Rebelles honorables de Jessica Mitford

Résumé de l’éditeur : Jessica Mitford a décidé de l’écriture de ce livre à son retour dans la maison de sa mère en 1955, après vingt ans d’absence. « Sur les vitres des fenêtres, on pouvait voir encore les svastikas gravés dans le verre avec une bague en diamant, et pour chaque svastika, une faucille et un marteau soigneusement dessinés. Ma soeur Unity et moi les avions gravés quand nous étions enfants. » Cet étrange vestige de l’enfance donne accès à une réflexion sur les ravages concomitants produits par les familles, sur le mélange de rébellion et de sens de l’honneur qui a permis à Jessica Mitford de faire résonner dans le titre héréditaire d’honorable les tourments et les bonheurs de sa vocation d’écrivain. Émouvant et attachant, ce livre offre une réflexion ironique sur la passion « totalitaire » d’une famille aristocratique anglaise. Ce récit autobiographique de la plus rebelle d’entre les soeurs Mitford révèle une période cruciale du XXe siècle à travers leurs destins contrastés.

A force de vous partager mes lectures autour de la famille Mitford, j’espère ne pas vous agacer mais plutôt attiser votre curiosité. C’est pourquoi je vous présente aujourd’hui la passionnante autobiographie de Jessica Mitford. Cette dernière est la cinquième des six sœurs Mitford. Dotée d’un caractère bien trempé, d’une conscience politique qu’elle développe assez tôt et d’une grande humanité, Jessica va s’affranchir de son extraction sociale et ne pas hésiter à franchir les frontières afin de s’engager pour de grandes causes. Elle nous raconte son parcours avec humour, honnêteté, recul mais aussi une certaine pudeur. J’ai tout simplement adoré découvrir ce destin hors norme.

Jessica Mitford évoque son enfance cloitrée et son éducation aristocratique dans les diverses demeures occupées par ses parents. Vient ensuite le moment d’une émancipation assez brutale puisqu’elle va fuguer pour prendre part à la guerre d’Espagne en compagnie d’Esmond Romilly qu’elle va épouser ensuite. Le récit s’arrête à la mort de ce dernier au début de la Seconde Guerre mondiale. Jessica suggère beaucoup dans les dernières pages, ce qui les rendent d’autant plus déchirantes. J’aurais beaucoup aimé continuer le voyage en sa compagnie car je sais que sa vie ensuite fut foisonnante et pleine de combats aussi bien politiques que familiaux.

Jessica Mitford est une femme hautement inspirante, presque un modèle à suivre. Elle a fait preuve d’une véritable modernité en choisissant sa voie et en s’émancipant de sa famille. Son talent pour l’écriture permet une lecture passionnante, instructive et édifiante sur bien des points.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan
  • La poursuite de l’amour de Nancy Mitford
  • The Mitford murders de Jessica Fellowes

    Fanny

Publicités

The Mitford murders de Jessica Fellowes

Résumé de l’éditeur : Christmas 1919. When Florence Nightingale’s goddaughter is murdered on a train, maid Louisa Cannon and eldest Mitford sister Nancy find themselves entangled in the crimes of a killer who will do anything to hide their secret… / Noël 1919. Lorsque la filleule de Florence Nightingale est assassinée dans un train, Louisa Cannon, une domestique, et Nancy, l’ainée des sœurs Mitford, se retrouvent enchevêtrées dans les crimes d’un meurtrier  prêt à tout pour cacher ses secrets…

Depuis plusieurs semaines et ma lecture de l’excellente biographie Ces extravagantes sœurs Mitford de Annick Le Floc’hmoan, je nourris une véritable curiosité concernant cette famille. Après avoir découvert le roman phare de Nancy (La poursuite de l’amour) et l’autobiographie de Jessica (Rebelles honorables), je continue mon exploration avec ce roman se déroulant en partie dans la propriété des Mitford. L’intrigue met un peu de temps à se mettre en place. Jessica Fellowes prend comme point de départ un fait divers réel, celui de l’assassinat d’une infirmière dans un train le 12 janvier 1920. Tous les protagonistes nous sont présentés grâce à des chapitres propres à chacun. Dès les premières pages, nous sommes plongés juste après la Première Guerre mondiale au Royaume-Uni.

