Darcy dans l’âme d’Elizabeth Aston

darcy-dans-l--me-3788853-250-400

 Résumé de l’éditeur : Après avoir été désavouée par sa famille, Cassandra Darcy lutte pour vivre de sa peinture à Londres. Pourtant, se faire un nom devient rapidement le cadet de ses soucis, car elle se retrouve en possession de lettres compromettantes pour l’épouse du prince régent. Ce dernier, prêt à tout pour récupérer ces missives, requiert les services du cousin de Cassandra, Horatio Darcy. Lorsque les recherches de Horatio le mènent tout droit à Cassandra, il désapprouve son style de vie puis, peu à peu, en apprécie les charmes… Mais, cette idylle naissante se heurte aux préjugés et à un certain lord Usborne, qui désire obtenir les faveurs de la jeune femme.

Nous suivons les aventures de Cassandra Darcy, fille d’Anne de Bourgh et de Thadeus Darcy. Malgré le peu d’originalité de l’intrigue, l’héroïne est très attachante et nous arrivons à suivre ses pérégrinations avec plaisir. Il y a énormément de personnages secondaires. Ils ne font souvent que passer et ne sont, de ce fait, pas très attachants. Par contre, on sent vraiment que l’auteure prend beaucoup de plaisir et s’amuse à faire apparaitre les personnages qu’elle a créé dans ses précédents romans comme Les aventures de Miss Alethea Darcy ou en encore Les filles de Mr Darcy. Je ne les ai pas lu et parfois ceci m’a porté préjudice car je me perdais rapidement dans les personnages. Le style est fluide. La plume de l’auteure est agréable et ressemble beaucoup à celle de Georgette Heyer. Ce roman a la qualité de se lire très rapidement.

Reprendre le nom de Darcy est plus un prétexte qu’autre chose. L’auteure nous ressasse le caractère hautain et orgueilleux que tous les membres de cette famille semblent avoir à plusieurs reprises. C’est assez lassant et n’apporte pas vraiment de nouveauté. Il aurait peut-être mieux valu choisir des personnage indépendants du célèbre roman Orgueil et Préjugés de Jane Austen.

Il s’agit donc d’un bon moment de détente même s’il ne faut surtout pas le lire en pensant retrouver du Jane Austen. Il faut prendre ce roman pour ce qu’il est : un hommage et la preuve d’une admiration de l’auteure pour Jane Austen. Merci aux éditions Milady pour l’envoi de ce roman.

Fanny

Publicités

Les menteuses, Tome 1 : Confidences de Sara Shepard

    

Je regarde la série Pretty Little Liars avec assiduité alors il fallait bien que je découvre la série de romans dont elle est issue. J’ai choisi de me procurer l’Intégrale n°1 (vignette de gauche) qui comprend les 4 premiers tomes de la saga. Ce livre fait plus de 850 pages alors pour se donner un peu plus de motivation, je le lis en lecture commune avec Jess du blog Les Lectures de Jess Swann. Nous lisons un tome toutes les trois semaines.

 Résumé de l’éditeur : À Rosewood, tout le monde a quelque chose à cacher.
Surtout cinq jolies petites menteuses…

Alison, Hanna, Emily, Spencer et Aria ont juré de ne plus jamais parler d’une petite vengeance qui a viré au cauchemar.
Lorsque Alison disparaît du jour au lendemain, les quatre copines croient leurs inavouables secrets ensevelis à jamais. Mais trois ans plus tard, un mystérieux «A» les menace de divulguer leurs mensonges. Les jeunes filles pensent d’abord au retour d’Alison qui leur fait une blague. La réalité est bien plus inquiétante…

Chronique

Nous suivons quatre adolescentes, Hanna, Emily, Spencer et Aria dans la tourmente d’un mystérieux corbeau. Au début du roman, ces jeunes filles ne se parlent plus depuis la mort de leur amie Alison. Mais à la fin de ce tome elles ne feront finalement plus qu’un. Elles ont chacune un caractère bien différent et sont attachantes toutes à leur façon. Pour l’instant ma favorite est la même que dans la série : Spencer. Il s’agit du cerveau de la bande d’amie mais qui sait aussi faire preuve de sensibilité.

