Si je reste de Gayle Forman

9782266195225Résumé de l’éditeur : Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle. Quand, un jour, tout s’arrête. Ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture… Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après. Sortir du coma, d’accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste…

Ce livre dormait dans ma pile à lire depuis quelques temps déjà. Les avis enthousiastes et les conseils de plusieurs personnes m’ont donné envie de me lancer. Malheureusement, c’est loin d’être un coup de cœur. En effet, plusieurs éléments sont venus perturber ma lecture. D’abord, l’idée de base est un sujet dur. On s’attend donc à ce que l’auteur sache faire transparaitre la douleur morale d’une telle situation. Ce n’est pas du tout le cas. L’ensemble reste en surface et manque franchement de profondeur. Ensuite, Mia n’est pas un personnage particulièrement attachant. Elle assez froide. Pour tout vous dire, je n’ai pas vraiment su la cerner.

L’idée du dilemme de continuer à vivre ou non est intéressante. En effet, ce tiraillement entre les morts et les vivants m’a beaucoup plu. Adam est un personnage qui m’a séduite même si finalement on ne connait que peu de choses de lui. Le second tome se déroule de son point de vue et me laisse à penser que je l’aimerais davantage. Les flashbacks sont intéressants, ils permettent de découvrir la vie de famille de Mia, ses aspirations, son amour pour Adam, son amitié avec Kim. Le milieu de la musique ainsi que l’environnement familiale bohème sont aussi des éléments que j’ai su appréciés et retenir.

Ce roman me laisse comme un goût d’inachevé. L’auteur aurait pu aller plus loin et nous proposer une histoire inoubliable. Cependant, Adam, le choix de vie ou de mort ainsi que les différents flashbacks viennent redresser le tout. Je suis impatiente de lire la suite que l’on m’a chaudement recommander lors du club de lecture auquel je participe dans ma ville.

Vous aimerez aussi découvrir :

  • Le monde de Charlie de Stephen Chbosky
  • Les quatre Grâces de Patricia Gaffney
  • Ma grand-mère vous passe le bonjour de Fredrick Backman

Fanny

Publicités

Le Puits des mémoires, Tome 1 : La traque de Gabriel Katz

9782266244510

Résumé de l’éditeur : Trois hommes se réveillent dans les débris d’un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d’eux n’a le moindre souvenir de son nom, de son passé, ni de la raison pour laquelle il se retrouve là, en haillons, sur une terre inconnue et glacée. Sur leurs traces, une horde de guerriers venus de l’autre bout du monde met le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués, ils vont devoir apprendre à travailler ensemble afin de découvrir la vérité, et survivre dans un monde où règnent violence, complots et magie noire.

Je lis peu de fantasy et pourtant c’est un genre que j’apprécie en général. L’approche du festival des Imaginales, qui s’est déroulé du 28 au 31 mai 2015, est souvent l’occasion de renouer avec ce type de roman. Le côté fantastique reste classique mais intéressant. Au rendez-vous : de la magie et des créatures. Rien d’extraordinaire donc mais l’auteur a le mérite d’avoir su mettre en place dès ce premier tome une fantasy accessible. Les plus jeunes comme les moins jeunes trouveront forcément leur compte dans cette histoire. Il y a quelques traits d’humour grâce à certaines situations ou encore des répliques ironiques. Ils apportent un peu de légèreté à ce récit où la traque, la fuite, la conspiration, la violence, et les coups bas sont monnaie courante.

Nous suivons principalement trois personnages dont la mémoire s’est complètement altérée. Ils possèdent des caractères forts et sont de ce fait très marquant. Olen est l’éternel amoureux, Karib possède des pouvoirs hors du commun et Nils est silencieux mais habile au lancée de couteaux. Malgré des mésaventures, des rencontres malheureuses et des maladresses, nous comprenons assez vite que ces protagonistes sont les acteurs d’un événement lourd de conséquences  et sont voués à un grand destin. Nous sommes également face à des figures complètement machiavéliques qui sont prêtent à tout pour obtenir vengeance et pouvoir.

Une bonne entrée en matière que ce premier tome. L’auteur a su attirer mon attention et me donner envie de continuer sa série. Même si les éléments de fantasy sont assez classiques, j’ai très envie de retrouver prochainement nos trois héros et de connaitre les tenants et les aboutissants de leur histoire car je suis certaines que des révélations m’attendent.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Pocket

massecritique     images

Fanny

Tous les rêves du monde de Theresa Revay

811vxTOrZwL

Après avoir lu Dernier été à Mayfair qui a été un de mes coups de cœur de l’année 2012, je continue ma découverte de l’œuvre de Theresa Revay avec ce roman publié en 2009.

Xénia Ossoline est une femme à la vie marquée par l’Histoire. Elle a connu l’exil de sa Russie natale vers Paris en 1917. Elle traverse la seconde guerre mondiale non sans mal. C’est en 1944 qu’on la retrouve. Après la mort de son mari, elle décide de partir pour Berlin afin de savoir si son amant qu’elle a toujours aimé est vivant. Mais ce qu’elle ne sait pas encore c’est qu’elle va retrouver un homme rescapé d’un camp de concentration qui n’est plus que l’ombre de lui même. Le sort semble s’acharner puisque Xénia porte de lourds secrets qu’elle devra un jour ou l’autre confesser. Ceci est l’histoire principale. Mais ce roman recèle de nombreuses autres histoires parallèles. Les liens entre les personnages se nouent et se dénouent comme soumis à une certaine fatalité. Les personnages sont très attachants car malmenés par l’Histoire. Leurs sentiments sont décris avec une justesse impressionnante. Les mots sont toujours justes et choisis avec finesse.

J’ai aimé ce roman. Theresa Revay nous entraine dans les méandres de cette époque sombre et trouble d’épuration et de reconstruction difficile entre Paris, Berlin et New York. Ce roman historique est aussi instructif que divertissant.  L’auteure a réalisé un travail de recherche  très précis. Les événements historiques sont détaillés. J’ai vraiment adoré ça.

La fin m’a donné du baume au cœur. Une conclusion douce-amère. Je me suis surprise à frissonner lors du dernier chapitre. J’ai reconnu tout le talent de cette écrivain. Merci donc pour ce beau moment de lecture.

Je vous mets le billet de Céline qui m’a donné envie de lire ce roman : Tous les rêves du monde – Les livres de Céline.

Fanny