Une fois l’intrigue policière bien installée, Jessica Fellowes nous introduit dans la demeure type d’une famille aristocratique britannique à un détail près. En effet, les occupants d’Asthall Manor, c’est à dire les Mitford, sont un peu fantasques. Nous faisons plus particulièrement la connaissance de Nancy, l’ainée de la fratrie Mitford. Cette dernière n’hésite pas à prendre part à l’enquête policière en compagnie de Louisa, jeune domestique fraichement employée à Asthall. Les personnages sont attachants et intéressants à suivre. J’ai particulièrement aimé Guy Sullivan, membre de la police ferroviaire. Les traumatismes liés à la Première Guerre mondiale ont une place importante dans ce roman. Les anciens soldats sont détruits aussi bien physiquement que moralement.

J’ai beaucoup aimé ma lecture : aussi divertissante que prenante grâce à plusieurs points de vue, des personnages attachants, une enquête intéressante et une mise en avant des traumatismes de guerre. Le petit côté Charlotte et Thomas Pitt d’Anne Perry est très agréable! Pas de traduction française pour l’instant mais une autre enquête est déjà en cours de rédaction par Jessica Fellowes. Je suis impatiente de la découvrir!

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Dix petits nègres de Agatha Christie
  • La mort s’habille en crinoline de Jean-Christophe Duchon-Doris
  • Resurrection Row de Anne Perry

    Fanny

Lady Rose and Mrs Memmary de Ruby Ferguson

Résumé de l’éditeur : Lady Rose Targenet, later created the Countess of Lochlule, marries Sir Hector, owner of the estate next to ‘Keepsfield’, the palatial Scottish mansion where she lives. But one day she meets someone on a park bench in Edinburgh… ‘It’s a little book about dreams and the hard world of money and position and their relations to one another. It’s also a love story and a love letter – to Scotland’ (Candia McWilliam). // Lady Rose Targenet, plus tard Comtesse de Lochlule, se marie à Sir Hector, propriétaire du domaine proche de Keepsfield, le magnifique hôtel particulier écossais où elle vit. Mais un jour, elle rencontre quelqu’un sur le banc d’un parc d’Édimbourg… « C’est un petit livre sur les rêves et sur le monde difficile fait d’argent et de position et les relations de l’un à l’autre. C’est aussi une histoire d’amour et une lettre d’amour à l’Écosse » (Candia McWilliam).

L’une de mes résolutions pour 2018 est de lire davantage en anglais. Cette première lecture de l’année est tout à fait dans cet optique et j’en suis ravie. Pour vous situer un peu, Lady Rose and Mrs Memmary est édité chez Persephone Books. Il s’agit d’une maison d’édition mais aussi d’une librairie londonienne qui met en avant des femmes écrivains parfois oubliées du XIXe et du XXe siècle. Ce roman est une très belle lecture. J’ai particulièrement apprécié la plume simple, douce et pleine de sensibilité de Ruby Ferguson. Cette dernière nous introduit d’abord dans la superbe demeure écossaise de Keepsfield où nous avons droit à une véritable visite guidée de celle-ci. Se déroule ensuite, sous forme de flashbacks, l’histoire d’une jeune fille, Lady Rose, qui a vécu ici il y a plusieurs décennies.

Nous apprenons à connaitre Rose au fil des étapes de sa longue vie. Un lien fort entre le lecteur et elle se noue. Nous découvrons notamment son éducation dans le plus propre respect des convenances et de l’histoire de l’Écosse (le souvenir de Mary Stuart est d’ailleurs religieusement entretenu). Un destin tout tracé lui est fortement suggéré qu’elle va d’abord suivre. Le roman débute sur un ton mondain et badin pour se terminer dans l’émotion. Le grand attachement de nos deux héroïnes à l’Écosse mais aussi à leur demeure est vraiment palpable et impressionnant. J’ai assez vite deviner le dénouement de l’histoire mais je n’ai pas pour autant boudé mon plaisir. J’ai refermé ce livre avec un sentiment de nostalgie et d’avoir vécu un moment hors du temps.