Les chapitres sont assez courts. Ceci facilite vraiment la lecture. Le rythme ne s’interrompt pas et de plus en plus de questions se posent. Le suspens est vraiment présent. Le style de l’auteure est fluide et sans fioriture. Elle va généralement droit au but. Les pages se tournent très facilement.

J’ai apprécié le fait qu’à la fin de ce tome la parole soit donné à -A qui est le méchant de l’histoire. C’est une idée intéressante mais peut-être pas assez travaillée car elle ne représente que deux pages.

Ce premier tome est à mon avis une réussite. Il s’agit d’un roman somme toute très jeunesse. Il ne faut pas s’attendre à de la grande littérature. Mais j’espère vraiment que les autres tomes seront à la hauteur de celui-ci.

L’avis de Jess qui le lit en VO :

Si vous souhaitez nous rejoindre pour les autres tomes n’hésitez pas à vous inscrire ici ou sur la page facebook :

Fanny

Avant toi de Jojo Moyes

Avant toi de Jojo Moyes

Résumé de l’éditeur: Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone à souhait. Quand elle se retrouve au chômage, dans ce trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie, Lou accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Attention : roman coup de cœur!

 Ayant connu un cas de paraplégie dans ma famille, je connais assez bien les répercussions médicales et psychologiques de ces accidents. J’attendai donc au tournant ce roman d’un point de vue technique et je n’ai pas été déçue. J’ai donc trouvé ce roman très réaliste. L’auteure ne nous cache pas les moments difficiles et réguliers d’hospitalisations, de mal-être par exemple ou encore les problèmes médicaux au quotidien (escarres, infections, etc…). Tout ceci est décrit avec beaucoup de pudeur mais l’auteure ne nous épargne rien et c’est ce qui est aussi très intéressant : en apprendre sur ce type de handicap.

J’ai trouvé plutôt intelligent le fait que Jojo Moyes passe par l’humour et des situations marrantes pour évoquer ce thème assez difficile. Ce roman n’est en aucun cas larmoyant au contraire. Il y a régulièrement des passages difficiles mais l’auteure est très adroite pour ne pas nous plomber le moral.

 Par contre, la façon dont Will a été accidenté m’a un peu déçu. Ceci nous est exposé dès le début et je me suis dit que ça commençait très mal. Etant une passagère motarde assidue, je me suis dit : « Aller, encore un cliché ! Les méchants motards qui roulent comme des nazes sont de retour ! » Finalement l’auteure n’y est pas trop revenu donc la pilule est plutôt bien passée finalement. Je crois que c’est le seul point négatif que je trouve à ce roman. Et encore, il s’agit d’une conviction personnelle.

Les personnages sont si attachants. J’ai rarement ressenti ce manque lorsque je pose un livre. Ce sont des personnages qui vous suivent où que vous soyez. C’est magique ! La fin est superbe et m’a même fait verser la petite larmichette. C’est la première fois que ça m’arrive devant un livre…

 Il s’agit d’un magnifique roman rempli d’espoir, de sensibilité et d’humour. Il contient aussi une bonne dose d’émotions. Des comme ça on aimerait en lire plus souvent.

Je remercie infiniment les éditions Milady pour l’envoi de ce roman. Une magnifique découverte!

Fanny

Tag du printemps

Claude Monet – Le printemps, 1886

Je reprends ce tag de 11 questions grâce à Claire et Bianca. Merci à vous les « copinautes »!

1/Quel est votre dernier livre coup de coeur?

Delirium, Tome 1 de Lauren Oliver. Les personnages sont très attachants et m’ont touché. L’histoire est rondement menée. Lauren Oliver a une très belle plume et notamment en ce qui concerne la description des sentiments toujours très juste.

2/Et le dernier qui est tombé de vos mains?

Actuellement je lis Darcy dans l’âme d’Elizabeth Aston. Je n’en suis qu’au tout début mais je pense vous en parler tout bientôt. Cassandra, l’héroïne, me plait bien pour l’instant.

