Un manoir en Cornouailles d’Eve Chase

Résumé de l’éditeur : Cornouailles, 1968. Pencraw, un grandiose manoir en ruine dans lequel les Alton élisent domicile l’été. Le temps semble s’y être arrêté et défile sans encombre. Jusqu’au drame qui vient bouleverser leurs vies et arrêter le temps à jamais. Cinquante ans plus tard, avec son fiancé Jon, Lorna roule à la recherche du manoir des Lapins noirs, cette maison où elle a séjourné enfant. Elle rêve d’y célébrer son mariage. Tout dans cette vieille demeure l’appelle et l’attire. Mais faut-il vraiment déterrer les sombres mystères de ce manoir en Cornouailles ? Eve Chase nous entraîne dans une passionnante spirale unissant deux femmes séparées par les années, mais que la force de l’amour et le poids des secrets réunissent en une seule voix, mélancolique et entêtante.

La promesse d’un roman aux secrets de famille bien gardés est toujours tentante. Un manoir en Cornouailles nous propose de retracer les liens unissant deux familles sur deux époques différentes. Lorna nourrit des doutes concernant ses racines et son enfance. Petit-à-petit, elle va démêler le vrai du faux pour finalement découvrir la vérité et pouvoir aller de l’avant. En parallèle, nous suivons l’existence de la fratrie Alton dans leur manoir de Pencraw pendant les années 60. Leur enfance ne se passe pas sans mal. En effet, le bonheur et l’insouciance sont vite balayés par une succession de drames. Sans grande surprise, c’est cette seconde histoire qui m’a le plus touchée.

Ce roman est plutôt agréable à parcourir. L’écriture d’Eve Chase est correcte. Malheureusement, Un manoir en Cornouailles souffre de quelques bémols à mon sens. L’ensemble manque d’une ambiance et d’une atmosphère singulières. La Cornouailles, ses paysages magnifiques, ses traditions et ses croyances sont très peu décrits. Il en va de même concernant le contexte très riche de la fin des années 60 au Royaume-Uni si peu détaillé. L’histoire aurait bien pu se dérouler dans la première moitié du XXe siècle que je n’aurais vu aucune différence. Tous ces élèments auraient pu apporter un peu de relief et de caractère à ce récit.

Il s’agit d’un roman sympathique sur le moment mais qui, malheureusement, ne me laissera pas un souvenir impérissable. Je ressors donc de cette lecture avec un sentiment mitigé. En effet, les bémols cités plus hauts m’ont cruellement manqué et n’ont pas servi cette histoire pourtant pleine de promesses. Je retiendrais tout de même la fratrie Alton formées de personnages attachants.

0_EvOVrnVous aimerez aussi découvrir :

  • L’enfant du lac de Kate Morton
  • La ferme du bout du monde de Sarah Vaughan
  • Rebecca de Daphne du Maurier
Fanny
Publicités

Croquis d’une vie de bohème de Lesley Blanch

Résumé de l’éditeur : En 1944, Lesley Blanch, issue d’une famille bourgeoise londonienne, épousa Romain Gary, qui ferait d’elle l’héroïne de Lady L. Cette aventurière spirituelle était alors illustratrice, décoratrice de théâtre et chroniqueuse pour l’édition britannique de Vogue. La carrière diplomatique de son mari la mena à Paris, Sofia, New York, en Bolivie et, enfin, à Hollywood, où elle côtoya quantité de stars. Quand Gary la quitta pour Jean Seberg, elle partit, en solitaire cette fois, visiter les pays dont elle rêvait : la Sibérie, la Mongolie, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan… Rien d’étonnant à ce que Georgia de Chamberet, sa filleule, l’ait incitée à rédiger ses Mémoires : aux souvenirs d’enfance de cette femme devenue une légende de son vivant s’ajoutent ici ses meilleurs articles de mode et de voyage, des dessins ainsi qu’un récit très personnel sur sa vie avec Romain Gary.