Je suis passée tout proche du coup de cœur avec cette lecture. Je n’oublierais surement pas Lady Rose and Mrs Memmary de sitôt. Le parcours de Rose est touchant et représentatif d’une certaine époque. Ce roman n’a malheureusement pas bénéficié d’une traduction à ce jour et c’est bien dommage. Cependant, le niveau d’anglais est très abordable.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Avec vue sur l’Arno d’E. M. Forster
  • La poursuite de l’amour de Nancy Mitford
  • Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Fanny

La poursuite de l’amour de Nancy Mitford

Résumé de l’éditeur : Désireuses de conquérir leur destin, deux jeunes aristocrates anglaises aspirent à l’amour comme elles s’éprendraient d’un rêve. Tandis que l’une se précipite vers le mariage avec fougue, la seconde guette patiemment l’élu qui viendra bouleverser sa vie. Dans le trouble de l’avant-guerre débute alors un long apprentissage sinueux et passionné, à jamais universel.

Suite à mon excellente lecture de Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan, j’ai toute de suite voulu lire ce roman phare de Nancy Mitford. J’ai découvert un récit riche et plus profond qu’il n’y parait. Le contexte de la Guerre d’Espagne et de la Seconde Guerre mondiale (il est question de Dunkerque, de la capitulation de la France et de bombardements) est en toile de fond. Nous faisons la connaissance de Fanny (la narratrice) et Linda, deux jeunes filles de l’aristocratie britannique. Une naïveté forgée par leur éducation se dégage d’abord d’elles. Elles rêvent d’amour parfait et ne sont pas préparées à affronter la réalité. Elles vont apprendre à leur dépens qu’elle est souvent beaucoup plus compliquée. Éclairée de ce qui a précédé, la chute de cette histoire est d’une mélancolie saisissante.

Je suis très heureuse d’avoir lu la biographie très détaillée d’Annick Le Floc’hmoan avant de m’attaquer à l’œuvre de Nancy Mitford. Elle m’a permis de relever tous les détails autobiographiques. Ils sont très nombreux dans certains personnages, certaines situations et dans les convenances de la vie aristocratique et mondaine britanniques. Nancy est pleine de surprise car sans que l’on s’y attende un certain cynisme et une ironie font leur apparition. Son ton est parfois mordant. On se rend vite compte qu’elle pose un regard assez dur sur sa classe sociale et sur sa propre éducation.  Au fil des pages, les multiples facettes de ce roman lui font gagner en profondeur. La poursuite de l’amour contient des scènes très drôles (celle du labrador dans un bateau est excellente).

J’ai beaucoup aimé ce roman. Derrière l’humour et la plume acérée de Nancy Mitford, se cache la réalité bien moins reluisante de grandir au sein de l’aristocratie britannique. Fanny et Linda font leur entrée dans le monde sans grande connaissance de ce qu’est d’être adulte dans leur sphère sociale. C’est un roman finalement profond et empreint d’une certaine mélancolie sur la fin.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Avec vue sur l’Arno de E. M. Forster
  • Ces extravagantes sœurs Mitford d’Annick Le Floc’hmoan
  • Les mots entre mes mains de Guinevere Glasfurd

Fanny

Avec vue sur l’Arno de E. M. Forster

Résumé de l’éditeur : Miss Bartlett ne s’en remet pas : pour son premier voyage à Florence, sa jeune cousine Lucy devait bénéficier d’une chambre avec vue. Comment la tenancière de leur pension a-t-elle pu si cruellement les décevoir ? Tandis que la jeune fille et son chaperon accusent ce terrible coup, M. Emerson et son fils George, également pensionnaires, ont l’impertinence de proposer leurs propres chambres, qui, elles, ont vue sur l’Arno. Son éducation prévient Lucy contre les Emerson, mais son instinct lui suggère que le mal n’est pas grand… Avec finesse et humour, E. M. Forster livre ici une délicieuse satire des préjugés et convenances ridicules qui contraignent les affinités naturelles. Au monde terne et étriqué de la bienséance, côté cour, s’oppose l’évasion promise par cette fameuse vue. Le récit du combat intérieur que mène Lucy pour dépasser ce confinement et affirmer ses désirs est une ode délicate et sensible à la liberté.