3/Quel est votre personnage de fiction incontournable?

Je ne vais pas forcément être très original en disant Hermione Granger. Les livres et les films Harry Potter m’ont marqué. Hermione est pour moi un personnage très intéressant et sensible.

4/Que vous évoquent les contes de Canterbury? Ceux qui l’ont lu ont-ils souffert?

Rien de rien… Ahah! Pour éviter de rester inculte très longtemps je vais aller me renseigner.

5/Salé ou sucré?

Sucré sans aucun doute. Comme je le disais dans un autre tag, lorsque je vais au restaurant je regarde toujours les desserts proposés en premier. J’aime aussi beaucoup pâtisser  à la maison pour mon entourage.

6/Biscuits ou bonbons?

Bonbons : vive les dragibus et autre nounours à la guimauve!

7/Ovin ou caprin?

Aucun des deux puisque je ne mange jamais de fromages. C’est une question de goût, je n’aime vraiment pas ça. Il n’y a que le fromage à raclette que j’apprécie.

8/Où étiez-vous le 13 mars à 20h13?

Il me semble que j’étais devant mon ordinateur et j’allais surement me préparer pour diner.

9/Y’a t-il de la vie sur Mars?

Sur Mars je ne sais pas. Mais j’aime plutôt l’idée qu’une vie dans une autre galaxie existe.

10/Connaissez-vous la réponse à la grande question de la vie, de l’univers ou du reste?

Je ne suis pas en mesure de répondre à cette question. Je pense que personne ne l’est. Un peu de mystère ne fait pas de mal!

11/Si vous étiez un super-héros ou une super-héroïne, quel serait votre costume?

Je dirais le costume de Natasha Romanoff ou Black Widow. Scarlett Johansson joue ce personnage dans Avangers et elle décoiffe!

Ma chanson du moment : Skyfall d’Adèle.

Ceux et celles qui souhaitent le reprendre n’hésitez pas!

Fanny

Le Journal du Colonel Brandon d’Amanda Grange

71EojPZBHjL

Deuxième journal d’un héros austenien publié en France par Milady, ce roman nous offre les pensées et les états d’âme du Colonel Brandon de Raison et Sentiments. Merci à Jane Austen is my Wonderland chez qui je l’ai remporté.

On découvre ce personnage de nombreuses années avant l’action de Raison et sentiments et de sa rencontre avec la passionnée Marianne. Il s’agit d’un homme ayant subi de nombreux revers dans son passé et ayant donc une grande expérience. Je n’en dirais pas plus pour ne pas vous spoiler car j’ai entendu dire que dans le roman original de Jane Austen, que je n’ai pas lu mais que je connais via les adaptations de 1995 et de 2008, très peu de choses nous étaient dévoilées sur son compte.

Je suis tout de même restée sur ma faim. Je m’attendais à un homme possédant plus de caractère. A mon sens, il subit plus qu’il ne combat. La fatalité semble souvent l’emporter. Je dois vous dire que par moment sa sensibilité m’a quand même et sincèrement touché. Il sait faire preuve de beaucoup de patience et d’abstraction de ses propres sentiments pour le bonheur de l’être aimé. Mais après avoir lu Le Journal de Mr Darcy, j’avoue n’avoir pas été plus surprise que ça.

Le style d’Amanda Grange est toujours aussi fluide quoiqu’un peu moderne pour l’époque qu’elle nous décrit. Les presque 400 pages se dévorent à une vitesse folle. La mise en page sous forme de journal est toujours aussi agréable d’autant plus que l’action s’étend sur vingt années. Une bonne lecture détente dans l’ensemble même si je m’imaginais un Colonel Brandon un peu plus combatif. Maintenant vivement Le Journal de Mr Knightley. J’aime beaucoup ce personnage alors je suis curieuse d’en connaitre un peu plus.

