3 romans, 3 avis, 1 billet

Petit à petit je rattrape mon retard. J’ai lu beaucoup de livres ces derniers mois dont je souhaite vous parler. Voici donc une nouvelle fournée de trois ouvrages très différents les uns des autres.

Gala et Dali : de l’autre côté du miroir de Dominique de Gasquet et Paquita Llorens Vergés

Dominique de Gasquet a partagé des moments inoubliables avec Salvador et Gala Dalí alors qu’elle n’était encore qu’une jeune femme. Plusieurs décennies plus tard, elle décide de retrouver les intimes de ce couple hors du commun et mythique afin d’écrire ce livre. C’est évidemment un hommage à Gala et Dalí mais aussi à toute une époque, à l’art, à une ville espagnole du nom de Cadaquès (bien rendue par de belles descriptions), à Arturo et Paquita (domestiques mais surtout amis indéfectibles). J’ai beaucoup appris sur ces deux personnalités au caractère bien trempé et sur leur vie pour le moins extraordinaire. Les quelques photos d’archives qui agrémentent l’ouvrage sont superbes et donnent une matière palpable à tout ce qui est raconté.

logo-robert-laffont

Lettres choisies de la famille Brontë (1821-1855) recueil de Constance Lacroix

Je voue une admiration et une adoration particulières pour Charlotte, Anne et Emily Brontë. Après cette lecture, cette sensation n’a fait que se renforcer. Ce recueil est une vraie pépite ainsi qu’une mine d’informations directes. On découvre la vie difficile d’une petite paroisse de la partie nord de l’Angleterre. La météorologie, le paysage, la maladie, l’éloignement de grandes villes ne font pas d’Haworth un endroit propice à l’épanouissement. Et pourtant, la fratrie Brontë va puiser dans son imagination pour surmonter leur condition. Les lettres de Charlotte sont majoritaires. Cette dernière est extrêmement clairvoyante sur sa situation de femme. Dans les moments d’abattement, elle arrive toujours à rebondir. De la peine, de la joie et de l’émotion avec ce bel ouvrage.

L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski de Romain Slocombe

Le premier opus en compagnie de Léon Sadorski m’avait déjà fait froid dans le dos et aussi beaucoup réfléchir. Nous le retrouvons dans ce nouveau tome plus virulent et remonté que jamais. Romain Slocombe nous propulse une nouvelle fois en plein cœur de l’occupation allemande à Paris durant la Seconde Guerre mondiale. Il nous introduit dans les coulisses de la collaboration et de la traque des indésirables selon l’idéologie nazie. Léon Sadorski est un personnage plus qu’ambigu à la psychologie brouillée. Les descriptions des différentes scènes de tortures auxquelles nous assistons ainsi que de la rafle du Vél’ d’Hiv sont impressionnantes et difficilement tenables. La violence et l’acharnement sont inouïs. Ce roman est percutant et saisissant.

logo-robert-laffont

Vous aimerez aussi découvrir :

  • L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe
  • Le monde infernal de Branwell Brontë de Daphne du Maurier
  • Mariage en douce d’Arianne Chemin

Fanny

Publicités

L’affaire Léon Sadorski de Romain Slocombe / Rentrée littéraire 2016

9782221187777Résumé de l’éditeur : Avril 1942 : Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Il fait très correctement son travail à la 3e section des Renseignements généraux, contrôle et arrête les Juifs pour les expédier à Drancy. De temps en temps, il lui arrive de donner un coup de main aux Brigades spéciales, d’intervenir contre les « terroristes ». Mais Sadorski est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, où on le jette en prison. Le but des Allemands est de le transformer en un exécutant fidèle et d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police. De retour à Paris, il reçoit l’ordre de retrouver son ancienne maîtresse, Thérèse Gerst, mystérieuse agent-double que la Gestapo soupçonne d’appartenir à un réseau antinazi. Par ailleurs, Sadorski, persuadé d’avoir découvert un groupe de résistants juifs, part seul à la recherche des assassins d’une jeune droguée des beaux quartiers, réputée pour coucher avec les soldats de la Wehrmacht, dont le corps a été retrouvé en banlieue, violée et tuée de quatre balles…

Romain Slocombe est un auteur connu et reconnu mais dont je n’avais encore jamais lu de livre. L’affaire Léon Sadorski est pour le moins déroutant et hors du commun. Dès les premières pages, nous faisons la connaissance de Léon, inspecteur pour les renseignements généraux de la Préfecture de police de Paris. Il a tout de l’anti-héros qu’on ne peut que détester. En effet, c’est un antisémite notoire, il n’hésite pas à mentir sur les fiches des personnes surveillées et a souvent des pensées équivoques. L’auteur remet les choses à leur place et n’hésite pas à bousculer les idées reçues concernant la France de la Seconde Guerre mondiale. Certains éléments sont encore tabous et non-dits aujourd’hui. Romain Slocombe nous donne donc à voir l’envers du décor, ce qu’on a parfois tenté de cacher et d’enjoliver. Ce roman est une véritable aventure trouble entre Paris et Berlin.

Léon Sadorski est un personnage qui nous croyons, à tort, très vite cerné car toute l’ambiguïté cachée en lui ne tarde pas à faire surface. En effet, il est l’acteur d’un des pires crimes contre l’humanité mais sait aussi se montrer tendre avec sa femme et parfois faire preuve de clémence. Cet homme nous met sans cesse mal à l’aise. C’est également ce qui fait la réussite de ce roman et bouscule notre esprit. Le travail de documentation pour écrire un tel livre est colossal. Cela se ressent à tous les détails insérés ici et là et qui donnent une dimension réaliste au récit. C’est passionnant mais aussi terrifiant de découvrir les coulisses du régime de Vichy allié au régime nazi, un sacré cocktail de destruction, de traque, d’extermination et d’installation d’une idéologie. L’écriture maitrisée de l’auteur dépeint très bien l’ambiance sombre, délétère et pesante de cette période.

Ce roman noir flirtant avec le thriller m’a beaucoup plu. L’auteur nous décrit sans concession toute l’ambiguïté et la laideur de la période troublée que fut la Seconde Guerre mondiale et plus précisément la participation active de la France à collaborer avec le Troisième Reich (encore taboue et parfois enjolivée aujourd’hui). C’est intéressant et bien écrit. Je conseille fortement cette lecture qui me semble nécessaire.

logo-robert-laffontVous aimerez aussi découvrir :

  • Dès l’aube de Isabelle Florel
  • La petite femelle de Philippe Jaenada
  • Paris est une fête de Ernest Hemingway

Fanny