L’œuf de Lennon de Kevin Barry

sans-titre

Résumé de l’éditeur : L’Œuf de Lennon imagine le voyage incognito du célèbre Beatles, en 1978, sur l’île qu’il a achetée au large de la côte ouest irlandaise quelques années plus tôt. En pleine crise existentielle, John décide d’aller s’isoler là-bas pour y pousser son cri primal et se libérer de ses démons. Mais pour ce faire, il doit d’abord quitter discrètement la côte en compagnie de son chauffeur – à l’occasion guide spirituel – Cornelius O’Grady, sorte de Sancho Panza à l’irlandaise. De rencontres improbables en mésaventures, de séances de chamanisme en beuveries sous des cieux peu cléments, le voyage prend peu à peu des allures d’odyssée… Tout à la fois portrait de l’artiste et ballade picaresque, ce roman est un voyage à travers la grandiose nature irlandaise et la non moins grandiose nature de Lennon. Portée par ce personnage qui semble dépassé par sa propre mythologie, la plume de Barry interroge l’acte créateur et la nature même de l’identité avec une féroce et délicieuse intelligence.

L’oeuf de Lennon est clairement à classer dans les ovnis littéraires. En effet, Kevin Barry nous propose un voyage aux côtés de John Lennon et de Cornelius (son chauffeur, guide et parfois maître à penser). Mais c’est un parcours un peu particulier que nous allons suivre entre scènes surréalistes et oniriques à l’ambiance parfois enfumée de drogues et de vapeur d’alcool. Mais ce roman ne s’arrête pas à toute cette débauche. Les sentiments sont exacerbés, les souvenirs refont surface. Le récit se déroule en 1978, soit deux ans avant la mort violente de John Lennon. On le découvre fragile pensant à son enfance, ses parents, sa notoriété difficile à gérer ainsi qu’à ses enfants. Il n’a que 38 ans mais c’est comme s’il faisait déjà le point sur sa vie et sur ses actes avant d’arriver à Dorinish pour un repos bien mérité.

C’est d’une écriture instinctive (à l’image de l’ensemble du roman) que Kevin Barry déroule le chemin vers l’île, propriété de John Lennon. A part certains passages vraiment perchés très haut, j’ai l’impression d’avoir réussi à saisir ce que l’auteur a voulu transmettre. En connaissant un peu le personnage de John Lennon ou en faisant preuve de curiosité grâce à quelques recherches, ce roman est tout à fait accessible. Juste après le milieu de son ouvrage, Kevin Barry écrit un passage sur ses investigations. Il s’est rendu sur les traces du musicien à New York mais aussi sur son île. Ce chapitre tombe complétement comme un cheveu sur le soupe. Mais comme le reste du roman, c’est spontané. J’imagine que pour l’auteur, ce passage trouvait sa place à cet endroit et que cela avait un sens.

C’est une véritable lecture hors des sentiers battus et de ma zone de confort. Malgré le côté parfois perché qui peut dépasser le lecteur, John m’a touchée et intéressée tout comme la démarche de l’auteur. Cela peut paraitre étrange mais j’ai ressenti une vraie sincérité dans ce texte.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Buchet-Chastel.

logo_babelio_newVous aimerez aussi découvrir :

  • Etta et Otto (et Russell et James) de Emma Hooper
  • Le théorème du homard de Graeme Simsion
  • Les jonquilles de Green Park de Jérôme Attal

Fanny

Publicités