Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : « Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux. Moi, je ne voulais pas me taire. Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste. Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

Qu’est-ce qui pousse un homme brillant, drôle et entouré à mettre fin à ses jours? C’est la question à laquelle tente de répondre Olivia de Lamberterie dans son tout premier livre, véritable linceul pour son petit-frère Alexandre. Je vous préviens tout de suite, cet ouvrage est un coup de cœur. J’ai tourné chaque page avec cette impression de retenir ma respiration, comme en apnée. Ce livre touche à une peur qu’on porte tous en nous : la perte. Paradoxalement, le sujet est difficile mais j’ai eu bien du mal à quitter Olivia et Alexandre. Nous apprenons à les connaître : leur enfance, leur complicité, leur parcours, leur part d’ombre.

Ce livre est écrit sur le vif, en témoigne la spontanéité qui se dégage de chaque phrase. Avec sa plume franche, Olivia de Lamberterie fait revivre son petit frère. Elle donne ainsi un pouvoir unique à chaque lecteur : redonner à leur tour une nouvelle existence à Alex. Face à son chagrin, l’écrivaine a décidé d’« inventer une manière joyeuse d’être triste ». Plusieurs passages sont donc très drôles grâce à des anecdotes, des situations improbables ou des expressions. C’est aussi le combat contre la noirceur qui s’installe inéluctablement. La psychiatrie n’en est finalement qu’à ses balbutiements et les diagnostics sont bien difficiles à poser.

Olivia dépose tout ce qu’elle a sur le cœur entre les pages de son livre. Elle ne tente pas de repousser à tout prix son chagrin mais plutôt de vivre avec et de faire au mieux. Cette idée a fait écho en moi. Ce livre est déchirant, percutant, édifiant sur bien des élèments mais aussi joyeux par moment. C’est une pépite à l’état brut, clairvoyante et si vraie. Je ne peux que vous conseiller de faite revivre Alex à votre tour en lisant les mots d’Olivia de Lamberterie.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Chronique d’hiver de Paul Auster
  • Croquis d’une vie de bohème de Lesley Blanch
  • La vocation de Sophie Fontanel

Fanny

La disparition d’Adèle Bedeau de Graeme Macrae Burnet / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : L’évidence n’est pas toujours la vérité. Manfred Baumann est un solitaire. Timide, inadapté, secret, il passe ses soirées à boire seul, en observant Adèle Bedeau, la jolie serveuse du bar de cette petite ville alsacienne très ordinaire. Georges Gorski est un policier qui se confond avec la grisaille de la ville. S’il a eu de l’ambition, celle-ci s’est envolée il y a bien longtemps. Peut-être le jour où il a échoué à résoudre une de ses toutes premières enquêtes criminelles, qui depuis ne cesse de l’obséder. Lorsque Adèle disparaît, Baumann devient le principal suspect de Gorski. Un étrange jeu se met alors en place entre les deux hommes. Une affaire en apparence banale, des vies, une ville, qui le sont tout autant… Graeme Macrae Burnet nous démontre ici avec une incroyable virtuosité que la banalité n’existe pas : elle est la couverture de l’inattendu. À la façon des grands maîtres du noir, de Simenon à Chabrol, il transfigure avec un incroyable talent l’histoire de ses deux héros, paralysés par un passé mystérieux, dont la délivrance réserve bien des surprises.

Comme vous l’aurez sûrement remarqué, le polar n’est pas très présent sur le blog. Et pour cause, c’est un genre littéraire que j’explore assez peu. Le Grand prix des lectrices Elle 2019 me donne donc l’occasion de le découvrir davantage. Ce roman d’un auteur écossais prend place en Alsace, c’est déjà suffisamment improbable pour éveiller ma curiosité. Saint-Louis est une commune moyenne et morne comme il en existe des milliers en France. L’atmosphère de ces endroits est assez bien retranscrite entre les bars, les petites boutiques, les quartiers résidentiels et les racontars. Les jours de ces années 80 semblent s’écouler lentement, tous identiques.