Voici l’avis d’une copinaute du blog Les lectures de Mauricette avec qui je devais lire ce livre :

Fanny

Retour à Cedar Cove, Tome 1 : La maison d’hôtes de Debbie Macomber

La_Maison_d_Hotes_large

Voici un livre que j’ai beaucoup aimé. Il s’agit d’un très bon moment de lecture accompagné de personnages attachants. C’est le premier roman d’une série de six livres qui a comme titre Retour à Cedar Cove.

Jo Marie perd tragiquement son mari après seulement quelques mois de mariage. Elle cherche à se reconstruire et à sortir du deuil qui l’afflige au quotidien. Une idée lui vient à l’esprit : et si elle quittait tout pour se lancer dans l’aventure de devenir propriétaire d’une maison d’hôtes ? C’est dans ce contexte qu’elle va faire la connaissance de visiteurs eux aussi torturés par de gros problèmes personnels et existentiels. Jo Marie se rend ainsi vite compte qu’elle n’est pas la seule souffrant de maux intérieurs. La maison d’hôtes semble devenir un véritable havre de paix.

Les personnages malmenés par la vie sont très attachants et humains que ce soit Jo Marie, Josh, Abby ou encore Mark. Ils ont chacun leur histoire assez tragique mais au final se ressemblent beaucoup. Leur retour à Cedar Cove est largement bénéfique et leur permet de faire le point. Les émotions et les pensées des personnages sont décrit avec beaucoup de sensibilité. C’est une des grandes forces de ce roman. Le fait que le livre débute directement par l’acquisition de la Maison d’hôtes est un bon point pour ma part. On entre vite dans le vif du sujet. Ceci favorise nettement la remontée du passé et des souvenirs de Jo Marie.

Le seul bémol réside en quelques longueurs dans les prises de décisions des personnages même si ça ne m’a pas réellement dérangé. Par contre, dès qu’ils prennent leur courage à deux mains c’est un plaisir de les suivre.

La fin m’a plutôt laissé sur ma faim mais c’est le but d’une série de romans, non ? Dommage qu’il faille attendre 1 an pour connaître la suite des aventures de Jo Marie, Josh et des nouveaux arrivants de la maison d’hôtes. En bref, il s’agit d’une très belle entrée en matière. Ce livre fait partie de ces romans qui vous donnent du baume au cœur et vous redonne espoir. Même si des événements tragiques viennent bouleverser notre quotidien, il faut savoir remonter à la surface et se raccrocher à des bonheurs simples.

Merci encore aux éditions Charleston pour cette belle découverte. C’est toujours un plaisir de retrouver vos romans forts en messages.

Fanny

Une jeunesse au temps de la Shoah de Simone Veil

J’ai lu ce livre il y a environ un an et demi. Je souhaitais tout de même vous en parlez car comme certains le savent déjà je vais mettre en place une rubrique de lecture avec comme thème la seconde guerre mondiale, période qui m’intéresse beaucoup. Je voulais également en rédiger une chronique car ce petit livre m’a marqué et il me tenait à cœur de partager mon ressenti avec vous. Comme vous l’aurez compris je vais vous parler d’une femme au destin particuliers : Simone Veil.

En 1944, elle est arrêtée à Nice par des SS.  Le reste de sa famille subira le même sort et sera finalement répartie entre plusieurs camps. Malheureusement sa mère (décédée du typhus), son père et son frère Jean n’en reviendront jamais… Simone Veil est d’abord déportée à Ravensbrück, puis à Drancy et enfin à Auschwitz-Birkenau. Elle n’a alors que 17 ans. A son arrivée, un matricule lui est tatoué sur le bras. Elle va ensuite travailler à Bobrek (tout proche d’Auschwitz) pour le compte de l’industrie allemande. Elle nous parle de ce qu’elle a vécu avec beaucoup de détail mais toujours avec pudeur et recul. Le ton n’est jamais larmoyant. J’ai vraiment apprécié ce témoignage qui a beaucoup de force. On suit les rumeurs et le marché noire qui régissent les camps mais aussi les disparitions journalières de camarades de misère.