Connue pour avoir été la première épouse de Romain Gary, Lesley Blanch dévoile les multiples autres facettes de sa personnalité dans cette autobiographie. Cette dernière regroupe un joyeux mélange de dessins et d’articles d’époque réalisés par cette femme de lettres et cette aventurière dans l’âme. Au fur et à mesure de notre avancée dans ces souvenirs, l’émotion est de plus en plus palpable. Lesley Blanch nous confie ses joies et ses déboires. Une certaine nostalgie est également discernable lorsqu’elle évoque ses vieux amis mais aussi une certaine façon plus lente de voyager à l’ancienne. C’est beau, bien écrit et parfois drôle.

« Je suis la seule a être vivante aujourd’hui et je me rappelle ces jours heureux avec tendresse, les larmes aux yeux. » p. 307

Un passage assez long concerne les quelques 18 années qu’elle passe aux côtés de Romain Gary. Le lecteur le découvre dans son intimité, ses petites manies et son talent monstre. Lesley Blanch nous partage sa passion pour les voyages qui l’ont toujours fait vibrer. Elle nourrit une véritable fascination pour l’Orient. Son amour pour la Russie, sa culture et sa littérature est contagieuse. De quoi donner envie de découvrir tous les grands auteurs russes qu’elle cite. Il s’agit d’une personne moderne. En effet, elle a profité de la vague de changements sociétaux de la première moitié du XXe siècle envers les femmes pour s’émanciper et trouver une autonomie financière.

Lesley Blanch est un modèle inspirant tout comme l’est Jessica Mitford pour moi. Bien trop méconnue, elle mérite d’être davantage mise en avant. Je ne peux donc que vous conseiller de lire cette autobiographie aussi instructive qu’éclairante. Quel destin, quelle érudition et quelle modernité!

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions de la Table ronde.

babelio

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Lectures intimes de Virginia Woolf
  • Rebelles honorables de Jessica Mitford
  • Vingt-quatre heures de la vie d’une femme de Stefan Zweig

Fanny

Les jours de ton absence de Rosie Walsh

71-fG208SDL

Résumé de l’éditeur : Lorsque Sarah rencontre Eddie, son monde bascule. Ils sont faits l’un pour l’autre, elle en est certaine. Les jours qu’ils passent ensemble ressemblent à un rêve et Sarah a le sentiment que sa vie débute enfin. Quand Eddie, également fou amoureux, part à contrecœur pour un voyage prévu de longue date, tous deux se quittent en sachant qu’ils se reverront très vite. Pourtant, quelques jours plus tard, Eddie n’a toujours pas donné de signe de vie. Le portable de Sarah reste désespérément muet. Refusant d’écouter ses amis qui lui conseillent de passer à autre chose, Sarah met tout en œuvre pour comprendre la raison de ce silence. Elle ne sait pas encore que l’explication qui se dessine peu à peu la bouleversera au plus profond de son être. Une chose qu’elle ne peut maîtriser les sépare irrémédiablement, la seule qu’ils n’ont pas partagée : la vérité.

Je ne lis que très peu de roman anglais contemporain, Les jours de ton absence a donc fait exception. Les premières pages sont principalement basées sur une romance déjà avancée et somme toute bien classique :  un coup de foudre instantané et une semaine de rêve auprès de l’âme sœur. Cette première partie, entrecoupée de flashbacks, est assez maladroite à mon sens car pas très bien amenée. J’ai notamment mis beaucoup de temps à comprendre les liens qu’entretiennent les personnages entre-eux. L’intrigue se met doucement en place mais on distingue assez vite que le dénouement ne se fera pas sans peine.

Je me suis accrochée et j’ai bien fait. Effet, la suite du roman gagne en profondeur et en intérêt. Un certain suspens est présent et m’a fait tourner les pages à un rythme soutenu. Rebondissements, révélations, secrets de famille et drames sont au rendez-vous. Des thématiques difficiles sont également abordées. Eddie est le protagoniste auquel je me suis le plus attachée. Il a su piquer ma curiosité, j’ai également eu l’impression de le cerner et de le comprendre. Il est bien décrit et crédible. Les personnages secondaires ont une grande place dans le récit. Certains élèments sont assez prévisibles mais je suis heureuse de constater que j’ai fini pas ne pas boudé mon plaisir.