Le rythme est plutôt lent. Graeme Macrae Burnet prend son temps et nous détaille le passé obscur des deux protagonistes principaux. D’un coté, Gorski, un inspecteur freiné et hanté par une affaire de ses débuts. De l’autre, Manfred, un homme au lourd passé et à l’imagination débordante mais surtout adepte de petits mensonges qui vont vite lui jouer des tours. Je n’ai pas ressenti de grosse surprise avec cette intrigue. La chute est saisissante mais également assez prévisible. Ce roman est clairement un hommage à Simenon et à son célèbre héros Maigret ainsi qu’au cinéma de Claude Chabrol. Dès la préface, le ton est donné.

Je n’ai pas été surprise par les différentes révélations et la chute. Par contre, ce roman aux personnages intrigants, à l’atmosphère soignée et au contexte général réaliste m’a tout de même fait passer un bon moment de lecture. L’ambiance à l’ancienne des années 80 y est excellente. Je surveillerais sûrement les prochaines parutions de Graeme Macrae Burnet.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Black-out de John Lawton
  • La mort s’habille en crinoline de Jean-Christophe Duchon-Doris
  • Le bal des hommes d’Arnaud Gonzague et Olivier Tosseri

Fanny

Un gentleman à Moscou d’Amor Towles / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : Au début des années 1920, le comte Alexandre Illitch Rostov, aristocrate impénitent, est condamné par un tribunal bolchévique à vivre en résidence surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou, où le comte a ses habitudes, à quelques encablures du Kremlin. Acceptant joyeusement son sort, le comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés, restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le personnel de sa prison dorée – officiant bientôt comme serveur au prestigieux restaurant Boyarski –, des diplomates étrangers de passage – dont le comte sait obtenir les confidences à force de charme, d’esprit, et de vodka –, une belle actrice inaccessible – ou presque ­–, et côtoie les nouveaux maîtres de la Russie. Mais, plus que toute autre, c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse le cours de sa vie bien réglée au Metropol. Trois décennies durant, le comte vit nombre d’aventures retranché derrière les grandes baies vitrées du Metropol, microcosme où se rejouent les bouleversements la Russie soviétique.

Un gentleman à Moscou est un roman étonnant. Ici, pas de rythme haletant, pas de révélation inattendue ni de tension insoutenable. Amor Towles nous propose de suivre pendant trente deux ans un aristocrate russe assigné à résidence au Metropol, hôtel en plein cœur de Moscou. Après cette condamnation par le tout nouveau régime bolchévique, notre gentleman fait contre mauvaise fortune bon cœur. Ce roman est donc avant tout un personnage. Alexandre Rostov possède des manières impeccables et l’allure d’un dandy. Les informations le concernant nous sont apportées au compte goutte. La plume d’Amor Towles m’a beaucoup plu. Elle est descriptive et empreinte d’un humour pince-sans-rire délicieux.

Le romancier nous entraîne dans une lente déambulation au sein du Metropol que nous finissons par connaitre comme notre poche. Entre suites luxueuses, restaurants huppés et sous-sols contenant les coulisses de cette grosse machine, c’est une micro-société qui nous est donnée à voir. Les personnages secondaires sont hauts en couleur et attachants. Ce roman dégage un charme suranné dans une époque où les codes de l’aristocratie sont proscrits et semblent obsolètes. Le contexte historique est présent par petites touches, de la révolution d’Octobre à Nikita Khrouchtchev. Toutes les références à la littérature et à la poésie russes sont un régal. Elles donnent envie de découvrir et redécouvrir Tolstoï, Dostoïevski ou encore Tourgueniev.

Ce roman est loin de faire l’unanimité, je lui ai pourtant trouvé un certain charme. J’ai appris à connaitre Alexandre Rostov et ce fut bien difficile de le quitter. Son caractère, son charisme, son intelligence m’ont marquée. Les personnages secondaires sont tout aussi présents et attachants : Nina, Sofia, Andreï, Marina et les autres. Les références littéraires et historiques sont également très intéressantes et donnent envie d’aller plus loin. Une très bonne lecture.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Croquis d’une vie de bohème de Lesley Blanch
  • Scoop d’Evelyn Waugh
  • La guerre et la paix de Léon Tolstoï

