L’immeuble Christodora de Tim Murphy

Résumé de l’éditeur : New York. Milly et Jared, couple aisé animé d’ambitions artistiques, habite l’immeuble Christodora, vieux building de Greenwich Village. Les habitants du Christodora mènent une vie de bohèmes bien loin de l’embourgeoisement qui guette peu à peu le quartier. Leur voisin, Hector, vit seul. Personnage complexe, ce junkie homosexuel portoricain n’est plus que l’ombre du militant flamboyant qu’il a été dans les années quatre-vingt. Mateo, le fils adoptif de Milly et Jared, est choyé par ses parents qui voient en lui un artiste. Mais le jeune homme, en plein questionnement sur ses origines, se rebelle contre ses parents et la bourgeoisie blanche qu’ils représentent. Milly, Jared, Hector et Mateo, autant de vies profondément liées d’une manière que personne n’aurait pu prévoir. Dans cette ville en constante évolution, les existences de demain sont hantées par le poids du passé.

Avant de commencer ma lecture, je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre avec cette ouvrage. A la vue du résumé, je me suis doutée que ce roman serait rude et fort. Le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu une seule seconde. Mais j’avoue adorer lire ce genre de roman qui ouvre les yeux du lecteur et bouscule ses certitudes. L’immeuble Christodora nous fait rencontrer une multitude de personnages sur plusieurs générations en partant des années 80 jusqu’en 2021. On suit la chute ou au contraire l’élévation de chacun. On se rend vite compte que rien n’est écrit à l’avance et qu’une vie est faite de rebondissements insoupçonnables. Du processus créatif, en passant par les dégâts de la drogue et les ravages du sida, Tim Murphy nous donne à voir une Amérique réaliste sans filtre et loin des strass.

L’auteur connait son sujet, c’est certain. Les années sida aux États-Unis nous sont clairement explicitées ici. J’ai suivi avec passion mais aussi avec effroi le combat acharné pour faire reconnaitre la gravité de cette maladie et trouver une médication.  Il dépeint une époque finalement pas si lointaine de la notre. C’est donc, à mon sens, un roman engagé. C’est un vrai cri contre l’administration de l’époque, contre la lenteur des prises de décision et contre une société trop attentiste. Il met en avant tous les militants qui ont finalement permis les avancées qu’ils n’espéraient plus. C’est également un hommage à toutes les personnes atteintes de cette terrible maladie et à celles disparues faute de soins. Tim Murphy apporte de l’humanité et de la bienveillance envers ces écorchés vifs.

Un roman dense et fort. Il est aussi édifiant à propos des ravages de la drogue et d’une maladie dont on entend peu parler aujourd’hui mais qui fait pourtant toujours des victimes. J’ai adoré suivre ces destins incroyables. Il s’agit d’un récit passionnant doublé d’une grande humanité, de beaucoup d’émotion et d’un bel engagement.

plonVous aimerez aussi découvrir :

  • City on fire de Garth Risk Hallberg
  • Les indociles de Murielle Magellan
  • Vice et vertu : Mon amie Odalie de Suzanne Rindell

Fanny

Advertisements

8 commentaires sur « L’immeuble Christodora de Tim Murphy »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s