapé ou dans mon lit. Si j’avais un jardin (un jour peut-être), je dirais l’été au soleil sur un transat.

Trois confessions livresques ?

1. Je suis hyper maniaque avec mes livres. En librairie, lorsque mon choix s’arrête sur un titre je vais jusqu’à démonter la pile (en la remettant en place ensuite bien sûr) pour trouver l’exemplaire le plus impeccable possible.

2. J’essaye toujours de convertir mon entourage à ma passion avec plus ou moins de succès mais je ne m’avoue pas vaincu. Je vais d’ailleurs offrir quelques livres pour Noël.

3.  Je n’aime pas emprunter des livres en bibliothèque ou médiathèque. J’ai plaisir à les posséder.

La dernière fois que tu as pleuré en lisant ?

Je crois que je n’ai jamais versé une seule larme en lisant. Soit j’ai le cœur complétement sec, soit je n’ai jamais lu un livre m’ayant transporté à ce point. Par contre, j’ai la larme facile devant un film.

Combien de livres sur ta table de chevet ?

En ce moment j’ai deux lectures. Il s’agit de Mary Anne de Daphné du Maurier et le tome 2 du manga Fruits Basket de Natsuki Takaya. J’allie souvent une lecture principale et une lecture plus légère, type manga ou BD, que je sors généralement le soir.

Ton en-cas favori pendant que tu lis ?

Mes Oreo! J’ai un faible pour tout ce qui est sucré. Donc je vais facilement vers les gâteaux, les bonbons et les fruits. Pour ce qui est des boissons : l’hiver un thé au caramel et l’été un jus de fruit bien frais.

Trois livres que tu recommanderai à tout le monde

1. Le château de Cassandra de Dodie Smith (je ne cesserais jamais de le conseiller!).

2. Rebecca de Daphné du Maurier.

3. Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows.

Une image de ton étagère préférée dans ta bibliothèque ?

La voici! En fait il s’agit de l’étagère où je range tous mes romans écrit au XIXe siècle ou portant sur cette époque. Il en manque quelques uns car il devient urgent que je réorganise mes bibliothèques. J’ai ajouté quelques auteurs que j’apprécie beaucoup comme Daphné du Maurier ou Dodie Smith.

IMG_1353

Que signifient les livres pour toi en trois mots ?

1. Accès à la culture

2. Échappatoire

3. Partage

N’hésitez pas si vous souhaitez reprendre ces petites questions!

Fanny

Southampton Row de Anne Perry

896631841Résumé de l’éditeur : Fraîchement réintégré à son poste de Bow Street et félicité par la reine Victoria en personne pour sa précédente affaire, le commissaire Thomas Pitt n’a guère le temps de se réjouir. Le voilà de nouveau congédié et sommé de rejoindre la très obscure Special Branch. Son ennemi le plus acharné, le machiavélique Voisey, est de retour à la tête du « Cercle intérieur », la société secrète la plus puissante et la plus mystérieuse de l’Empire britannique ! À l’approche des élections parlementaires, Thomas Pitt doit à tout prix découvrir les intentions du sinistre personnage afin de mieux déjouer ses plans. Plongé bien malgré lui au coeur des arcanes du pouvoir, alors que l’étau se resserre, Pitt n’a que quelques jours pour empêcher le royaume tout entier de sombrer dans le chaos.

Comme chaque mois me voici de retour avec la chronique d’un Anne Perry. Il s’agit du 22e tome des aventures de Thomas Pitt. Même si cet opus est un brin en dessous du précèdent (La Conspiration de Whitechapel), il n’en reste pas moins intéressant. En effet, l’intrigue n’est pas nouvelle et reprend la base de la précédente. Pitt se retrouve une fois de plus déchargé de sa fonction de commissaire et doit affronter seul ou presque le cercle intérieur ainsi qu’une grande personnalité de la vie politique en la personne de Charles Voisey. Malgré ce manque de nouveauté, j’ai su apprécié le contexte des élections à la chambre des Lords où les esprits s’échauffent et où tous les coups-bas semblent permis.

Enfin, et c’est peu dire, nous retrouvons Emily. Mais malheureusement ce sont Gracie, Charlotte, Jemima et Daniel qui en pâtissent et se retrouvent complétement en dehors de l’intrigue. Nous les rencontrons tout de même lors de quelques passages bien angoissants pour eux. L’ecclésiastique Wray est un personnage qui m’a plu mais son sort m’a vraiment attristé. Il est dommage que l’auteure n’ait pas mis donné plus de détails à propos de la medium. J’aurais adoré en découvrir plus à son propos et sur cette pratique à cette époque.

Un tome qui m’a un tout petit peu moins convaincu que le précédent à cause notamment de la redondance de l’intrigue. J’espère qu’Anne Perry saura faire prendre un nouvelle essort à sa série ainsi que nous surprendre dans les prochaines enquêtes. Vivement la fin décembre afin qu’on puisse se plonger dans Seven Dials.

Lu dans le cadre d’une lecture commune avec Claire, Bianca, Sybille, Soie, Belette et Céline.

Lu dans le cadre du challenge XIXe siècle, du challenge Quelques heures avec Anne Perry, et du challenge British Mysteries.

      2168108069

Fanny