La proie du papillon de Stéphane Soutoul

LaProiePapillon_CouvRésumé de l’éditeur : Sulfureux. Indécents. Mortels… Avez-vous déjà entendu parler des Fils d’Éros ? On prétend à mi-voix que ces professionnels de la séduction joueraient avec les sentiments et bouleverseraient la vie de leurs victimes. Judith de Ringis est une femme d’affaires aussi douée qu’impitoyable. Pour se débarrasser d’une concurrente gênante, elle requiert les services de l’un de ces mercenaires. Marco, dit le Papillon, s’engage à briser sa proie. Cependant, manipuler les choses de l’amour n’est jamais simple, surtout quand les plus redoutables prédateurs se révèlent, eux aussi, capables d’émotions…

Stéphane Soutoul est l’auteur de la très chouette série d’urban fantasy Anges d’Apocalypse que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire et à suivre. J’étais curieuse de le découvrir dans un genre tout à fait différent puisque La proie du papillon est un thriller sentimental. Je dois bien avouer que ce n’est pas du tout mon type de lecture. Les codes qui régissent cette littérature ne me font généralement pas décoller. Ici on n’échappe pas aux habituels hommes à la stature incroyable et aux compétences sexuels inépuisables (ceci est aussi valable pour l’héroïne). C’est très loin de me faire rêver. Cependant, j’ai retrouvé l’écriture propre à l’auteur que j’ai toujours aimé lire. C’est fluide, franc et sans détour.

L’ensemble est plutôt bien mené. Les dialogues sont plein de réparties, s’enchainent très bien et apportent du rythme. Je me suis assez vite doutée du dénouement sans savoir comment on n’en arriverait là ni qui en serait l’instigateur. Les cinquante dernières pages sont celles que j’ai surement préféré. Elles sont à la fois justes et terribles, bien menées et possèdent une vraie force. Le moins que l’on puisse dire est que Stéphane Soutoul n’épargne pas ses personnages. Judith est détestable et ne se remet jamais en question. Elle va apprendre l’humilité et la gentillesse à ses dépens. Les autres personnages ont des facettes multiples et sont intéressants à suivre.

Voici donc une lecture que je n’ai pas savouré comme je l’aurais souhaité. Ce n’est pas un genre avec lequel je me sens à l’aise et que j’aime particulièrement lire. Cependant, je reconnais les qualités d’écriture de Stéphane Soutoul et le dénouement qui m’a particulièrement plu.

946168_484112411780639_383840349698131755_nVous aimerez aussi découvrir :

  • Adam Clarks de Régis Hautière et Antonio Lapone
  • Anges d’Apocalypse, Tome 1 : Le Tourment des aurores de Stéphane Soutoul
  • Si proche de lui de Stéphane Soutoul

Fanny

Publicités

7 commentaires sur « La proie du papillon de Stéphane Soutoul »

  1. Comme toi, je n’apprécie pas ce genre! Je trouve les personnages stéréotypés, sans grande épaisseur, l’intrigue simpliste et le plus souvent, le style très médiocre. Si là on a moins sauvé la stylistique, c’est déjà ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s