Fanny

Tu t’appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider / Rentrée littéraire 2018

Résumé de l’éditeur : « Tu étais libre et sauvage. D’une beauté à couper le souffle. Tu n’étais plus une enfant, pas encore une adulte quand tu enflammas la pellicule du Dernier Tango à Paris, un huis clos de sexe et de violence avec Marlon Brando. Tu étais ma cousine. J’étais une petite fille et tu étais célèbre. Tu avais eu plusieurs vies déjà et de premières fêlures. Tu avais quitté ta mère à quinze ans pour venir vivre chez mes parents. Ce Tango marquait le début d’une grande carrière, voulais-tu croire. Il fut le linceul de tes rêves. Tu n’étais préparée à rien, ni à la gloire, ni au scandale. Tu as continué à tourner, mais la douleur s’est installée. Cette histoire, nous nous étions dit que nous l’écririons ensemble. Tu es partie et je m’y suis attelée seule, avec mes souvenirs, mes songes et les traces que tu as laissées derrière toi. Ce livre parle beaucoup de toi et un peu de moi. De cinéma, de politique, des années soixante-dix, de notre famille de fous, de drogue et de suicide, de fêtes et de rires éclatants aussi. Il nous embarque à Londres, à Paris, en Californie, à New York et au Brésil. On y croise les nôtres et ceux qui ont compté, Alain Delon, Brigitte Bardot, Patti Smith, Marlon Brandon, Nan Goldin… Ce livre est pour toi, Maria. Je ne sais pas si c’est le récit que tu aurais souhaité, mais c’est le roman que j’ai voulu écrire ».

Pour commencer, je dois bien avouer que Maria Schneider m’était totalement inconnue. J’ouvre donc ce livre et je découvre. Je découvre une jeune femme dépassée par le scandale d’un film dont elle partage l’affiche avec Marlon Brando, Le dernier tango à Paris. Ce dernier la poursuivra toute sa vie. Se dessinent aussi l’enfer de la drogue, de la dépression, de l’aigreur parfois et du rouleau-compresseur de la grosse machine du cinéma. Une vie faite de désillusion, de déchéance mais aussi de rares joies et d’envies. L’écrivaine utilise son livre comme medium pour entamer une conversation avec Maria. Elle emploie le tutoiement de la première à la dernière page. Vanessa Schneider nous propose un portrait sans concession de sa célèbre cousine. Elle la décrit comme une grande sœur dont l’écart d’âge important lui confère une aura mystérieuse, un peu floue mais provoque une fascination chez la jeune fille puis une véritable obsession.

Vanessa Schneider nous livre sa vérité. Sa colère est clairement présente, contre le réalisateur du Dernier tango à Paris, contre les personnes ayant laissées tomber Maria au fil des ans, contre les secrets des plateaux de tournage, contre le manque de tact et de respect des médias. Cependant, derrière le portrait de l’actrice, il est aussi question du parcours de Vanessa, de son enfance dans une famille hors du commun dans les années 80, de son adolescence puis de sa complicité d’adulte avec Maria. Il est dommage qu’une fois la dernière page du livre tournée, l’impression du souhait absolu de Vanessa Schneider d’une réhabilitation à tout prix prenne beaucoup de place. Il manque la voix et l’opinion de Maria que j’aurais beaucoup aimé lire. Elle en aurait eu des choses à nous raconter, mais elle n’aura jamais eu l’occasion de s’exprimer réellement. Ceci me laisse un goût un peu amer lorsque je repense à elle.

Vanessa Schneider nous livre le récit intime de l’existence éprouvante de Maria Schneider. La sincérité et la tendresse qui transparaissent de ces pages sont touchantes. Une certaine colère est également présente tout comme l’envie d’une réhabilitation. Cette dernière est louable puisqu’elle redonne une voix à Maria, mais elle est peut-être un peu trop prégnante dans certains passages.

Lu dans le cadre du Grand prix des lectrices Elle 2019.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Gala et Dali : de l’autre côté du miroir de Dominique de Gasquet
  • Mariage en douce d’Ariane Chemin
  • Vivre vite de Philippe Besson

Fanny