J’avais hâte de pouvoir découvrir ce grand classique de la littérature britannique contemporaine. Je ne regrette pas une seconde d’avoir ouvert ce roman tant il m’a plu par bien des aspects. L’histoire s’ouvre à Florence où nous faisons la connaissance de la jeune et vive d’esprit Lucy Honeychurch accompagnée de son chaperon, Charlotte Bartlett. Dans une première partie, E. M. Forster laisse le lecteur se faire sa propre idée à propos de l’héroïne. Il insinue beaucoup et pousse le lecteur à lire entre les lignes. Il donne ensuite les tenants et les aboutissants de la pensée de Lucy. Cette dernière est pleine de réflexion et d’observation sur sa condition de femme de l’époque édouardienne encore très empreinte de toutes les convenances et de la rigidité de l’ère victorienne.

E. M. Forster n’hésite pas à utiliser l’ironie pour décrire son temps, ses convenances parfois désuètes et le face à face entre l’ancienne et la nouvelle génération. C’est avec humour qu’il nous décrit diverses situations et fait intervenir des personnages truculents mais aussi détestables pour certains. J’ai beaucoup aimé suivre le glissement de la psychologie de Lucy imposée par son éducation vers une émancipation. Elle découvre son libre-arbitre et sa capacité à réfléchir par elle-même malgré toutes les barrières que son entourage tente de dresser autour d’elle. C’est une héroïne à la fois moderne mais aussi très humaine de par ses peurs. Je tenais également à noter les très belles descriptions de l’Italie qui m’ont complétement immergée dans ce beau pays.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman qui nous dépeint une héroïne et une époque finement analysées par l’auteur entre l’Italie et le Royaume-Uni. Suivre Lucy permet de se rendre compte de la difficulté d’être une jeune fille puis une femme au début du XXe siècle. Avec vue sur l’Arno a beaucoup de charme et mérite vraiment d’être lu.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Le jardin blanc de Stéphanie Barron
  • Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier
  • Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig

Fanny

Je te dois tout le bonheur de ma vie de Carole d’Yvoire

Résumé de l’éditeur : Dans un récit inédit, vivant et abondamment illustré, Carole d’Yvoire raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants : Virginia Stephen et Leonard Woolf, dont l’union sera symbolisée en 1917 par la naissance de la maison d’édition Hogarth Press. Sont ainsi célébrés dans ce texte émouvant une période activité artistique foisonnante et ceux qui, face au tragique, choisissent l’affirmation de la vie, d’une « vie intense et triomphante ».

Dès sa sortie, ce livre a rejoint ma bibliothèque. Cela fait longtemps que je souhaitais en apprendre davantage à propos de Virginia Woolf notamment grâce au forum Whoopsy Daisy. Pour quelqu’un ayant une grande connaissance du sujet, ce livre n’apportera pas forcément beaucoup d’élément. Me concernant, je partais pratiquement de zéro. Carole d’Yvoire propose un ouvrage permettant d’aborder facilement Virginia et Leonard Woolf. En un peu plus de 150 pages, c’est une belle biographie mais aussi une analyse fine du couple Woolf qui se déroulent sous nos yeux. Elle rétablit également la vérité face aux exagérations et aux fantasmes que Virginia Woolf a suscité.

J’ai beaucoup appris et notamment sur Leonard. Le récit de ses premières années d’adulte à Ceylan m’ont passionnée. Leur union n’était pas si évidente que cela et pourtant, ils vont savoir surpasser les difficultés pour s’entendre. Carole d’Yvoire s’arrête volontairement assez rapidement après leur mariage. Elle fait également un petit point sur le succès de la Hogarh Press, maison d’édition et imprimerie du couple. Les différentes photos, reproductions de tableaux ou images sont une vraie valeur ajoutée et aident à se représenter les différents membres du Bloomsbury group. L’objet-livre est superbe. C’est un bel écrin à cet hommage à Virginia et Leonard.

