Les indociles de Murielle Magellan

9782260024118Résumé de l’éditeur : «Ce n’est pas une romance, pense Olympe. On ne voit rien d’elle que ses mains, et pourtant on a la sensation de son emprise sur lui. Pas de l’amour ; du pouvoir. Olympe scrute. Sonde. Dans sa chambre ronde, assise en tailleur sur son lit, l’ordinateur entre ses cuisses, Jean-Sébastien Bach dans le casque, elle agrandit l’image. Une main, un dos. C’est le sujet du peintre. À l’arrière-plan, c’est de l’aquarelle noire. Elle aime cette main de femme. Elle aime ce dos rose d’homme. Musclé mais rose bonbon. Elle voudrait être avec eux. Dans le tableau. Surtout dans ce qu’on ne voit pas du tableau. »

J’avais découvert Murielle Magellan avec son précédent roman N’oublie pas les oiseaux. Il m’avait beaucoup plu, c’est donc tout naturellement que j’ai voulu retenter l’expérience avec ce nouvel ouvrage. Nous découvrons une jeune femme, Olympe, qui ne vit que pour son travail de galeriste en plein essor. L’auteur nous dépeint le portrait grinçant du milieu de l’art et du fonctionnement des galeries où il faut absolument miser sur le bon cheval qui rapportera gros. On voyage entre Paris et Montpellier où on découvre en même temps que les protagonistes un peintre âgé aux abords bougons qui, sans y paraitre, va finalement donner un vrai sens à la vie d’Olympe. Le contexte général m’a donc plu.

Olympe est un personnage intéressant qui se perd parfois dans ses multiples parties de jambes en l’air ainsi que dans son travail. On a l’impression qu’elle essaye de remplir une faille qu’elle a depuis toute jeune. C’est surement sa manière de panser un traumatisme important. C’est d’ailleurs ce qui permet de s’attacher à elle car par moment elle peut être assez exaspérante dans sa manière d’interagir avec autrui. Mais lorsqu’elle tombe réellement amoureuse, que se passe-t-il ? Comment réagit-elle ? C’est toute la question que pose ce roman. Certains ne sont peut-être juste pas faits pour les relations classiques et longues et se sentent à l’étroit dans un engagement trop important.

Murielle Magellan signe ici un roman plein de sens. Elle traite de thèmes pas forcément très courants en littérature. J’ai parfois eu quelques difficultés à comprendre Olympe. Elle a des réactions assez troublantes que l’on finit par apprivoiser. L’auteur confirme donc son talent auprès de moi.

logo_julliard_carr_Vous aimerez aussi découvrir :

  • Fanny de Charlotte Bousquet
  • N’oublie pas les oiseaux de Murielle Magellan
  • Un beau jour peut-être de Lauren Graham

Fanny

Advertisements

5 commentaires sur « Les indociles de Murielle Magellan »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s