La femme de l’aviateur de Mélanie Benjamin

La_femme_de_l_aviateur_hd

Résumé de l’éditeur : Lorsque la jeune et timide Anne Spencer Morrow fait la connaissance du célèbre aviateur Charles Lindbergh, dont toutes les femmes rêvent, elle n’imagine pas une seconde pouvoir le séduire. C’est pourtant elle qu’il choisit le jour même pour l’accompagner dans un vol de nuit mystérieux. Un vol décisif. Car non seulement le héros la demande en mariage, mais elle devient bientôt une aviatrice confirmée, doublée d’une exploratrice. Avec son mari, en effet, elle défriche des terres vierges dans les cinq continents pour ouvrir des voies aériennes. Mais cette belle aventure a ses revers. Car Anne est aussi une épouse blessée, et une mère à jamais meurtrie par l’enlèvement de son premier bébé, dont elle ne cessera de pleurer la disparition tout en élevant avec courage et amour ses cinq autres enfants. Féministe et écrivaine reconnue, sensible mais solide à travers les épreuves, Anne Morrow Lindbergh s’est battue pour affirmer son existence de femme libre. Ce roman la fait enfin sortir de l’ombre.

C’est la troisième biographie romancée à mon compteur après Z, Le roman de Zelda de Therese Anne Fowler et Trois filles et leurs mères de Sophie Carquain. Je peux maintenant dire que c’est un genre que j’apprécie particulièrement. En effet, il permet de se rapprocher de la biographie tout en évitant sa rigueur. Nous découvrons la vie d’un personnage plus ou moins connu d’une façon facile et agréable. La femme de l’aviateur ne déroge pas à la règle puisque le lecteur découvre Anne Morrow Lindbergh. A la fin de son ouvrage Mélanie Benjamin fait d’ailleurs un point sur ce qui relève de la fiction ou de la réalité dans le récit. Mais au fur et à mesure de la lecture il est très facile de distinguer l’un de l’autre.

Anne Morrow tombe très vite sous le charme du célèbre aviateur. Mais leur relation puis leur mariage se font sous les feux des projecteurs qui mettent à mal leur union. Ils ont vécu des moments rudes avec notamment l’enlèvement et la mort de leur premier enfant qui n’est alors qu’un bébé. Nous découvrons une Anne d’abord soumise aux moindres exigences de son mari. En vieillissant elle se transforme et supporte de moins en moins cette façon de vivre qui ne lui convient pas. Elle souhaite s’affranchir et s’affirmer en tant que femme. Charles, quant à lui, n’est pas le chevalier servant qui existe dans l’imaginaire de tous. Il se montre dur, sarcastique et intransigeant. Il cache également un terrible secret qui nous est dévoilé dans la dernière partie du livre.

Le contexte historique est très intéressant. Il est bien décrit par l’auteure. L’histoire se déroule à partir de la fin des années 20 jusqu’en 1974, année de la mort de Charles Lindbergh. La situation des femmes en manque d’indépendance transparait dans le personnage d’Anne. Le poids, le pouvoir de la presse et toutes les conséquences que cela implique sont des éléments très important et bien mis en avant. Il y a quelques passages concernant la seconde guerre mondiale et la montée du nazisme en Allemagne (et ailleurs…). Charles Lindbergh possède une position ambiguë face à cette idéologie. Il a d’ailleurs reçu une médaille allemande qu’il a toujours refusé de rendre. Mais c’est l’aviation qui reste l’objet fondamental de ce roman avec toutes les sensations que cette passion peut procurer. Le tout reste très accessible.

Une très belle biographie romancée aussi distrayante qu’enrichissante. Ce n’est pas un coup de coeur mais  j’ai apprécié l’écriture de l’auteure, les personnages, le contexte et la façon de raconter la vie de ses personnages devenus historiques avec beaucoup de finesse et de respect. Michel Lafon en publie régulièrement. J’ai hâte de découvrir qui sera la prochaine personnalité présentée.

Lu grâce à la masse critique Babelio et aux éditions Michel Lafon.

     20100628104007!Michellafon

Fanny

Publicités

9 commentaires sur « La femme de l’aviateur de Mélanie Benjamin »

  1. Je l’avais repéré lors de la masse critique mais je pensais m’ennuyer à cette lecture. Je n’aime pas Lindbergh et je crains fort que cette biographie m’énerve prodigieusement. Toutefois si cette bio est achetée par la mediatheque je la lirai peut être

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s