Sanditon de Jane Austen

91VpVuXv6yL

Ce roman est resté inachevé à cause de la mort de Jane Austen en 1817. Cette nouvelle édition du Livre de poche est sorti en novembre et est une version finit « par une autre dame » qui est resté anonyme.

Pour commencer, j’ai été plus que ravi (comme d’habitude) de retrouver la plume et l’univers de Jane Austen. Ici l’histoire prend place dans une station balnéaire encore peu fréquentée qui s’appelle Sanditon. On remarque vite la rivalité et la jalousie envers d’autres stations bien plus connus comme Brighton ou encore Brinshore.

Après le renversement de leur voiture dans la bourgade de Willingden, Mr et Mrs Parker, pour remercier la famille Heywood de les avoir aider et héberger, décide d’emmener leur fille, Charlotte Heywood, à Sanditon. C’est ainsi que commence l’histoire où nous suivons l’évolution de Charlotte ainsi que sa rencontre avec des personnages hauts en couleur.

La santé est un des thèmes omniprésents dans ce roman. On en apprend d’ailleurs davantage sur les pratiques de l’époque. Nous avons les deux sœurs Parker : Susan et Diana qui semble d’une bien faible constitution voire même hypocondriaque pour ne pas dire malades imaginaires. Elles connaissent tout un tas de remèdes pour plusieurs maladies ou petits maux. L’ironie bien connue de Jane Austen ne manque pas de tourner en dérision certaines pratiques « médicales » comme avec l’évocation de ce remède un peu loufoque : « Fanny Noyce a un jour été guérie presque immédiatement d’une otite par un oignon rôti placé dans son oreille. ». Je vous laisse imaginer la scène!!!

Les stations balnéaires sont très à la mode à l’époque. Les gens s’y rendaient principalement pour leur vertu médicinale. J’ai vraiment adoré la description du rituel de la prise d’un bain de mer. La cabine pour se changer tirée par un cheval pour se rendre tout au bord de l’eau où il suffisait de descendre quelque marche pour avoir les pieds dans l’eau. Il était très mal vue de se montrer en tenue de bain ainsi il s’agissait d’un excellent moyen pour éviter les regards.

https://i0.wp.com/img585.imageshack.us/img585/5804/bealebathingmachine2.jpg

Durant ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement entre le caractère de Charlotte et  celui de Jane Austen. Charlotte observe et analyse le caractère et les gestes des gens qui l’entourent. Jane Austen fait de même dans ses romans lorsqu’elle nous dépeint les arrières pensés de ces personnages surement inspiré par des personnes de son entourage.

Dommage qu’il n’existe pas d’adaptation surtout qu’une fin existe à ce roman. Je suis certaine qu’une mini-série ou qu’un film pourrait être très réussi et permettrait de faire davantage connaître ce joli roman.

Un livre plein de gaité, d’ironie. On se prend à rire des situations. Il me reste encore pas mal de romans de Jane Austen à lire. Et je me fais une joie de savoir que ma découverte de son univers est loin d’être épuisée.

Fanny

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s