Au milieu du livre ont été insérées quelques photographies personnelles concernant Simone Veil et sa famille. Certaines sont plus générales et nous montrent la vie dans les camps. L’iconographie permet de se représenter les choses telles qu’elles étaient. Elles sont bien souvent sans équivoques. Parfois l’image est aussi voire plus explicite qu’un texte.

C’est une femme que j’admire, non pas pour son engagement politique même si elle a provoqué beaucoup d’avancées notamment en faveur des femmes, mais plutôt pour son humanité et son envie de transmettre son expérience.

Simone Veil devant l’entrée de l’ancien camp de concentration d’Auschwitz – Birkenau  Source : http://www.lexpress.fr/diaporama/diapo-photo/actualite/simone-veil-par-elle-meme_501275.html?p=26

Fanny

Dès l’aube d’Isabelle Florel

419Iq+i720L

1942, Madeleine est une jeune veuve qui vit en Indre-et-Loire. Elle est seule dans sa ferme lorsqu’elle découvre un homme dans la remise au fond du jardin qui cherche à rejoindre la ligne de démarcation afin de passer en zone libre. Forcés de passer du temps ensemble, ils vont très peu faire connaissance mais Madeleine va tout de même lui proposer de l’aider. Deux jours plus tard, ils devaient se retrouver au château de Chenonceau pour mettre en pratique leur plan. Mais lui n’arrive jamais…

Un lien se noue à jamais entre ces deux personnes même lorsqu’elles sont séparées. Madeleine va se lancer dans une véritable enquête afin de réunir le maximum d’informations sur cet inconnu dont elle ne connait au final que le prénom : Simon. Elle se raccroche au souvenir de sa main que se referme sur la sienne qui est l’unique geste d’affection qu’ils ont partagé. En ces temps troublés, on est près à se raccrocher à tous les espoirs. Les émotions sont bien souvent décuplées et à fleur de peau. Elle va suivre les traces qu’il a laissé derrière lui jusqu’à Paris où elle va rester quelques temps. Elle semble n’avoir rien à perdre et n’a plus aucune attache dans son village. Il s’agit presque d’une question de vie ou de mort. Mais son passé de femme battue reste douloureux et la hante.  Au final, elle va trouver des informations sur cet homme mais cette quête va surtout lui permettre de se connaitre elle-même et de retrouver la femme qu’elle est au fond. Il s’agit presque d’un roman initiatique.

On est également mis face à des évènements de la période d’occupation de la France durant la seconde guerre mondiale : arrestations, fusillades, rafles, collaboration, réquisition d’habitation, résistance… La musique jazz et classique a une grande place dans ce roman et notamment sous la forme de manipulation de l’occupant par la musique. Les musiciens juifs même les plus réputés ont subi la censure et ont été renvoyés de leur orchestre ou des conservatoires.  Il s’agit d’une période qui m’intéresse au plus haut point et pour laquelle je me suis préparée une petite wishlist. Alors, j’espère pouvoir vous parler prochainement de livres historiques ou de romans sur ce thème.

Il s’agit d’une nouvelle d’environ 160 pages. Le manque de détails a parfois gêné ma progression. Régulièrement, on passe d’un évènement à un autre avec l’impression qu’il manque un lien entre les deux. C’est vraiment dommage. Sinon dans l’ensemble le style de l’auteure est fluide. Il s’agit de son premier roman.

Fanny

Delirium, Livre 1 de Lauren Oliver

Attention cet article va être assez long. Cette lecture m’a énormément plu donc j’ai pas mal de choses à en dire.

Lena vit à Portland, ville côtière des États-Unis fermée par des murailles, des clôtures et des tours de guet. A l’extérieur c’est la Nature et l’inconnu. L’héroïne est une jeune fille comme une autre qui se prépare méticuleusement pour le Protocole qu’elle devra subir dans quelques mois. Il s’agit d’une opération du cerveau à laquelle chacun doit se soumettre à 18 ans afin d’être guéri à jamais de l’amor deliria nervosa, maladie mortelle provoquée par l’amour. Une fois devenu Invulnérable, chaque personne est appariée à une autre du sexe opposé en fonction de la classe sociale et des centres d’intérêt. Ils passeront le reste de leurs vies ensemble dans une monotonie assez ridicule et sans ressentir aucune émotion.