Malgré des premières pages un peu poussives, j’ai fini par apprécié ce roman. Une certaine tension et un suspens s’installent petit à petit. Certains élèments sont prévisibles mais j’avoue avoir pris plaisir à découvrir les histoires familiales qui gravitent autour de Sarah et d’Eddie. Ce dernier a particulièrement attirer mon attention, un personnage très intéressant.

big-logo

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Maine de J. Courtney Sullivan
  • Une collection de trésors minuscules de Caroline Vermalle
  • Tu seras ma beauté de Gwenaële Robert

    Fanny

Scoop d’Evelyn Waugh

Résumé de l’éditeur : William Boot, chroniqueur pour la rubrique « Faune et flore » d’un journal britannique, est un jeune homme avide de culture mais menant une vie modeste, loin du tumulte londonien. Le jour où le rédacteur en chef du Daily Beast l’envoie à l’étranger en tant qu’envoyé spécial, tout bascule pour lui… William est dépêché en Ismaël, un État fictif d’Afrique orientale où une guerre civile serait sur le point d’éclater. Mais à Jacksonburg, la capitale, nulle trace de révolte, ni même d’opposition : seulement une nuée de journalistes étrangers venus guetter les soubresauts inexistants de l’actualité ismaëlienne.

Après mon excellente lecture de Retour à Brideshead et celle plus mitigée d’Une poignée de cendres, j’ai souhaité continuer ma découverte de l’œuvre d’Evelyn Waugh. Scoop est un roman satirique inspiré de l’expérience de l’auteur comme reporter au Daily Mail dans les années 30. L’action se déroule entre l’Angleterre et Ismaël, un pays imaginaire. Il tourne ici en dérision et égratigne la profession de journaliste. Le système de la presse écrite, ses magouilles et ses fausses informations pour faire vendre sont moqués. Le nom du groupe de presse Megalopolis donne d’ailleurs le ton. L’absurdité des guerres et de mille petits détails est très présente également.

Comme souvent chez Evleyn Waugh, les personnages ne sont pas épargnés. William Boot est un anti-héros. Il se retrouve embarquer bien malgré lui par le biais d’un quiproquo dans une aventure improbable très loin d’être faite pour lui. La majorité du temps, il se fait manipuler et mener en bateau sans opposer de force de caractère. Il ne rêve que d’une chose : retrouver sa vie tranquille dans sa grande demeure à la campagne. C’est l’occasion pour l’auteur d’ironiser sur l’aristocratie britannique en mentionnant son déclin, grande thématique présente dans beaucoup de ses œuvres. La fin adoucit les choses et n’est pas aussi cruelle qu’on aurait pu s’y attendre.

Ce troisième roman lu d’Evelyn Waugh m’a beaucoup plu. Le ton incisif de l’auteur, l’humour par l’absurde et la satire du système de la presse écrite des années 30 sont à découvrir. Me reste dans ma pile à lire Le cher disparu et Hommes en armes que j’espère découvrir prochainement.

logo-robert-laffont11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Mr Ashenden, agent secret de Somerset Maugham
  • Retour à Brideshead d’Evelyn Waugh
  • Une poignée de cendres d’Evelyn Waugh

Fanny

Les détectives du Yorkshire, Tome 1 : Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman

Résumé de l’éditeur : Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais oeil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne ! Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

Le mois anglais continue, je vous présente donc un nouveau roman lu pour cet évènement. Ce premier tome d’une nouvelle série de cozy mysteries m’a beaucoup plu. Il remplit tout à fait son objectif en nous proposant une lecture plaisante et agréable. Comme toute bonne histoire de ce genre, nous retrouvons ici à par égale la vie d’une petite ville de campagne, le parcours de personnages hauts en couleur et une intrigue policière. Julia Chapman nous emmène dans le Yorkshire afin d’élucider une série de meurtres sans lien à première vue. A noter, l’humour qui jalonne le récit. Quelques scènes sont d’anthologie et m’ont beaucoup fait rire, notamment au sein de la maison de retraite de Bruncliffe.