Comme vous l’avez compris, cet ouvrage m’a convaincue de bout en bout. J’ai beaucoup aimé découvrir ce couple. Pour ne rien gâcher, Carole d’Yvoire propose une analyse fine en parallèle de la biographie pure. Le Père-Noël m’a apporté le journal intégral de Virginia Woolf. Il n’y a plus qu’à se plonger dans les 1500 pages de ce récit!

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Duras, Beauvoir, Colette. Trois filles et leurs mères, biographies romancées de Sophie Carquain
  • Lectures intimes de Virginia Woolf
  • Mrs Dalloway de Virginia Woolf

Fanny

Une colonne de feu de Ken Follett / Rentrée littéraire 2017

Résumé de l’éditeur : Noël 1558, le jeune Ned Willard rentre à Kingsbridge : le monde qu’il connaissait va changer à tout jamais… Les pierres patinées de la cathédrale dominent une ville déchirée par la haine religieuse et Ned se retrouve dans le camp adverse de celle qu’il voulait épouser, Margery Fitzgerald. L’accession d’Élisabeth Ire au trône met le feu à toute l’Europe. Les complots pour destituer la jeune souveraine se multiplient, notamment en France ou la séduisante Marie Stuart – considérée comme l’héritière légitime du royaume anglais et issue de la redoutable famille française de Guise – attend son heure. Pour déjouer ces machinations, Élisabeth constitue les premiers services secrets du pays et Ned devient l’un des espions de la reine. À Paris, il fait la connaissance de la libraire protestante Sylvie Palot dont le courage ne le laisse pas indifférent…

Depuis le temps que j’entendais parler de Ken Follett et de sa célèbre série de Kingsbridge, je ne pouvais décemment pas passer à côté de son dernier né. Ce dernier se lit tout à fait comme un one-shot même si quelques références facilement discernables aux tomes précédents sont faites. Je me suis plongée avec plaisir dans les 900 pages de cette fresque historique assez impressionnante. Ken Follett nous fait découvrir toute une génération de personnages, témoins et participants de luttes politiques, de tractations matrimoniales, de stratégies d’espionnages et de guerres de religion dans l’Europe du XVIe et XVIIe siècle. Nous rencontrons Mary Tudor, Elizabeth Ire, Marie Stuart, Catherine de Medicis, la terrible famille de Guise et bien d’autres noms très connus de l’Histoire. L’ensemble est ambitieux mais réussi.

Les différents personnages que nous suivons à tour de rôle nous apportent différents points de vue concernant chaque situation et chaque endroit. Le terrible massacre de la Saint-Barthélémy est surement la scène qui m’a le plus fait frémir. L’horreur et le déchaînement de haine sont très bien décrits par l’auteur. Le récit est entrecoupé de moments plus doux notamment lorsqu’une romance pointe le bout de son nez. Ce roman est un vrai page-turner. Le lecteur suit des personnages attachants dans la réalisation de l’œuvre de toute une vie auprès d’un monarque. D’autres protagonistes sont au contraire franchement détestables. A noter que le style de Ken Follett m’a semblé assez classique sans vraiment de démarcation ni d’originalité.

Cette fresque historique m’a beaucoup plu dans son ensemble. Nous sommes introduits dans les rouages de tractations politiques, d’espionnages, de guerres de religion dans l’Europe du XVIe et XVIIe siècle. C’est aussi l’histoire de toute une génération porteuse d’idées et au service des puissants. La plume assez passe-partout de Ken Follett est compensée par son talent de conteur.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • City on fire de Garth Risk Hallberg
  • La vie ne danse qu’un instant de Theresa Revay
  • Les roses de Somerset de Leïla Meacham 

Fanny

3 romans, 3 avis, 1 billet

Petit à petit je rattrape mon retard. J’ai lu beaucoup de livres ces derniers mois dont je souhaite vous parler. Voici donc une nouvelle fournée de trois ouvrages très différents les uns des autres.