Au début du roman, Léna est persuadée que le Protocole lui apportera le bonheur jusqu’au moment où elle va commencer à enfreindre de petites règles. Mais elle tente sans cesse de refouler les sentiments qu’elle pourrait ressentir car la peur d’être contaminé ou de porter la maladie est toujours présente. Ensuite une prise de conscience s’opère. Elle ouvre enfin les yeux sur le monde qui l’entoure et sur la société dans laquelle elle vit. L’auteure a vraiment traité ce glissement avec brio. Elle a une superbe plume à la fois simple et recherché. Tout est magnifiquement exprimé. On a aucun mal à s’imaginer l’ambiance de méfiance qu’il doit régner dans cette ville. Chaque personne scrute et dévisage les autres à la recherche d’une faille. Aucun débordement émotionnel n’est permis sous peine d’être enfermé dans les Crytpes comme de vulgaires criminels.

Le seul petit bémol serait peut-être la lenteur du début qui a gêné certains lecteurs. Mais celle-ci a permis à Lauren Oliver de nous décrire l’environnement, les paysages, les sentiments avec beaucoup de justesse et des mots toujours bien trouvés. Au final c’était une assez bonne façon de nous plonger dans cet univers créé de toutes pièces. D’ailleurs, à chaque début de chapitre, l’auteure a inséré quelques citations du texte de loi qui régit Portland : le Livre des 3 S.

La romance m’a beaucoup plu. Je me suis tellement attachée à ce couple. Franchement, Léna et Alex sont mignons comme tout. Ce livre a largement satisfait mon coté fleur bleue. Il fait également réfléchir sur notre monde : manipulation du gouvernement, des lois à n’en plus finir, l’individualisme, société normalisée, rejet de la différence et j’en passe.

Je place ce livre au premier rang de toutes les dystopies que j’ai pu lire et comme mon premier vrai coup de cœur de l’année 2013. Vient juste après le premier tome d’Insaisissable de Tahereh Mafi. J’éspère pouvoir lire très très vite le tome 2 qui est déjà sorti il y a quelques temps.

Fanny

Charley Davidson, Tome 1 : Première tombe sur la droite de Darynda Jones

Charlotte Jean Davidson est détective privé mais pas que… Elle est aussi et surtout la Faucheuse. Cette jeune femme de 27 ans est née avec ce don. Elle a la possibilité de voir les morts. S’ils souhaitent passer « de l’autre côté », c’est à travers elle qu’ils doivent le faire. Nous suivons Charley dans une enquête trépidante pour comprendre l’assassinat de trois avocats. Mais en parallèle, un mystérieux phénomène la rend folle de désir et de plaisir chaque nuit. Elle va donc chercher, non sans mal, à découvrir ce qu’il en est.

Il me semble qu’il s’agit de mon premier roman de bit-lit et c’est une réussite! L’héroïne est impertinente, gaffeuse et très franche. Elle sait ce qu’elle veut. Mais par moment, l’auteure nous laisse entrevoir les faiblesses et les blessures de son personnage. Même si elle possède le pouvoir de voir les morts, elle n’en reste pas moins humaine. Les personnages secondaires vivants ou morts sont eux aussi hauts en couleur et possédant un caractère bien affirmé.

Ce roman est bourré de suspens et de mystère. Beaucoup de questions se posent au fil de la narration et surtout à la fin. Cette dernière nous présage  un tome 2 haut en révélation. Il s’agit d’un livre assez addictif et difficile à lâcher par l’envie de connaitre la suite. L’humour n’y est pas étranger. Je ne préfère pas compter les fois où j’ai souri ou carrément pouffer de rire. Le style est fluide et les pages se tournent toutes seules.

Pour finir, il s’agit d’une belle surprise pleine de fraicheur. On ne s’ennuie jamais une seconde en compagnie de Charley. Je continuerai avec certitude cette série.

Fanny