Samson et Delilah sont deux héros auxquels je me suis très facilement attachée. Nous rencontrons deux personnages dont le passé nous est dévoilé petit à petit. Delilah possède un franc parler décapant. Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Ils sont très présents et vivants. Je ne peux oublier de parler de Calimero, le chien de Delilah tellement mignon. Comme dans toutes petites bourgades qui se respectent les rivalités, les rumeurs et les curiosités sont au rendez-vous. L’intrigue policière ne brille pas forcémment par son originalité mais je dois avouer que j’ai éprouvé une certaine affection pour ce roman dans son intégralité.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce premier tome. Je ne retiendrais pas forcémment l’enquête mais plutôt les personnages pour lesquels je ressens déjà beaucoup d’attachement. Je lirais surement la suite dans quelques temps. Je suis heureuse à l’idée de retrouver Samson et Delilah et d’en découvrir davantage à leur propos.

logo-robert-laffont

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n

Vous aimerez aussi découvrir :

  • La mystérieuse affaire de Styles d’Agatha Christie
  • Les vestiges du jour de Kazuo Ishiguro
  • The Mitford murders de Jessica Fellowes

Fanny

Northanger Abbey de Jane Austen

Résumé de l’éditeur : Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n’a rien d’une héroïne, c’est que Jane Austen s’amuse ! Et nous emporte, d’une plume malicieuse, d’un bout à l’autre du plus moderne des romans austeniens.

Plusieurs années sans lire un seul Jane Austen, quelle erreur! Northanger Abbey dormait paisiblement dans ma pile à lire depuis trois ans. En l’en sortant, j’étais certaine qu’il me plairait beaucoup connaissant déjà l’histoire par l’adaptation de 2007. Je ne me suis pas trompée, ma lecture fut un régal. J’avais presque oublié à quel point le style de Jane Austen pouvait être incisif et mordant mais non dénué d’humour. Elle ne mâche pas ses mots et n’hésite pas à émettre son avis et à tourner en dérision bien des éléments de son époque. Jane Austen rend aussi un hommage à la littérature et plus particulièrement au roman ainsi qu’à l’imagination. Il s’agit d’une histoire presque en avance sur son temps mettant en scène une héroïne terriblement moderne.

Les personnages sont bien décrits et vivants. Certains sont plus caricaturés que d’autres. John Thorpe est tout simplement assommant à ne discuter que de chevaux sans arrêt. Il ne fait clairement pas le poids face à Henry Tilney, au caractère tempérer et réfléchi. Isabelle Thorpe est, quant à elle, assez pressante avec Catherine. Cette dernière va d’ailleurs apprendre à ses dépends que derrière les faux-semblants peut se dissimuler une vraie nature toute autre. Jane Austen nous introduit ici à Bath, haut lieu de villégiature pour toute la bonne société anglaise. Nous sommes introduits dans les rooms où les jeunes gens se rencontrent. Ce sont des lieux de distraction mais aussi de parade et de recherche de bons partis pour ses enfants.

Une héroïne attachante, une histoire moderne et une plume mordante, de quoi passer un très bon moment. J’ai également apprécié mon introduction dans les rooms de Bath du XIXe siècle. Je suis ravie d’avoir retrouvé Jane Austen et j’espère ne pas m’arrêter là car il me reste encore à lire Raison et sentiments concernant les romans majeurs de l’auteur.

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n

Vous aimerez aussi découvrir :

  • La guerre et la paix de Léon Tolstoï
  • Loin de la foule déchaînée de Thomas Hardy
  • Persuasion de Jane Austen

Fanny

On Chesil Beach de Ian McEwan

Résumé de l’éditeur : It is July 1962. Edward and Florence, young innocents married that morning, arrive at a hotel on the Dorset coast. At dinner in their rooms they struggle to suppress their private fears of the wedding night to come… / [traduction personnelle] C’est l’été 1962. Edward et Florence, jeunes mariés innocents du matin même, arrivent à leur hôtel sur la côte du Dorset. Lors du dîner dans leur chambre, ils s’efforcent de réprimer leurs craintes secrètes de la nuit de noce à venir.

