La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre

IMG_20150802_194255_resizedRésumé de l’éditeur : « Quand la vie était à nous »… Lola regrette le temps où son existence était peuplée de promesses et d’illusions, de livres et de discussions enflammées, d’amour et de projets pour bâtir une Espagne démocratique. L’espoir de 1936. Quinze années ont passé et ses rêves se sont envolés. Il ne lui reste de cette époque, à elle et à son mari Matías, qu’une petite librairie-papèterie dans les ruelles sombres d’un quartier de Madrid. C’est dans ce modeste lieu de résistance culturelle que Lola fait la connaissance d’Alice, une anglaise dont elle partage la passion pour la littérature. Intriguée par un livre en vitrine, Alice entraîne Lola dans une lecture singulière et bouleversante : La fille aux cheveux de lin, l’histoire de Rose, Anglaise comme elle, soupçonnée d’être la fille du duc d’Ashford…

J’ai eu la chance grâce à Babelio de découvrir ce superbe roman en avant-première. Sa sortie est prévue pour le 1er octobre 2015 aux éditions Albin Michel. Notez bien cette date dans vos tablettes ! Dans ce roman, Marian Izaguirre nous plonge dans divers univers. D’abord, elle nous introduit dans le Madrid de l’Espagne franquiste des années 50 et plus particulièrement dans une petite librairie qui tente de survivre tant bien que mal. Ensuite, à travers un livre (La fille aux cheveux de lin) présent dans cette dernière nous voyageons dans le temps pour retracer la vie d’une certaine Rose. A ce stade, beaucoup d’interrogations se mettent en place dans l’esprit du lecteur. Entre la Normandie, l’Angleterre, Paris et l’Espagne nous suivons son destin pour le moins hors du commun.

« Parfois avant de commencer ma lecture, surtout si c’est un nouveau livre, j’aime le garder un moment entre les mains. Henry disait que je réchauffais les livres comme les Anglais les théières avant de commencer à préparer le thé. C’est vrai, j’aime faire cela. C’est un petit rituel qui fait partie de mon approche particulière de la lecture. J’ai besoin de toucher le livre, de le reconnaître de la paume de la main. Je le parcours de la pulpe des doigts, lentement, très lentement, jusqu’à ce que la rugosité du papier, du cuir ou de la toile me devienne familière. Je touche le livre pour que nous fassions mieux connaissance. » (p. 138-139)

Ce roman brasse différents thèmes. En effet, c’est un vibrant hommage aux livres, à la lecture et au pouvoir des mots. L’amour de l’auteur pour la littérature transparait à chaque page. De nombreuses références sont insérées ici et là. Katherine Mansfield et Joseph Conrad sont notamment cités. L’amitié est également inhérente à cette histoire. Des liens se tissent pour ne plus jamais se défaire autour des livres entre autres. Les personnages sont tous attachants. Il n’y en a pas un seul qui est laissé de côté. L’écriture de Marian Izaguirre est empreinte de sensibilité, de pudeur et de délicatesse. L’émotion n’est jamais très loin. Les dernières pages sont très belles et font monter les larmes aux yeux.

« Je lis. Je lis beaucoup. C’est alors que les paroles de James prennent leur véritable sens. « Quand tu te sens seule, lis un livre… Ça te sauvera. » Les livres ont soudain le toucher rond et humide d’une bouée de sauvetage. » (p. 318)

Voilà un livre qui ne peut laisser indifférent une fois refermé. J’ai tout aimé. Rien n’est laissé de côté. Les différents contextes historiques, les protagonistes et les intrigues sont merveilleusement bien contés. Alors un conseil : rendez-vous en librairie le 1er octobre !

massecritique     logo-albin-michel

Fanny

Publicités

10 commentaires sur « La vie quand elle était à nous de Marian Izaguirre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s