L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe / Rentrée littéraire 2016

9782221187777Résumé de l’éditeur : Avril 1942 : Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les « terroristes ». Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est de le transformer en un exécutant fidèle et d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police. De retour à Paris, il reçoit l’ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent-double que la Gestapo soupçonne d’appartenir à un réseau antinazi. Par ailleurs, Sadorski, persuadé d’avoir découvert un groupe de résistants juifs, part seul à la recherche des assassins d’une jeune droguée des beaux quartiers, réputée pour coucher avec les soldats de la Wehrmacht, dont le corps a été retrouvé en banlieue, violée et tuée de quatre balles…

Romain Slocombe est un auteur connu et reconnu mais dont je n’avais encore jamais lu de livre. L’affaire Léon Sadorski est pour le moins déroutant et hors du commun. Dès les premières pages, nous faisons la connaissance de Léon, inspecteur pour les renseignements généraux de la Préfecture de police de Paris. Il a tout de l’anti-héros qu’on ne peut que détester. En effet, c’est un antisémite notoire, il n’hésite pas à mentir sur les fiches des personnes surveillées et a souvent des pensées équivoques. L’auteur remet les choses à leur place et n’hésite pas à bousculer les idées reçues concernant la France de la Seconde Guerre mondiale. Certains éléments sont encore tabous et non-dits aujourd’hui. Romain Slocombe nous donne donc à voir l’envers du décor, ce qu’on a parfois tenté de cacher et d’enjoliver. Ce roman est une véritable aventure trouble entre Paris et Berlin.

Léon Sadorski est un personnage qui nous croyons, à tort, très vite cerné car toute l’ambiguïté cachée en lui ne tarde pas à faire surface. En effet, il est l’acteur d’un des pires crimes contre l’humanité mais sait aussi se montrer tendre avec sa femme et parfois faire preuve de clémence. Cet homme nous met sans cesse mal à l’aise. C’est également ce qui fait la réussite de ce roman et bouscule notre esprit. Le travail de documentation pour écrire un tel livre est colossal. Cela se ressent à tous les détails insérés ici et là et qui donnent une dimension réaliste au récit. C’est passionnant mais aussi terrifiant de découvrir les coulisses du régime de Vichy allié au régime nazi, un sacré cocktail de destruction, de traque, d’extermination et d’installation d’une idéologie. L’écriture maitrisée de l’auteur dépeint très bien l’ambiance sombre, délétère et pesante de cette période.

Ce roman noir flirtant avec le thriller m’a beaucoup plu. L’auteur nous décrit sans concession toute l’ambiguïté et la laideur de la période troublée que fut la Seconde Guerre mondiale et plus précisément la participation active de la France à collaborer avec le Troisième Reich (encore taboue et parfois enjolivée aujourd’hui). C’est intéressant et bien écrit. Je conseille fortement cette lecture qui me semble nécessaire.

logo-robert-laffontVous aimerez aussi découvrir :

  • Dès l’aube de Isabelle Florel
  • La petite femelle de Philippe Jaenada
  • Paris est une fête de Ernest Hemingway

Fanny

Publicités

16 commentaires sur « L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe / Rentrée littéraire 2016 »

  1. Je n’ai jamais lu cet auteur non plus. Le livre a en effet l’air très intéressant, d’autant que j’avoue assez mal connaître les coulisses du régime de Vichy, à part les grandes lignes. Mais je me demande s’il est facile d’entrer dans le livre avec un personnage aussi détestable.

    1. Le lecteur est sans cesse mis dans une position inconfortable car le personnage est plein d’ambiguïté à l’image de cette période. Nous sommes poussés à continuer la lecture par l’envie d’en savoir toujours plus et de découvrir si une part d’humanité se dégage de Léon, et ce n’est pas gagné!

  2. Je n’ai jamais lu de fiction se déroulant sous le régime de Vichy… Et celui-ci me semble très intéressant. J’ai pas mal étudié cette partie de l’histoire dans le cadre de mes études et notamment le fait qu’il y encore beaucoup de vérités concernant certains Français et leur rôle sous l’occupation qui n’ont pas été dévoilées. Je note ce titre du coup!
    Merci pour ta chronique,
    Victoire

    1. Je ne connaissais pas l’auteur avant de découvrir son nouveau roman. En faisant quelques recherches avant de commencer ma lecture, je me suis rendue compte que le titre que tu donnes a été plébiscité. J’essaierais de le découvrir. Merci Julie!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s