Lady Scarface de Diane Ducret

512UyvHdVgL

Résumé de l’éditeur : Chicago. Début des années folles. Le Syndicat du crime n’est pas qu’une affaire d’hommes, il se conjugue aussi au féminin. Elles sont fugueuses, frondeuses, parfois meurtrières, mais toujours rebelles. Elles s’appellent Mary Josephine Capone alias Mae, Ada et Minna Everleigh, les Impératrices du vice, Margaret Collins, la Fille au baiser mortel, Louise Rolfe, l’Alibi blond, Bonnie Parker, laJuliette au revolver, ou encore Virginia Hill, leFlamant rose : elles sont les compagnes d’infortune comme de gloire d’Al Capone, Clyde Barrow ou Bugsy Siegel, barons noirs des années de plomb qui ont fait trembler l’Amérique. Traquées par le légendaire patron du FBI John Edgar Hoover, muses de la prohibition et de ses fêtes décadentes, elles n’ont rien à envier aux gangsters, l’intelligence et les talons hauts en prime.

Très enthousiaste par cette nouvelle sortie, je n’ai pas boudé mon plaisir de vite la commencer. Ayant vu maintes fois sur le net et en librairie Femmes de dictateur, je connaissais donc Diane Ducret de nom. Ici, elle met en avant les fiancées de la poudre entre Chicago, New-York et Los Angeles durant la première moitié du XXe siècle. Le fil conducteur de cette histoire de la mafia est Al Capone dit Scarface. Le livre commence lorsqu’il n’est pas encore connu pour se terminer le jour de sa mort en 1947. Diane Ducret nous présente chronologiquement et à tour de rôle une sélection de femmes ayant eu des relations avec des bandits notoires. Cet ouvrage se lit comme un roman car la vie de ces gens n’est rien moins que romanesque avec au rendez-vous : enfance malheureuse et milieu peu satisfaisant, séduction, vie de famille, code d’honneur parfois douteux, violence, règlement de compte, fuite, argent à gogo et jeu du chat et de la souris avec un FBI complétement dérouté qui doit mettre en place de nouvelles stratégies.

Il s’agit d’un vrai reportage. Il y a beaucoup de détails et d’anecdotes que l’auteur a glané au fil de ses lectures et de ses recherches. En fin d’ouvrage, elle nous propose d’ailleurs une bibliographie très développée. Elle met aussi bien en avant des femmes connues (Mae Capone, Billie Frechette ou encore Bonnie Parker) que des demoiselles moins médiatiques (Edna Murray, Margaret Collins ou Helen Julia Godman). Deux profils de femmes se détachent : celles qui ferment les yeux, ne participent pas et miment une vie de famille ordinaire et celles dont les mains se salissent sans difficulté. Cependant dans chaque situation nous retrouvons un amour pour l’argent, le luxe, les beaux vêtements, les fêtes, les résidences, les voitures et les armes. Les revers se font d’autant plus dur et violent avec à la clé assassinat ou emprisonnement. Les passages concernant l’enfermement d’Al Capone dans la prison la plus sécurisé et la plus dure du monde, Alcatraz, sont édifiants.

J’ai beaucoup aimé ce reportage qui est très agréable à lire à la manière d’un roman. J’ai suivi les péripéties de ces fiancées de la poudre avec beaucoup d’intérêt. Ce livre nous apprend pourquoi ces personnages féminins mais aussi masculins ont autant inspiré les journaux de l’époque, la littérature et le cinéma. En bonus, plusieurs photographies sont présentes au sein de l’ouvrage. C’est l’occasion de mettre un visage sur un nom et de plonger un peu plus dans l’ambiance de cette période.

Lu en lecture commune avec Jostein : .

plon5zlzcnvjorpfq7eqpqd2_400x400

Vous aimerez aussi découvrir :

  • La femme de l’aviateur de Mélanie Benjamin
  • The Diviners de Libba Bray
  • Vice et vertu : Mon amie Odalie de Suzanne Rindell

Fanny

Publicités

9 commentaires sur « Lady Scarface de Diane Ducret »

  1. Merci de m’avoir accompagnée pour cette lecture. J’ai vu bon nombre de films sur cette pèriode mais j’ai apprècié d’en savoir davantage sur ces femmes de caractère, amoureuses de mauvais garçons souvent très gentlemen.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s