Gala et Dali : de l’autre côté du miroir de Dominique de Gasquet et Paquita Llorens Vergés

Dominique de Gasquet a partagé des moments inoubliables avec Salvador et Gala Dalí alors qu’elle n’était encore qu’une jeune femme. Plusieurs décennies plus tard, elle décide de retrouver les intimes de ce couple hors du commun et mythique afin d’écrire ce livre. C’est évidemment un hommage à Gala et Dalí mais aussi à toute une époque, à l’art, à une ville espagnole du nom de Cadaquès (bien rendue par de belles descriptions), à Arturo et Paquita (domestiques mais surtout amis indéfectibles). J’ai beaucoup appris sur ces deux personnalités au caractère bien trempé et sur leur vie pour le moins extraordinaire. Les quelques photos d’archives qui agrémentent l’ouvrage sont superbes et donnent une matière palpable à tout ce qui est raconté.

logo-robert-laffont

Lettres choisies de la famille Brontë (1821-1855) recueil de Constance Lacroix

Je voue une admiration et une adoration particulières pour Charlotte, Anne et Emily Brontë. Après cette lecture, cette sensation n’a fait que se renforcer. Ce recueil est une vraie pépite ainsi qu’une mine d’informations directes. On découvre la vie difficile d’une petite paroisse de la partie nord de l’Angleterre. La météorologie, le paysage, la maladie, l’éloignement de grandes villes ne font pas d’Haworth un endroit propice à l’épanouissement. Et pourtant, la fratrie Brontë va puiser dans son imagination pour surmonter leur condition. Les lettres de Charlotte sont majoritaires. Cette dernière est extrêmement clairvoyante sur sa situation de femme. Dans les moments d’abattement, elle arrive toujours à rebondir. De la peine, de la joie et de l’émotion avec ce bel ouvrage.

L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Le premier opus en compagnie de Léon Sadorski m’avait déjà fait froid dans le dos et aussi beaucoup réfléchir. Nous le retrouvons dans ce nouveau tome plus virulent et remonté que jamais. Romain Slocombe nous propulse une nouvelle fois en plein cœur de l’occupation allemande à Paris durant la Seconde Guerre mondiale. Il nous introduit dans les coulisses de la collaboration et de la traque des indésirables selon l’idéologie nazie. Léon Sadorski est un personnage plus qu’ambigu à la psychologie brouillée. Les descriptions des différentes scènes de tortures auxquelles nous assistons ainsi que de la rafle du Vél’ d’Hiv sont impressionnantes et difficilement tenables. La violence et l’acharnement sont inouïs. Ce roman est percutant et saisissant.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe
  • Le monde infernal de Branwell Brontë de Daphne du Maurier
  • Mariage en douce d’Arianne Chemin

Fanny

Les filles de Brick Lane, Tome 2 : Sky de Siobhan Curham

Résumé de l’éditeur : Premier jour de cours pour Sky. Entre les devoirs et la pression des examens, trouvera-t-elle du temps pour ses amies et pour exprimer ses envies de liberté ?

Souvenez-vous il y a un an, je vous parlais du premier tome de cette série pour adolescents. Je suis très heureuse d’avoir pu retrouver Sky, Rose, Maali et Ambre pour de nouvelles aventures. Nous déambulons également avec plaisir dans le quartier londonien de Brick Lane où évolue nos quatre héroïnes. Ces dernières sont très différentes les unes des autres mais elles arrivent toujours à trouver un compromis pour s’entendre. C’est donc le portrait d’une amitié comme il en existe peu. Leurs réunions régulières sous le patronat d’Oscar Wilde leur permettent de faire le point, de se motiver et de trouver conseils et écoute.

Si je devais comparer avec le premier tome, les thématiques sont plus profondes ici : l’orientation sexuelle, la maladie d’un proche, la religion, l’avenir, le harcèlement scolaire, la recherche d’un parent biologique et bien d’autres. Tout ces éléments viennent bouleverser leurs certitudes mais aussi les forger afin de devenir des personnes tolérantes et ouvertes aux autres. Leur identité profonde se dessine petit à petit. Elles s’affirment de plus en plus. On trouve chez chacune un petit quelque chose qui nous ressemble. Je crois aussi que beaucoup d’adolescentes mais aussi d’adolescents se reconnaitrons en elles.