Ce roman est le tout premier que je lis de Ian Mc Ewan. Quelle belle surprise! En un peu plus de 150 pages, l’auteur déroule une histoire qui peut paraître banale de prime abord mais qui finit par receler bien des complexités. Le tête à tête de la nuit de noce de nos deux héros devient le moment où la réalité refait brutalement surface pour balayer les idéaux et les attentes. Ces derniers ne sont pas toujours au rendez-vous tout comme la personne avec qui nous sommes censés passer le reste de nos jours. Le contexte des années 60 fait régulièrement son apparition et explique en partie le blocage de ce tout récent mariage. Nous sommes avant la libération sexuelle dans une Angleterre qui a bien du mal à se détacher de ses convenances dépassées et obsolètes.

Ian McEwan fait tout autant preuve de sensibilité que de réalisme dans ses descriptions. Je suis passée par tout un panel d’émotions. Il est virtuose dans l’art de dépeindre la fébrilité, les incompréhensions, les maladresses, les peurs face à la sexualité mais aussi les attentes de Florence et d’Edward. Ces deux personnages sont très beaux et décrits d’une bien belle manière. Les différents points de vue nous permettent de cerner la situation au mieux sans jamais prendre partie pour l’un ou l’autre. Chacun a fini par attirer mon attention et ma sympathie. Edward m’a d’ailleurs particulièrement touchée dans les poignantes et saisissantes dernières pages.

Je suis ressortie bouleversée de cette lecture intense. Il s’agit surement d’une de mes plus belles lectures de 2018. Rien que ça! Après ce coup de cœur, je n’ai qu’une envie : dénicher un autre roman de Ian McEwan. J’attends également avec impatience de pouvoir voir l’adaptation avec Saoirse Ronan, une actrice que j’admire particulièrement.

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Call me by your name (Appelle moi par ton nom) d’André Aciman
  • Lady Rose and Mrs Memmary de Ruby Ferguson
  • Mariage en douce d’Ariane Chemin

Fanny

101 things you need to know about suffragettes de Maggie Andrews et Janis Lomas

    

Résumé de l’éditeur : Suffragettes learned jiu-jitsu, repelled policemen with their hatpins, burnt down football stadiums and planted bombs. They rented a house near to Holloway Prison and sang rebel anthems to the Suffragettes inside. They barricaded themselves into their homes to repulse tax collectors. They arranged mass runs on Parliament. They had themselves posted to the Prime Minister, getting as far as the door of No. 10. Indomitable older members applied for gun licences to scare the government into thinking they were planning a revolution. Rebels. Warriors. Princesses. Prisoners. Pioneers. Here are 101 of the most extraordinary facts about Suffragettes that you need to know. / [traduction personnelle] Les suffragettes ont appris le ju-jitsu, ont repoussé des policiers avec leurs épingles à chapeau, ont mis le feu à des stades de football et ont posé des bombes. Elles ont loué une maison à côté de la prison d’Holloway et ont chanté des hymnes rebelles pour les suffragettes qui y sont enfermées. Elles se sont barricadées dans leur maison pour repousser les collecteurs de taxe. Elles ont organisé des intrusions de masse au sein du Parlement. Elles se sont postées devant le premier ministre, au plus proche de la porte du n° 10. Les plus vieux et indomptables membres ont demandé le permis de port d’arme pour effrayer le gouvernement dans l’idée qu’elles planifiaient une révolution. Rebelles. Guerrières. Princesses. Prisonnières. Pionnières. Ici, se trouve 101 des plus extraordinaires faits à propos des suffragettes que vous devez connaitre.

