Vice & vertu : Mon amie Odalie de Suzanne Rindell

97822650972231

Résumé de l’éditeur : Ce matin de 1924, quand Rose Baker, sténo-dactylographe au commissariat du Lower East Side, lève les yeux de sa machine à écrire, elle est saisie par la beauté, l’élégance et le magnétisme de sa nouvelle collègue. Elle n’est pas la seule, car Odalie envoûte tout le monde sur son passage. Pour Rose, jeune femme sans éclat, marquée par la rigueur de son éducation religieuse, cette rencontre signe le début d’une nouvelle vie. Et les deux femmes, pourtant aux antipodes l’une de l’autre, deviennent vite inséparables. Au contact d’Odalie, Rose perd ses repères, renie ses principes, découvre la grande vie et le monde interlope, celui des bars clandestins et des bootleggers. Mais bientôt, la fascination que Rose voue à son amie se meut en véritable obsession et les questions se bousculent : qui est vraiment Odalie ? D’où sort-elle tout cet argent qui lui permet de mener grand train ? Et pourquoi élude-t-elle toutes les questions sur son passé ?

Commençons par parler des personnages. Les deux héroïnes m’ont plu. Rose que nous rencontrons d’abord est le modèle type de l’« anti-héroïne ». Il s’agit de quelqu’un qui cherche absolument à être dans la norme et irréprochable. Elle souhaite surtout ne pas se faire remarquer et accomplir correctement son métier de dactylographe. A l’inverse, Odalie est mystérieuse, charmeuse et fêtarde. Aucun obstacle ne semble pouvoir l’arrêter. Ces deux femmes représentent vraiment ces années folles entre tradition et modernité de la société américaine. Cette dualité est d’ailleurs un point essentiel du roman. Elle va amener Rose à se poser beaucoup de question sur sa façon de vivre.

A certains moments, l’écriture a manqué pour moi d’un peu de style, de relief, de caractère et de personnalité. C’est d’ailleurs assez étrange car je suis allée lire plusieurs avis de lecteurs anglais. Ces derniers ne mentionnent pas ce que j’ai pu ressentir. Il s’agit peut-être de ma sensibilité ou de la traduction. Par contre, j’ai aimé le contexte historique décrit par petite touche ici et là. Nous sommes plongés dans le New-York de la prohibition qui provoque tout le contraire de l’effet souhaité. En effet, le lecteur se retrouve introduit dans des bars clandestins où l’alcool frelaté coule à flot.

L’auteure nous laisse mariner en nous dévoilant au compte goute le passé d’Odalie. Mais peut-on vraiment lui faire confiance ? Dit-elle la vérité ? Page après page le lecteur se rend compte que ce n’est pas si évident que cela. Une certaine tension s’installe au fur et à mesure avec un côté psychologique et noir dans certains passages. Les indices d’une future tragédie sont insérées avec subtilité. Dans l’ensemble j’ai trouvé ce roman bien mené. Il est également prenant car nous nous doutons bien que quelque chose se trame sans vraiment pouvoir le saisir. Finalement rien n’est clair ni limpide. La fin tragique m’a franchement convaincu et permet de réunir les pièces du puzzle.

Malgré une plume manquant d’un peu de personnalité, j’ai dans l’ensemble été surprise par cette lecture. L’ambiance, le contexte, les personnages et la chute ont su me tenir en haleine. Pour ma part, j’ai la couverture de l’épreuve non corrigé (ci-contre) que je trouve bien plus jolie que celle parue en librairie.

 fleuve_noir_fleuve_editions

Fanny

Publicités

16 commentaires sur « Vice & vertu : Mon amie Odalie de Suzanne Rindell »

  1. J’aime l’époque également, et j’avais acheté la version en anglais (pas encore lue) qui a justement la même couverture que tu mentionnes à la fin de ton article 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s