Ce second tome est dans la lignée du premier. Il s’inscrit totalement dans l’air du temps. J’ai, une nouvelle fois, beaucoup aimé suivre ces quatre jeunes filles dans leur quotidien mais aussi à travers les rues de Londres. Elles portent des leçons de vie mais aussi des messages qu’il est bon de répandre.

logo-lit

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Chaque soir à 11 heures de Malika Ferdjoukh
  • L’amour comme par hasard de Eva Rice
  • Les filles de Brick Lane, Tome 1 : Ambre de Siobhan Curham
Fanny

Cartes postales de Grèce de Victoria Hislop

Résumé de l’éditeur : Dans sa boîte aux lettres, Ellie trouve, semaine après semaine, des cartes postales signées d’une simple initiale : A. Ces cartes ne lui sont pourtant pas destinées. Pourquoi lui parviennent-elles ? Qui est l’expéditeur ? Mystère. Portant l’éclat du ciel grec et l’eau cristalline de la mer, ces missives sortent la jeune femme de sa morosité quotidienne. Un jour, elles cessent cependant d’arriver. Ellie se sent délaissée, privée de cette bouffée d’oxygène qui la faisait rêver et voyager. Elle prend alors une décision : découvrir ce pays par elle-même. Le matin de son départ, Ellie reçoit un carnet par la poste. L’odyssée d’un homme, le fameux A, y est racontée. Celui-ci observe avec tendresse et générosité les Grecs, leurs coutumes, et ce qui fait le sel de leur quotidien. Derrière ses observations et ses savoureuses anecdotes se dessine le portrait d’un homme blessé. Pourrait-il encore croire en l’amour ?

J’ai souvent entendu parler des romans de Victoria Hislop sans avoir l’occasion de tester. Voilà qui est chose faite avec son nouveau-né paru en mai. Commençons par parler de l’objet-livre. Il est superbe et d’autant plus que je ne m’y attendais pas. L’ouvrage est agrémenté de cartes postales en couleur toutes plus représentatives de la Grèce les unes que les autres. En comparaison, il est facile de se rendre compte que les descriptions de l’autrice sont précises et proches de la réalité. C’est un régal pour les yeux mais aussi pour l’imagination. J’ai plusieurs fois eu l’impression d’être directement téléportée en Grèce alors que je ne connais que très peu ce pays. Ce genre de romans vous donne clairement des envies de voyage!

Nous suivons le destin de deux personnages en quête d’un changement suite à diverses déceptions. L’histoire d’Ellie prend peu de place au sein du récit. Je n’ai d’ailleurs pas forcémment eu le temps de m’attacher à elle. A contrario, l’aventure d’Anthony occupe la majorité de l’espace. Nous lisons en réalité son carnet envoyé à l’adresse d’Ellie. J’ai suivi cet homme les yeux fermés dans son périple à travers la Grèce. Ses descriptions et les anecdotes qu’ils content sous forme de nouvelles nous plongent complétement dans l’atmosphère hellénique. Nous découvrons une nation entre tradition et modernité, entre crise économique et richesse culturelle, entre repli sur soi (dans certaine région) et ouverture sur le monde. C’est donc un pays tout en contraste qui nous est donné à voir.

Ce roman a beaucoup de charme, c’est certain. Les descriptions sont bien écrites et font voyager le lecteur à travers la Grèce. L’autrice nous donne à voir un pays tout en contraste parfois éloigné de l’image que l’on s’en fait. J’ai beaucoup appris à propos des coutumes, de la société et de la culture grecques.

big-logoVous aimerez aussi découvrir :

  • Etta et Otto (et Russell et James)  de Emma Hooper
  • La maison des hautes falaises de Karen Viggers
  • Soudain, seuls de Isabelle Autissier

Fanny