Ne sachant pas vraiment pas quel ouvrage commencer avec le mouvement des suffragettes, ce livre découvert sur Whoopsy Daisy (quel lieu de perdition…) est arrivé à point. Il s’agit d’un condensé sur le sujet, le développant de manière assez concise. Les 101 textes mélangent les évènements les plus anecdotiques à ceux les plus décisifs pour l’accord du droit de vote aux femmes britanniques. Une fois terminé, ce livre dresse le portrait d’une organisation bien huilée à la communication redoutable. Toutes les classes sociales sont représentées : aristocrates, classes laborieuses ou encore artistes. Les revers sont aussi expliqués et notamment les séquelles suite à de multiples arrestations, emprisonnements, nourrissages de force et autres tortures.

Emmeline Pankhurst et sa famille sont forcémment beaucoup représentées ici mais la place est également laissée à des personnes que je ne connaissais pas mais qui ont pourtant apporter leur pierre à l’édifice ainsi que mis leur vie en jeu pour une cause majeure. C’est assez incroyable de découvrir jusqu’où elles étaient prêtes à aller pour faire changer les choses et permettre aux femmes une certaine émancipation. Quelques hommes ont également participé, il serait dommage de les oublier. Chaque fait est détaillé sur une à deux pages. Il est à noter que l’ouvrage est richement illustré grâce à de belles images d’archives qui m’ont paru vraiment bien choisies et que je n’avais jamais vu pour la plupart.

Pour un spécialiste du sujet, ce livre ne représentera pas une grande nouveauté. Par contre, pour débuter, il s’agit d’une mine d’information. J’ai beaucoup aimé ma lecture aussi enrichissante qu’agréable à lire. Les illustrations ajoutent encore à l’intérêt que je porte au sujet. Une très bonne lecture.

11694975_1578774289054555_2528089989659185866_n

Vous aimerez aussi découvrir :

  • 10 jours dans un asile de Nellie Bly
  • Mazie, sainte patronne des fauchés et des assoiffés de Jami Attenberg
  • Suffragette avec Carey Mulligan, Helena Bonham Carter, Ben Wishaw  (2015)

Fanny

Chère Mrs Bird de A. J. Pearce

Résumé de l’éditeur : Londres, 1941. À vingt-quatre ans, Emmy n’a qu’un rêve : devenir reporter de guerre. Un rêve qui semble sur le point de se réaliser lorsque la jeune femme décroche un poste au London Evening Chronicles. Enfin, Emmy va pouvoir entrer dans le vif du sujet, partir sur le front, se faire un nom au fil de la plume ! Las, c’est un poste d’assistante à la rédaction du magazine féminin Women’s Day qui lui est offert. La mission d’Emmy : répondre aux courriers des lectrices adressés à Mrs Bird, la rédactrice en chef du journal. Mais attention, la terrifiante Mrs Bird est très stricte, et seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse expéditive dans le poussiéreux journal. Un cas de conscience pour la jeune journaliste qui refuse de laisser ses concitoyennes en mal d’amour et de soutien amical, errer dans les limbes en raison du diktat imposé par une vieille conservatrice bon  teint. Et Emmy a un plan pour outrepasser l’autorité de Mrs Bird… Alors que la ville sombre peu à peu sous les bombes, Emmy va mettre sa carrière en jeu pour venir en aide aux femmes restées seules à l’arrière. L’heure de la résistance féminine a sonné !

Vous connaissez dorénavant très bien mon amour pour la culture britannique en général. C’est toujours avec plaisir que je commence un nouveau roman anglais. A. J. Pearce nous entraine dans le Londres secoué par les incessants et menaçants bombardements du Blitz. Nous suivons une jeune fille, Emmy Lake, aussi ambitieuse que courageuse. Elle partage son temps entre son bénévolat en tant que standardiste d’une brigade de sapeurs-pompiers et son nouveau travail qui ne va pas tout à fait être ce qu’elle espérait. En effet, son rêve de risque et de reportage de guerre s’éloigne, mais elle pense tout de même pouvoir apporter sa pierre à l’édifice en aidant des femmes en détresse par correspondance.

Derrière la légèreté et l’humour de façade, j’ai particulièrement apprécié le réalisme qu’apporte l’auteur dans ses descriptions d’un Londres soumis au danger aérien allemand. La peur, l’urgence et la perte sont forcement présentes. A. J. Pearce ne tombe ni dans la facilité ni dans le pathos. Cependant, la vie continue et le flegme anglais aide beaucoup. Les cartes sont rebattues concernant la place des femmes dans la société britannique. Le roman le montre bien par tous les personnages féminins qui nous sont présentés. Elles souhaitent faire leur propre choix et s’affranchir du carcan des convenances. Le seul bémol? Le style d’A. J. Pearce manque un peu de caractère pour totalement emporter mon adhésion.

J’ai apprécié les heures passées à lire ce roman. C’est une histoire d’amitié et de solidarité féminines devant les différentes menaces de la Seconde Guerre mondiale. Il est dommage que le style d’A. J. Pearce ne se démarque pas davantage afin d’apporter un peu plus de force et de charme à ce récit.

Lu grâce à la masse critique Babelio et à Belfond.

babelio

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Dès l’aube d’Isabelle Florel
  • La chorale des dames de Chilbury de Jennifer Ryan
  • Lettres à Stella de Iona Grey

Fanny

Affaires urgentes de Lawrence Durrell

Résumé de l’éditeur : Nommé en 1949 attaché de presse à l’ambassade de Sa Très Gracieuse Majesté britannique à Belgrade, Lawrence Durrell va y rester trois ans. Trois ans durant lesquels il observera tel un entomologiste le petit monde de la vie diplomatique. Tandis que la Yougoslavie tremble de peur sous la main de fer du maréchal Tito, les gaffes s’accumulent autour du narrateur : les coquilles foisonnent dans le Central Balkan Herald – un quotidien qui n’est jamais parvenu à rattraper un retard de vingt-quatre heures sur l’actualité –, le train des délégations étrangères se mue en convoi de la mort, la fête champêtre finit en naufrage, les repas cuisinés à l’ail virent à l’incident diplomatique… Dans ce bouquet de chroniques, il n’y a que du tordant, du loufoque et de l’impertinent. Et quand elle est britannique, l’impertinence est sans limites.

J’ai découvert Lawrence Durrell par le biais de la série britannique The Durrells, adaptation de la trilogie de Corfou écrite par Gerald Durrell, son frère cadet. Cet ouvrage-ci réunit trois recueils de nouvelles inspirées de l’expérience de l’auteur comme attaché de presse à l’ambassade anglaise de Belgrade entre 1949 et 1952. Comme il le dit lui-même, il s’est beaucoup ennuyé pendant ces trois années en Yougoslavie. Heureusement pour lui, des évènements drôles sont venus agrémentés son séjour et l’ont conduit à composer ces nouvelles. Ces dernières sont racontées par le biais d’un personnage fictif du nom d’Antrobus.

Lawrence Durrell nous introduit au sein de la diplomatie britannique avec humour, ironie et dérision. L’absurde n’est également jamais très loin. Dans un contexte assez tendu, nous assistons à des impairs qu’il faut absolument rattraper pour entretenir de bonnes relations entre les nations. Nous ne sommes finalement jamais très loin d’une crise diplomatique! J’ai beaucoup aimé l’écriture de Lawrence Durrell aussi vive qu’impertinente. Chaque nouvelle est un court sketch avec de nouveaux personnages et de nouvelles situations toujours très drôles. J’avoue bien volontiers m’être délectée de chacune d’entre elles et de leur chute.

Je suis assez friande de recueil de nouvelles. Celui-ci est réussi et m’a fait passer de belles heures de lecture. C’est très bien écrit et drôle. Je suis ravie d’avoir découvert le travail et la plume de Lawrence Durrell et j’espère bien ne pas m’arrêter là.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Les oiseaux et autres nouvelles de Daphne du Maurier
  • Mr Ashenden, agent secret de Somerset Maugham
  • Un dernier moment de folie, nouvelles oubliées de Richard Yates

Fanny